Cuba reste à l’avant-garde dans le développement de traitements médicaux en faveur de l’humanité, en particulier pour les souffrances jusqu’ici insolubles comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

Par Teodoro Rentería Arróyave*

En outre, l’île est prête à transférer ses technologies à d’autres nations sans but lucratif, comme cela a toujours été la devise de la Révolution cubaine.

Lors d’une interview réalisée lors de sa visite au Mexique par les collègues du quotidien La Jornada, Carolina Gómez et Laura Poy, Héctor Vera Cuesta, directeur du Centre International de Restauration Neurologique (CIREN), a rapporté le développement de nouvelles technologies pour le traitement des maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

Il a expliqué qu’à partir d’une molécule découverte par les scientifiques cubains du CIREN, et de l’avancée que représente la substance NeuroEPO, les neurones sont empêchés de poursuivre le processus de dégénérescence et cela permet d’améliorer la qualité de vie des patients.

Le mécanisme de la molécule est neuro-protecteur et, a expliqué le scientifique, il empêche les neurones de dégénérer jusqu’à mourrir. « Notre traitement, ce qu’il fait c’est de prolonger un peu plus la vie de ces cellules du système nerveux, de sorte que les symptômes sont plus espacés, et que la maladie n’a pas une évolution aussi rapide », a-t-il expliqué.

Le neurologue cubain, expert en génétique médicale, a ajouté que les résultats chez les patients atteints de Parkinson et d’Alzheimer ont été « spectaculaires ». L’étude a commencé chez des patients atteints de la maladie de Parkinson et a révélé que cette substance améliorait leur état moteur, mais bien plus la partie cognitive.

Il a estimé qu’il s’agit d’une des molécules « qui va donner de quoi parler dans le monde. Nous avons récemment publié un article conjoint avec le Centre de neurosciences de Cuba, qui confirme, avec une analyse statistique bien développée, qu’elle est efficace. Il n’y a aucun doute ».

De nombreux spécialistes ne sont pas surpris par ces avancées des spécialistes cubains, car l’embargo économique criminel que les États-Unis imposent unilatéralement à Cuba depuis 61 ans aiguise l’ingéniosité des scientifiques de l’île.

Vera Cuesta ajoute que Cuba est prête à ce que la NeuroEPO puisse bientôt être commercialisée.

« Nous voulons faire une phase IV de l’étude clinique, parce que chaque nouvelle molécule a un processus de recherche rigoureux. À ce stade, nous voulons l’appliquer massivement. Il n’y a pas d’effets secondaires. Elle est très inoffensive et facile à administrer, car cela se fait par voie nasale, goutte à goutte », a-t-il expliqué.

Il y a 33 ans, le commandant Fidel Castro a créé le CIREN, entité à but non lucratif et pour le développement des neurosciences.

Le CIREN a également mis au point des innovations technologiques et thérapeutiques pour la régénération neuronale, notamment pour les patients souffrant d’épilepsie, de troubles du sommeil, de dépendances telles que le tabagisme, et plus récemment pour les séquelles post-Covid.

À la suite de la pandémie de Covid-19, le CIREN a mis au point un programme novateur de prise en charge intégrale des personnes souffrant de séquelles dues au virus, telles que des céphalées sévères, des troubles du sommeil, des pertes de mémoire à court terme, une fatigue chronique et des douleurs neuropathiques causées par des dommages au système nerveux, entre autres.

 

*Collaborateur de Prensa Latina. Journaliste et écrivain mexicain, président du Collège National des Diplômés en Journalisme, secrétaire au développement social de la Fédération Latino-américaine des Journalistes et président fondateur et honoraire de la Fédération des Associations de Journalistes Mexicains.

L’article original est accessible ici