Par David Nassar

Au cours des 45 dernières années, j’ai voyagé dans différentes régions de mon pays bien-aimé et j’ai toujours eu l’impression que le temps s’arrêtait. Ce n’est pas que des changements matériels n’aient pas lieu dans de nombreux endroits, ce n’est pas que l’impact de la réalité mondiale n’accorde pas aux jeunes générations les nouveaux développements de la mode et de la musique, ce n’est pas que la société ne soit pas impactée par les changements rapides de la technologie et de l’économie. C’est que notre société était freinée par la violence, l’inégalité et la pauvreté et qu’il semblait n’y avoir aucune issue parce que la peur et la mort ne le permettaient pas. Chaque fois que l’espoir naissait sous la forme d’un leader, celui-ci était assassiné ou banni du pouvoir, pour arrêter le changement et garder les choses telles qu’elles sont aujourd’hui, telles qu’elles sont depuis la fin du 19e siècle et telles qu’elles pourraient être dans les années à venir, si nous n’acceptons pas un changement démocratique, qui n’est possible que dans une société sans peur.

La Colombie a été l’un des premiers pays à adopter la démocratie comme forme de gouvernement. Le nombre d’élections que nous avons organisées fait de nous un pays électoral. La caractéristique de ces élections est qu’elles ont été marquées par la fraude, la violence et la fermeture du futur par la peur. Cette dernière est une peur plus grande que celle instillée par la fraude et la violence ; cette peur découle de la conviction que changer les structures existantes du système économique et social en faveur de l’amélioration des conditions de vie de millions de personnes revient à faire passer le pays au modèle socialiste.

C’est là que le pouvoir économique et la droite ont leur plus grande force, en instillant la peur chez les citoyens ordinaires en ce qui concerne leurs pensions, les soins de santé, l’éducation, le sauvetage de la dignité des femmes, la sécurité alimentaire, les personnes âgées et leur situation de vie, l’emploi, les opportunités et la stabilité économique des citoyens.

Une peur qui est exacerbée par l’image de Cuba, du Nicaragua, ou de ce qui est pour beaucoup de citoyens bien plus terrifiant, devenir un autre Venezuela. Derrière le pouvoir politique et économique qui a contrôlé le pays, il y a une mentalité qui agit par la violence, la corruption et la mort. Contrairement au reste de l’Amérique du Sud, nous sommes le seul pays où les forces de guérilla nées dans les années 1960 et dissoutes grâce aux accords de paix signés en 2016 sont restées vivantes.

Cependant, l’actuel gouvernement colombien s’est efforcé d’affaiblir et de retarder la mise en œuvre des accords susmentionnés, en raison des propositions de changement qu’ils apportent avec eux et qui ramènent ainsi le groupe armé des FARC à la vie, plongeant à nouveau la nation dans la paralysie qui empêche tout changement démocratique. En réalité, c’est un grand paradoxe que les pouvoirs économiques et politiques veuillent faire revivre le fantôme des FARC, mais la réalité est que c’est le modèle qu’ils ont utilisé pour arrêter notre histoire de 1964 à ce jour, en plaçant l’ennemi socialiste comme un dispositif de peur.

Les émotions ont le formidable pouvoir de fixer le point de vue, c’est la raison pour laquelle elles bloquent les images des individus et des groupes humains, en maintenant fixe la situation dans laquelle les individus et les peuples vivent et c’est ce mécanisme qui est activé lorsque les populations sont envahies par la peur (émotion) et arrête ainsi toute possibilité de changement et de transformation pour surmonter la douleur et la souffrance dans lesquelles les personnes et les sociétés sont submergées. De nombreux citoyens ordinaires de tous horizons défendent le modèle socio-économique actuel parce qu’ils ne peuvent pas visualiser les événements qui coulent et se transforment de multiples façons au profit de millions de personnes. Lorsqu’une population est contrôlée par la peur, la possibilité de changement et de transformation est perdue et les cycles se répètent comme si tout s’était arrêté à jamais. Les gouvernements vont et viennent, les guérillas vieillissent en se nourrissant à la même source, les banques et les groupes économiques étendent leur domination en s’emparant de tout et en consommant l’avenir de tout ce qu’ils touchent.

Il n’est pas très difficile de comprendre ce qui s’est passé lors du plébiscite d’approbation des accords de paix signés avec les FARC en 2016, dans lequel le « NON » aux accords de paix a gagné. Cette situation s’explique si nous analysons comment la caste politique et économique qui nous gouverne a réussi à fomenter la peur par une série de mensonges et de manipulations sur l’avenir de la société colombienne et a effrayé la population en lui faisant croire que nous deviendrions un nouveau Venezuela forgé par le parti politique créé par les FARC, suite à son insertion dans la vie nationale grâce aux accords de paix.

Aujourd’hui (article écrit en version original, espagnol, le 8 avril 2022), nous sommes à moins de deux mois du premier tour de l’élection présidentielle en Colombie, et les sondages sont en tête du Pacte historique dirigé par le candidat progressiste Gustavo Petro (NdE.: Cet article a été traduit le 29 juin 2022, Gustavo Petro a été élu Président de la Colombie). En vertu de ce qui précède, le pouvoir de la droite et le pouvoir économique, qui contrôle les principaux médias parlés et écrits, ont furieusement déclenché une campagne de désinformation et progressent dans l’effroi de la population pour éviter de perdre le pouvoir pour la première fois en 200 ans de vie républicaine.

Au milieu de ces circonstances, Gustavo Petro s’adresse au pays en expliquant que : « la société sans peur est la possibilité concrète et immédiate d’une société démocratique ».

Ci-dessous la vidéo avec les mots de Petro, derrière lesquels et en rappelant les enseignements de SILO, on ressent une clameur, une sensibilité et une force qui vient des meilleures aspirations des êtres humains, et qui est déjà vécue sans crainte, dans le cœur de notre peuple, comme un signe doux mais clair du grand changement social qui arrive.

 

Vidéo : C’est ainsi qu’ils nous trompent. Le discours de Gustavo Pietro sur la peur

Pour voir la vidéo ( 4′ 29′′ ) avec les sous-titres en français sur un ordinateur : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

Vidéo publiée le 12 août 2017.

Transcription

Cette caste politique a aujourd’hui sombré dans une corruption sans limites et a atteint un niveau d’incapacité extrême pour résoudre les problèmes fondamentaux qui affligent notre société depuis le passé.

La peur a été l’instrument de la domination.

Avec la peur, ils ont essayé d’enlever la majorité à Gaitan (NdE.: homme politique colombien, très populaire et candidat favoris aux élections présidentielles de 1950, il est tué en 1948), le qualifiant de communiste, et finalement ils l’ont assassiné alors qu’il avait réussi, malgré les massacres déclenchées, à mobiliser les majorités dépossédées et les classes ouvrières qu’il représentait. Plus tard, avec la peur déclenchée par le chulabismo (fascisme), ils ont réussi à paralyser l’énergie du peuple gaitanista qui recherchait les réformes démocratiques promises par le gouvernement Pumarejo.

Le pays a été dirigé pendant 12 ans par les alliés d’Hitler, de Mussolini et de Franco sans même qu’un tribunal ne condamne les crimes commis, un véritable génocide.

La peur a été l’instrument de la domination, de la subordination de toute une société à l’injustice, à la déraison, au culte irrationnel de la mort elle-même, au fait de s’entretuer, à la corruption.

La peur nous a fait détester la paix, l’Autre différent, la différence, la possibilité de changement, ceux qui n’ont rien et marchent dans les rues sans rien.

La peur produit une méfiance à l’égard du changement et une acceptation passive de l’ignominie.

C’est ainsi qu’ils ont pu empêcher la formation d’une majorité démocratique en Colombie. Ils ont construit la peur dans la classe moyenne, peur des paysans et des jeunes de la classe ouvrière, ils ont plus peur de ceux d’en bas, qu’ils voient comme une menace, que des propriétaires des banques qui laissent sans pension, sans maison, sans travail cette classe moyenne.

Par la peur, ils ont empêché les travailleurs de s’organiser, et ils ont arrivé a faire détester l’organisation même des travailleurs.

Par la peur, ils ont réduit les paysans au silence et leur ont retiré le droit à la citoyenneté. Avec la peur, ils ont déclenché un génocide politique sans résistance dans le pays. Avec la disparition des guérillas et de la lutte armée en Colombie, les castes politiques corrompues ont besoin de toute urgence d’un nouveau motif de crainte, dont dépend leur continuité au pouvoir. Avec l’aide des médias les plus importants, dont les propriétaires ont également besoin de la peur pour vendre plus de nouvelles, ils ont trouvé la nouvelle bannière qui terrifie : le gouvernement de Maduro (NdE. : Président du Venezuela), sa politique économique ou comme ils l’ont appelé dernièrement : le soi-disant castrochavismo, la stratégie consiste à remplir la conscience du peuple avec des images d’un gouvernement voisin qui permet la haine, l’indignation généralisée et atteint l’effet, les propriétaires de la stratégie, procèdent à désigner tous ceux qui proposent un changement en Colombie comme des imitateurs de ce modèle du gouvernement voisin en Colombie.

Ainsi, une fois de plus, la peur émerge et est utilisée pour générer de la méfiance envers tous ceux qui proposent un changement. Ils espèrent que cette peur conduira les gens à voter pour les mêmes personnes, afin que les mêmes choses continuent : la violence, les inégalités sociales, l’économie rachitique et fossilisée, et surtout le pillage, l’incapacité, l’injustice et la corruption sont cachés par la nouvelle peur.

Par conséquent, le mensonge de la peur doit être mis à nu si nous voulons vraiment transformer la Colombie, si nous voulons un pays qui puisse doter ses habitants de capacités égales et leur permettre de les utiliser en toute liberté, et si nous voulons une démocratie profonde dans notre pays.