pour Les Économistes Atterrés

Une analyse du programme du candidat Macron réalisée par Dany Lang et Henri Sterdyniak

Emmanuel Macron a annoncé le 3 mars sa candidature à l’élection présidentielle, dans une lettre aux Français. Prétextant son statut de président de la République, utilisant la situation de guerre en Ukraine et son poste de président du Conseil de l’UE, il a attendu jusqu’au 17 mars, quatre semaines avant le scrutin, pour présenter son programme. Celui-ci manque de dynamisme et d’idées fortes[1] ; il s’agit de poursuivre et d’accentuer la politique du premier quinquennat ; sur de nombreux points, il ne fait que reprendre les propositions traditionnelles de la droite ou du patronat, mais l’enthousiasme manque pour mettre en avant des thèmes dont les limites sont déjà apparues (les réductions d’impôts aux plus riches qui devaient ruisseler sur les plus pauvres, la mise en avant de la start-up nation). Même si les protestations de la population l’ont contraint à revenir en partie sur son programme de mise en cause du modèle social français, il n’y a pas renoncé comme en témoignent ses projets : la retraite à 65 ans, la conditionnalité du RSA, la mise en cause du financement de l’audiovisuel public, l’introduction de la concurrence dans l’enseignement.

Macron avance comme le loup sous une peau de mouton. Compte-tenu des besoins exprimés par la population, il prétend améliorer l’école, l’hôpital, les EHPAD, bref l’inverse de ce qu’il a fait durant le quinquennat qui s’achève ; en même temps, son programme comporte une mise en cause et une baisse des dépenses sociales (prestations chômage, RSA, retraites). Il prétend être converti à la nécessité d’un tournant écologique impulsé par la planification, alors même qu’il veut poursuivre la baisse des impôts sur les entreprises (toujours sans contrepartie en termes d’emplois et d’effort écologique), qu’il fait une confiance aveugle aux innovations incontrôlées des start-up et au capitalisme technologique prétendu vert, qu’il refuse une véritable politique industrielle. Il prétend impulser une « Europe souveraine », alors que l’UE continue à être dominée par une technocratie néolibérale, partisane d’une politique de réduction des dépenses publiques et sociales. Après avoir réprimé les mouvements sociaux de manière brutale, gouverné en président jupitérien, réduit l’autonomie des collectivités locales, réduit les pouvoirs du Parlement et des syndicats, pris des décisions solitaires sous l’influence d’un petit groupe de technocrates membres de l’oligarchie financière, conseillé par des consultants privés comme McKinsey, s’être assis sur les conclusions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC), Macron prétend maintenant vouloir associer le peuple aux décisions.

[1] Le lecteur est frappé par sa concision par rapport aux programmes plus détaillés et fouillés des autres candidats.

 

Au Sommaire

1Une situation économique inédite

2 Un programme patchwork
a/ Pacte entre les générations, la redécouverte des services publics

b/ Un Pacte productif contre les travailleurs

c/ Le Pacte productif, la planification dévoyée

d/ Un pacte républicain
?
e/ Un Pacte européen

3 Quand Jupiter promet de changer

4 Le chiffrage

5 Pour conclure

 

Pressenza présente le dernier chapitre : 5- Pour conclure

Le programme d’Emmanuel Macron a été écrit à la vavite. C’est un programme patchwork qui essaye de faire tenir ensemble des exigences contradictoires et sur lequel l’influence du MEDEF est patente. Il ne tire aucune leçon sérieuse de la Pandémie de Covid19. Il n’est pas à la hauteur des nécessités de la transition écologique ou de la réindustrialisation. En revanche, il comporte des éléments dangereux : la soumission de l’école à une concurrence accrue et aux intérêts du secteur privé, le report à 65 ans de l’âge ouvrant le droit à la retraite, la conditionnalité du versement du RSA à des heures de travail gratuit. Même si Emmanuel Macron est réélu, le mouvement social devra s’opposer à ces mesures.

 

Voir l’Analyse complète sur le site des Économistes atterrés :

Sur le programme de Macron ou le loup sous une peau de mouton

L’article original est accessible ici