Les plantes nous soignent et nous guérissent depuis le début de l’histoire humaine sur cette planète, elles sont toujours à notre service. Lorsque je choisis l’une d’entre elles pour préparer une infusion ou une teinture, je l’aborde avec soin, respect et familiarité. Je lui demande la permission et je prélève une toute petite portion, en faisant une coupe oblique et propre avec des ciseaux bien aiguisés et désinfectés, en en prenant soin, ce qui est aussi une priorité.

Par Horacio Mesón

Lors de la récolte, il est important de se rappeler que les fleurs sont cueillies au moment de leur plus grande beauté. Les feuilles avant la floraison. Les écorces en automne, et les racines après le cycle de vie de la plante. Les herbes ne sont jamais récoltées sur le bord des routes, car elles absorbent les toxines de la pollution, ni dans les zones enfumées ou polluées. Récoltez par une journée ensoleillée, en veillant à ce que les plantes soient exemptes de gouttes de rosée et en évitant les heures de fort ensoleillement.

Les fleurs et les feuilles ne se lavent pas, elles sont seulement secouées pour leur enlever la poussière. Les racines sont lavées uniquement avec de l’eau et une brosse. Les feuilles et les fleurs sont séchées à l’ombre et dans un endroit aéré, les écorces et les racines au soleil. Lorsqu’elles sont séchées, elles sont stockées dans un sac en papier kraft sur lequel sont inscrits le nom et la date. Les herbes séchées durent environ un an et pèsent moitié moins que les herbes fraîches en raison de l’évaporation de l’eau.

Les méthodes les plus connues pour extraire leurs propriétés sont :

Infusion, tisane ou thé : Cela s’obtient en versant de l’eau bouillante sur les feuilles et les fleurs. Couvrir, laisser infuser pendant quelques minutes, puis filtrer.

Cuisson ou décoction : placer les racines, les écorces et/ou les tiges dures dans de l’eau froide. Mettre sur le feu et faire bouillir pendant 3 à 5 minutes à partir de la première ébullition, puis après avoir éteint couvrir et laisser reposer avant de filtrer.

Pour les deux préparations, la proportion est d’environ une cuillère à café d’herbe séchée ou le double d’herbe fraîche par tasse d’eau. Les récipients qui peuvent être utilisés sont en verre, ou émaillés, en faïence ou en acier inoxydable, mais pas en aluminium car il est toxique. On peut sucrer avec du miel, et l’herbe douce Stevia peut être recommandée pour les diabétiques.

Teinture mère : c’est un extrait hydroalcoolique contenant les principes actifs de la plante en haute concentration.

Tout commence par la sélection de l’herbe avec laquelle se fera la préparation et se termine quelques semaines plus tard par un brassage soigné. Entre les deux, il y a une série d’étapes et de moments qui doivent être liés par une procédure soigneuse, dans chacune de ces étapes le produit peut être amélioré ou dégradé. La procédure est aussi importante que les éléments, tout comme la santé et la qualité de la plante, la propreté des objets et du site, et la condition de l’opérateur.

Nous aurons besoin d’un bocal en verre stérilisé (bouilli), du type de ceux utilisés pour les confiseries et les confitures, d’environ deux cents centimètres cubes. Également de l’alcool éthylique à 96 degrés « tridistillé », c’est un alcool médicinal tout comme l’alcool classique. Seule cette particularité d’avoir deux distillations de plus que l’autre fait disparaître le goût et l’arôme, il n’y a pas d’impact invasif. Il est utilisé en parfumerie, en gastronomie, dans les liqueurs et en phytothérapie également ; on le trouve en pharmacie, en droguerie et sur les marchés. Nous devons nous munir d’un verre doseur, d’une seringue jetable sans aiguille, de quelques étiquettes et d’un stylo. Comme la teinture est un extrait hydroalcoolique, nous avons besoin d’eau. La plus pratique est l’eau bidistillée (non distillée), que l’on trouve en pharmacie ou en droguerie. L’eau bouillie du robinet peut être utilisée, mais en fonction de sa valeur alcaline, si le PH est élevé, lorsqu’elle est mélangée à l’alcool, elle modifie la coloration de l’ensemble du fluide ; il devient alors laiteux et perd sa cristallinité, en raison des minéraux qui entrent dans sa composition. Le plus épuré est l’alcool à double distillation, qui est de qualité pharmacopée et, comme l’alcool à triple distillation, tous deux sont propres à la consommation humaine.

Vingt grammes de cédrat remplissent le bocal ; dans le cas de l’origan, comme sa feuille est plus petite, on peut mettre plus de vingt grammes. A l’inverse l’eucalyptus a une feuille plus cristallisée, avec moins de poids et plus de volume. Mais dans tous les cas, nous ne remplissons pas le récipient (le bocal), seulement les trois quarts (presque plein). Si les feuilles de citronnelle sont grandes, je les broie avec mes doigts, je regarde leur couleur et leur forme, je touche leur texture, je sens leur température et respire profondément leur parfum.

Les proportions d’eau et d’alcool dépendent du type de feuille ou s’il s’agit d’une racine. Si c’est une racine, il n’y a pas d’eau, c’est de l’alcool tridistillé à 100 %. Tout dépend de la dureté, s’il s’agit d’une feuille tendre comme celle de la citronnelle ou de l’origan, la proportion est de 70 % d’alcool et 30 % d’eau, et si la feuille est plus dure, je diminue la quantité d’eau.

Le matériel dont les principes actifs seront extraits doit être immergé et passé par une solution d’un à deux doigts. On colle une étiquette avec le nom et la date, et j’indique également le jour où je considère qu’il est prêt.

Il faut au moins deux à trois semaines, je préfère trois, et chaque jour, nous devons le remuer un peu. Il est conseillé de le conserver dans un endroit frais et sans lumière, un réfrigérateur n’est pas nécessaire, il peut être dans une armoire ou un buffet.

Le moment venu, je filtre avec un filtre en papier non-utilisé et je le transvase dans un autre récipient, que j’étiquette également avec le titre et la date, toujours de cette façon. Avec la seringue, nous transférons le produit dans un compte-gouttes propre que nous étiquetons et c’est la fin de la procédure. Le produit est fini, il ne reste plus qu’à commencer à le consommer.

Posologie : Nous devons faire un calcul et pour cela nous devons savoir quel est notre poids, donnons un exemple. Si vous pesez soixante kilos, calculez une goutte de teinture mère par kilo. Ce nombre (soixante) est divisé par le nombre de doses prises dans la journée. Si on les prend le matin avant le petit-déjeuner et le soir avant le dîner, on divisera par deux ce qui donne trente gouttes pour chaque prise. Si on ajoute le midi, on divise par trois, ce qui donne vingt gouttes à chaque fois.

Verser les gouttes dans un demi-verre d’eau et boire. Si on souhaite retirer l’alcool (ce qui est recommandé), on peut le faire de manière très simple. Dans ce cas, il s’agit d’un demi-verre d’eau chaude à environ soixante-dix ou quatre-vingts degrés (avant l’ébullition), on y met les gouttes et quelques minutes après qu’elles aient refroidi, on peut boire. L’alcool s’est évaporé. Enfin, si vous ne voulez en prendre qu’occasionnellement, trente gouttes suffisent.

Nous devons encore approfondir les posologies, notamment les microdoses. Nous devons parler des indicateurs de progrès, des traitements et d’un thème central, à savoir le mode de vie.

Je vais maintenant faire une pause pour boire une teinture de mélisse, qui est déjà chaude. J’y ajoute un peu de miel riche et crémeux qui le rend plus doux et plus sain, me donnant une sensation de bien-être que je veux partager avec vous.

A bientôt

Bibliographie consultée : “Plantas de la Patagonia para la Salud” de la Dra. Sara Itkin medica naturista y fitoterapeuta. Editorial Caleuche San Carlos de Bariloche, Rio Negro, Rep. Argentina. Noviembre 2004.

Rehuno Salud

Contact avec H. Mesón

 

Traduit de l’espagnol par Ginette Baudelet