Le tribunal de Westminster à Londres a émis un ordre d’extradition à l’encontre de Julian Assange, le fondateur du site web WikiLeaks. Il appartient maintenant à la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, d’approuver ou non l’extradition d’Assange vers les États-Unis d’ici le 18 mai. Maintenant, seul un appel improbable devant la Haute Cour pourrait changer la décision, après que la Cour suprême ait refusé de revoir l’affaire le mois dernier. À présent, d’un point de vue juridique, le Royaume-Uni – l’ancien foyer du « Free Speech Corner » – a pris sa décision, en se soumettant aux États-Unis.

Sept minutes. C’est le temps qu’a duré l’audience, dont la sentence était déjà écrite depuis des mois, mettant fin à la vie civile de Julian Assange, accusé par les Etats-Unis de faire circuler des documents confidentiels prouvant les crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Pour ceux qui ne les ont pas vues, il s’agit précisément de séquences montrant les États-Unis ouvrant le feu sans provocation, tuant des civils sans défense comme des chiens. Ces films sont un service rendu au monde civilisé, ce monde qui disparaît chaque jour un peu plus, ce monde qui a taché de sang à jamais les oripeaux « exportateurs de démocratie » avec lesquels les administrations Bush Jr (républicain) et Obama (démocrate) ont justifié les invasions de l’Irak et de l’Afghanistan après les attentats du 11 septembre 2001.

Vous trouverez ci-dessous le film rendu public par Wikileaks, intitulé « Collateral Murder », montrant le massacre de civils perpétré par les forces armées américaines le 12 juillet 2007, extrait de l’émission de la RAI « Presa Diretta » de Riccardo Iacona.

Julian Assange est détenu dans la prison de haute sécurité de Belmarsh depuis trois ans, après avoir été expulsé de l’ambassade d’Équateur à Londres, où il avait trouvé refuge lorsque Rafael Correa était président du pays. Dès l’élection de Lenin Moreno comme nouveau président de l’Équateur, le « réfugié » Assange a été traîné de force hors de l’ambassade et arrêté par les autorités britanniques.

Assange est en mauvaise santé, pas seulement physique, depuis longtemps. Amnesty International a déclaré que toute approbation de son extradition par la ministre de l’Intérieur Priti Patel violerait l’interdiction de la torture et créerait un précédent alarmant pour les publicistes et les journalistes du monde entier. Amnesty souligne également que si le gouvernement de Londres autorisait un État étranger à exercer une compétence extraterritoriale pour juger une personne ayant divulgué des informations depuis le Royaume-Uni, d’autres gouvernements pourraient utiliser la même stratégie judiciaire pour emprisonner des journalistes et bâillonner les médias au-delà de leurs frontières. L’ancien leader travailliste Jeremy Corbyn était présent à l’audience, qui risque de se transformer en condamnation à mort pour Julian Assange, et a déclaré qu’il espérait que la ministre britannique de l’Intérieur reconnaîtrait son « énorme responsabilité » de défendre la liberté d’expression, le journalisme et la démocratie en libérant Assange.

L’article original est accessible ici