Par Horacio Mesón

Articles déjà publiés :

le Chardon-Marie (1/10)

le Romarin (2/10)

La Mélisse (3/10)

La Verveine citronnée (4/10)

L’Origan (5/10)

La Menthe poivrée (6/10)

La Sauge (7/10)

Le Thym (8/10)

Le basilic (9/10)

Le curcuma (10/10)

Voici le cinquième volet de cette série dans laquelle nous diffusons les principales qualités curatives de chaque spécimen du point de vue de la phytothérapie. Nous les avons choisis pour leur proximité, leur affinité et leur aptitude à se développer dans le lieu où nous vivons. Et avec chacun d’entre eux, il y a des histoires à raconter, comme celles-ci.

Il tire son nom du grec « oros ganos« , qui signifie la joie des montagnes. Originaire de la région méditerranéenne et de l’Asie occidentale, il est bien connu des amateurs de pizza, et ses nombreuses propriétés thérapeutiques le sont moins. Il est tonifiant, renforce les défenses immunitaires pour lutter contre les infections, faciliter le transit ou éliminer les démangeaisons. Le nom scientifique de l’origan est Origanum vulgare. Voir aussi Dr. Hugo Golberg spécialiste en Phitotérapie

Histoire de l’utilisation en phytothérapie

Selon la mythologie romaine, c’est Vénus qui aurait conçu l’origan pour guérir les blessures causées par les flèches du dieu de l’amour, Cupidon. Tandis que dans la mythologie grecque, on dit qu’il pousse en abondance sur le mont Olympe. Il a longtemps été utilisé pour tresser les couronnes des jeunes mariés ou pour créer des philtres d’amour, car on croyait qu’il attirait le bonheur. Moins joyeuse mais tout aussi précieuse, son utilisation par les Égyptiens dans les cérémonies d’embaumement.

Au XIIIe siècle, Matteus Platearius, dans son livre sur les Simples, en donne une description précise : « il divise les humeurs ». Cependant, son utilisation en tant que plante médicinale semble remonter à l’antiquité grecque, au 13e siècle de l’Ere commune EC, où il était prescrit aux patients souffrant de flatulences et de troubles gastriques, et plus tard par Aristote contre les morsures de serpents.

Propriétés médicinales de l’origan

Traite les ballonnements et les flatulences, améliore le transit et soulage les troubles digestifs et intestinaux. Effet apéritif.

Usage externe

Traite les plaies, les morsures et les brûlures, les démangeaisons de la peau (mycoses, eczéma, irritations cutanées). Analgésique, utile dans les migraines et les rhumatismes. Améliore l’état des voies respiratoires en cas d’asthme, de bronchite, de rhume et de rhinopharyngite.

Voir la vidéo sur l’Origan :

Pour voir la vidéo ( 7′ 42′′ ) avec les sous-titres en français sur un ordinateur : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

Indications thérapeutiques habituelles

  • Digestif et carminatif : élimine les flatulences.
  • Soulage les problèmes intestinaux : transit, coliques, etc.
  • Améliore l’appétit des personnes malades.
  • Analgésique : réduit fortement les douleurs inflammatoires, migraines, rhumatismes, maux de dents.
  • Antiseptique et antibactérien : l’origan aide à combattre la croissance des champignons, des levures, des virus et d’autres bactéries. Il apaise les piqûres d’insectes et toutes les irritations de la peau.
  • Stimulant : l’origan est tonicardiaque et utilisé en cas de fatigue ou d’asthénie. Antitussif : utilisé en cas de bronchite et de toux chroniques, d’asthme et de coqueluche.

Autres indications thérapeutiques avérées

C’est un antispasmodique puissant utilisé pour les règles douloureuses, les coliques, les spasmes gastriques et œsophagiens. C’est un antioxydant, ses feuilles séchées ont un indice TAC (Total Antioxidant Capacity) élevé, autour de 2.000 micromoles, plus que les oranges.

Quelques modes d’utilisation

Infusion et inhalation : infuser 50 g d’origan dans un litre d’eau pendant 7 minutes, 1 tasse 3 fois par jour. Apaise la gorge et débouche les bronches. L’inhalation est une autre façon de travailler avec les herbes médicinales, son effet sur l’organisme est plus rapide que par voie orale, dans ce cas il est question de problèmes respiratoires.

Dans l’huile : Faire tremper 100 g de fleurs séchées dans 500 ml d’huile chauffée au bain-marie pendant une heure. Utilisez un tampon imbibé pour masser les zones douloureuses (migraines, sinusites, rhumatismes, raideurs).

L’huile essentielle d’origan, associée à l’huile de tea tree (d’arbre à thé), est un remède puissant contre les mycoses des pieds.

Précautions à prendre pour l’utilisation de l’origan

L’origan doit être utilisé avec prudence chez les personnes présentant un terrain sensible : allergie, traitement pharmacologique fort, etc.

Contre-indications et effets indésirables

Déconseillé aux personnes allergiques, il contient un composé, le linalool, qui est hautement allergène pour les sites sensibles. Avec les huiles essentielles, un surdosage peut entraîner des difficultés respiratoires ou des problèmes cardiaques. Et les huiles essentielles ne sont pas recommandées pour les enfants, les femmes enceintes et les personnes épileptiques.

Interactions avec d’autres médicaments

En raison de sa teneur en vitamine K, l’origan peut inhiber les anticoagulants. Les formes phyto-thérapeutiques de l’origan ne sont pas non plus recommandées dans les traitements de chimiothérapie.

Avantages reconnus

C’est l’une des plantes les plus utilisées en phytothérapie (infusions ou huiles essentielles). Analgésique, anti-infectieux, antiseptique, antibactérien, antioxydant, ses vertus thérapeutiques sont reconnues, notamment dans la lutte contre les germes pathogènes. Avant de nous dire au revoir, n’oublions pas les pizzas, ça m’a donné faim…

 

Rehuno Santé

Contact avec H. Mesón