Le 4 décembre 2000, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 18 décembre comme Journée internationale des migrants. Le même jour, en 1990, l’Assemblée a adopté la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Le pillage des ressources naturelles, la réticence des classes dirigeantes à relancer l’économie, l’impact limité des investissements sur l’activité productive, ainsi que le néocolonialisme et la corruption, ont conduit l’Afrique dans une situation d’appauvrissement forcé avec une résilience limitée.

La majorité de la migration africaine se fait vers les pays africains. Les crises économiques, les guerres, la famine, la misère, la précarité, les dictatures, les catastrophes naturelles, le pillage des ressources naturelles, etc., provoquent un véritable « effet d’expulsion » vers les pays plus riches (moins appauvris) d’Afrique. La Côte d’Ivoire, le Nigeria, la République démocratique du Congo, l’Afrique du Sud, le Kenya, le Botswana et la Zambie ont été et sont toujours des terres qui accueillent plus d’immigrants africains que l’Europe.

L’autre côté de la médaille est l’émigration vers les pays européens. De plus en plus d’Africains choisissent le sud de l’Europe comme destination, l’Espagne qui, en raison de sa situation géographique, reçoit un grand nombre de migrants.

L’un des problèmes liés au phénomène de la migration est de considérer l’immigration comme un crime, avec sa criminalisation conséquente, et non comme un droit : le droit à la vie et à la survie. Le contraire implique l’adoption d’attitudes contre-nature telles que l’empêchement de l’interrelation naturelle entre les êtres humains dans le cadre de l’évolution de l’espèce humaine.

Les images de tentatives de franchissement des clôtures des villes frontalières de Ceuta et Melilla (Espagne, frontière sud de l’Union européenne), de bateaux de migrants surchargés, les récits de tragédies liées à des naufrages et les listes interminables de décès sont devenus une affaire quotidienne en Afrique du Nord, en Méditerranée et sur la route atlantique vers les îles Canaries.

Selon le rapport de l’OIM (Organisation internationale pour les migrations), on estime à 281 millions le nombre de migrants internationaux dans le monde en 2020 (soit 3,6 % de la population mondiale). Le travail est la principale raison pour laquelle les gens migrent au niveau international, et les travailleurs migrants constituent une grande majorité des migrants internationaux.

Le déplacement mondial des migrants et des réfugiés atteint un niveau record, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays s’élevant à environ 55 millions et le nombre de réfugiés à plus de 26 millions.

En 2020, le gouvernement espagnol a retiré le fil barbelé concertina (arborant des lames rasoirs) des clôtures de Ceuta et Melilla, qui ont été remplacés par des éléments moins nocifs qui ont augmenté la hauteur des clôtures en fil de fer barbelé. La plupart des migrants considèrent le Maroc comme un pays de transit. Un nombre croissant de migrants, qui échouent dans leurs tentatives de rejoindre l’Europe, préfèrent rester au Maroc plutôt que de retourner dans un pays d’origine instable et considérablement plus pauvre.

La solution au problème de la migration serait de la considérer non pas comme un crime mais comme un droit à la vie et à la survie. Cela conduirait à l’élimination des frontières contre la faim, la misère et les persécutions. Considérer la migration comme un droit conduirait à la destruction des véritables carburants de la migration : la précarité, l’absence de démocratie, les guerres locales et la destruction massive des ressources naturelles par les pays les plus développés.

De nombreuses femmes et filles migrantes, réfugiées et demandeuses d’asile, ont été exposées à diverses formes de violence sexiste, que ce soit dans leur pays d’origine, pendant le voyage ou à l’arrivée. Les États d’accueil doivent tenir compte de leurs besoins et de leur situation et des mesures sensibles au genre doivent être prises pour prévenir la discrimination, la violence, le harcèlement, la traite et d’autres formes d’exploitation et d’abus.

En mai 2021, des milliers de personnes ont traversé la digue qui sépare la frontière entre l’Espagne et le Maroc à Ceuta. La plupart de ces personnes étaient des ressortissants marocains cherchant à échapper à la mauvaise situation économique et sociale causée par la fermeture de la frontière en mars 2020. Beaucoup de ces personnes étaient des mineurs qui ont traversé seuls à la nage ou dans des embarcations précaires.

Les migrants, confrontés à des situations de détresse marquées par des problèmes et des privations, cherchent ailleurs une vie stable, un droit que tout le monde a sans distinction. Cependant, en raison de l’absence de statut juridique, ils sont plus enclins à la marginalisation sociale et économique.