communiqué de presse

Depuis le début de la crise sanitaire les professionnel.les du maintien à domicile en première ligne sont les grands oubliées.

Nous faisons un métier essentiel malgré des salaires indignes: le salaire moyen des aides à domicile est en deça de 1000 euros !

Nous ne comptons plus le nombre d’accidents au travail, de burn-out et de démissions.

Nous sommes l’un des maillons de notre système de santé.

Notre secteur est à l’agonie, les usagers et les aidants en souffrance. Il y a URGENCE ! Malgré cela, le gouvernement ne daigne pas nous entendre.

Après l’abandon de la loi grand âge, il vient de nous mépriser une fois de plus en rejetant les amendements des métiers du lien et du soin proposés et soutenus pourtant par 6 députés de groupes parlementaires différents. Le PLFSS présenté par notre ministre de tutelle, Mme Brigitte Bourguignon est censé comporter » des mesures de progrès, pour améliorer l’accompagnement des aînés et le quotidien des aidants et des professionnels ». Il n’est pas à la hauteur des enjeux !

Les fédérations employeurs ont fait part de leur déception, pour le moins; le tarif plancher de 22 euros ne permettra pas l’indispensable revalorisation des salaires des professionnel.es du domicile pour endiguer la situation de crise.

Stop au silence gouvernemental méprisant ! Nous devons être VISIBLES et ENTENDU.ES car notre combat devient l’affaire de tous et toutes.

Nous appelons donc tous les professionnels et toutes les professionnelles du lien et du soin, tous les syndicats, les collectifs, les associations, les usagers, les élus,… à nous rejoindre le 23 novembre à 14 h devant l’Assemblée Nationale, à Paris, pour interpeller les député.es sur nos conditions et sur l’urgence d’une vraie réforme pour remettre, ENFIN, l’humain au cœur de nos métiers.

collectif.laforceinvisible@gmail.com

 

Reportage photo Anais Dupuis : photographe passionnée