Manuela Ripa voit un mandat clair pour la Commission européenne.

L’initiative citoyenne européenne (ICE) « Sauvez les abeilles et les agriculteurs » a connu un succès retentissant : Plus d’un million d’Européens ont voté pour l’agriculture biologique – sans pesticides de synthèse – et donc pour un véritable tournant agricole.
La députée européenne Manuela Ripa, du Parti démocratique écologique (ÖDP), exprime son enthousiasme : « Il est clair que les citoyens de l’Union européenne veulent une agriculture différente. Car avec la politique agricole actuelle, nous nous sommes fourvoyés dans une impasse. Les souffrances animales causées par l’élevage industriel, la pollution croissante de l’eau potable par les nitrates, la destruction des sols, la diminution de la biodiversité ainsi que la contribution de l’agriculture industrielle au changement climatique incitent de nombreuses personnes à réfléchir à nouveau. »

Suivant l’exemple du référendum bavarois sur la biodiversité « Sauvez les abeilles », initié par l’ÖDP et qui a permis à la Bavière d’obtenir l’une des meilleures lois de protection de la nature en Europe, Ripa a également porté la question au niveau européen avec son parti. L’initiative citoyenne européenne « Nous sauvons les abeilles », qu’elle a fondée en 2019, a fusionné avec l’ICE « Sauvons les abeilles et les agriculteurs », désormais conclue avec succès.

Depuis sa fondation, l’ÖDP fait campagne pour une démocratie plus directe et a déjà lancé plusieurs pétitions réussies pour des référendums (abolition du Sénat bavarois, protection réelle des non-fumeurs). La nouvelle « initiative populaire contre l’accaparement des terres en Sarre » est actuellement en cours.
L’eurodéputée ÖDP Manuela Ripa voit maintenant la balle dans le camp de la Commission européenne. « Plus d’un million de signatures constituent un mandat clair à la Commission européenne pour une agriculture durable. C’est également dans l’intérêt des agriculteurs, car au cours des dix dernières années, une ferme en Europe a dû abandonner toutes les trois minutes. La préservation des traditions agricoles est inextricablement liée à l’idée de préserver la création. Les petites exploitations familiales doivent donc être davantage soutenues par la politique, afin qu’elles ne soient plus exposées à la pression de la croissance ou de la cession. À l’heure actuelle, malheureusement, l’UE encourage principalement l’agriculture industrielle, ce qui nous a valu tous les problèmes. »