Le lien entre le commerce des armes et les déplacements forcés est rarement exploré, et le rôle des politiques européennes de commerce des armes qui facilitent les violations flagrantes des droits humains dans les pays tiers est souvent absent des études sur les déplacements et les migrations. Le rapport du Transnational Institute, intitulé « Smoking Guns », relie les points entre le commerce des armes en Europe et les déplacements et migrations forcés. La recherche est signée par « notre » chercheur, Apostolis Fotiadis et le directeur de War and Peace, Niam Ni Briane.

Cinq études de cas sur le commerce des armes par des sociétés d’intérêt européen le démontrent :

1. Les composants de l’hélicoptère italien T-129 ATAK ont été exportés vers la Turquie et utilisés en 2018 et 2019 lors de deux attaques dans la région d’Afrin, dans le nord de la Syrie, dans le cadre des opérations ‘Rameau d’olivier’ et ‘Fontaine de paix’ à la frontière turco-syrienne. Selon les chiffres de l’ONU, 98 000 personnes ont été déplacées pendant l’offensive d’Afrin entre janvier et mars 2018, tandis que 180 000, dont 80 000 enfants, ont été déplacées en octobre 2019 à la suite de l’opération ‘Fontaine de paix’.

2. La Bulgarie a exporté des corps de missiles et des roquettes vers l’Arabie saoudite et les États-Unis, qui ont fini par se retrouver entre les mains des militants de l’État islamique en Irak. Le matériel a été détourné et utilisé à Ramadi et dans les environs, où l’Organisation internationale pour les migrations a indiqué que depuis le début de la crise de Ramadi en avril 2015, plus d’un demi-million de personnes ont été déplacées de la province d’Anbar, dont Ramadi est la capitale, et 85 470 ont été déplacées spécifiquement de la ville de Ramadi entre novembre 2015 et février 2016. Environ 80 % de toutes les maisons de Ramadi ont été gravement endommagées après l’attaque. En 2017, il a été découvert qu’un autre corps de roquette de fabrication bulgare était utilisé par les forces de l’État islamique dans la ville de Bartella, située à l’est de Mossoul. Au moins 200 000 personnes issues de groupes minoritaires ont été déplacées de la zone du grand Mossoul entre 2014 et janvier 2017. En juillet 2019, plus de deux ans après la fin des opérations militaires à Mossoul, il y avait encore plus de 300 000 personnes déplacées de la ville.

3. Des composants et des produits britanniques, français et allemands, y compris des missiles, des batteries de missiles et des boîtes de transport de bombes, ont été exportés en Turquie, où ils ont été montés sur des drones de fabrication turque et exportés en Azerbaïdjan. Ces drones, chargés de pièces d’armement de fabrication européenne, ont été utilisés lors du conflit de 44 jours dans le Haut-Karabakh, qui a provoqué le déplacement forcé de la moitié de la population arménienne de la région – soit quelque 90 000 personnes.

4. Entre 2012 et 2015, la Bulgarie a exporté des fusils, des systèmes d’artillerie de gros calibre, des mitrailleuses légères, des sous-marins portatifs et des lance-grenades à la police nationale et à l’armée de la République démocratique du Congo (RDC). Le conflit en RDC est l’un des plus importants au monde, et pourtant l’Europe continue de fournir des armes utilisées pour commettre des violations généralisées des droits humains. En 2017, la Serbie a exporté 920 fusils et 114 mitrailleuses légères initialement fabriqués en Bulgarie. La même année, 2 166 000 personnes ont été déplacées de force, ce qui en fait l’une des pires années depuis le début du conflit. Plus précisément, des armes bulgares ont été utilisées au Nord-Kivu en 2017 et leur utilisation a coïncidé avec le déplacement forcé de 523 000 personnes.

5. Au moins quatre patrouilleurs italiens de la classe Bigliani ont été donnés à la Libye et utilisés par ses garde-côtes pour repousser de force et détenir les migrants fuyant le pays. En 2019, les garde-côtes libyens ont placé une mitrailleuse sur au moins un de ces navires et l’ont utilisée dans le conflit interne contre l’armée nationale libyenne. Nombre de ceux qui ont fui la Libye avaient déjà fui d’autres conflits dans d’autres pays d’Afrique et d’Asie occidentale qui ont probablement acheté ou reçu des armes européennes, de sorte qu’à chaque étape de leur parcours, du déplacement à la migration, le commerce européen des armes a réalisé d’énormes profits en les déplaçant d’abord, puis en les décourageant de se rendre sur les côtes européennes.

Les organisations, les militants et une grande partie du monde sont depuis longtemps conscients de ce lien entre l’industrie européenne de la guerre – les guerres et la gestion des flux migratoires. Mais voici des preuves qui le démontrent. Ces entreprises ont bien sûr des noms, qui sont clairement enregistrés dans l’enquête : Airbus (intérêts franco-allemands), ARSENAL (bulgare), BAE Systems (Royaume-Uni), Baykar Makina (turc), EDO MBM (Royaume-Uni), Intermarine (italien), Kintex (bulgare), Leonardo (italien), Roketsan (turc), SB Aerospatiale (français), TDW (allemand), Turkish Aerospace Industry (turc) et Vazovski Mashinostroitelni Zavodi ЕAD (bulgare).

Conclusions générales de l’enquête :

Les armes et les équipements militaires fabriqués et autorisés en Europe et vendus à des pays tiers provoquent des déplacements forcés et des migrations. Ce commerce d’armes est motivé par le fait que cette industrie est très rentable. Dans le même temps, les mécanismes actuels de contrôle et de surveillance facilitent plutôt qu’ils ne limitent les licences et les exportations problématiques.

Le commerce des armes est politique et axé sur le profit, mais n’est pas soumis à des règles. Si d’autres secteurs, comme l’alimentation et l’agriculture, ne portent pas atteinte au droit fondamental à la vie et à d’autres droits humains de la même manière que le commerce des armes, ils sont beaucoup plus étroitement réglementés.

Il est possible de retracer méthodiquement les armes, les équipements et les technologies militaires depuis leur origine et leur exportation jusqu’à l’endroit où ils ont finalement été utilisés, et de documenter leurs effets dévastateurs sur la population locale. Le rapport confirme au-delà de tout doute raisonnable que les armes européennes sont utilisées directement non pas pour défendre la population ou pour renforcer la sécurité locale ou régionale, comme on le prétend souvent, mais pour déstabiliser des pays et des régions entières.

L’industrie de l’armement est impliquée dans des violations manifestes des clauses de non-transfert et des accords d’utilisation finale, malgré le système de contrôle supposé solide. Les faits montrent qu’une fois les armes négociées, et bien qu’elles puissent être tracées, il est pratiquement impossible de contrôler la manière dont elles seront finalement utilisées. En outre, bien que les pays importateurs soient connus pour avoir violé les accords qui déterminent la destination finale des armes, les États membres de l’UE ont continué à leur vendre des armes et des équipements militaires.

Que les armes aient été exportées vers les forces de sécurité officielles de l’État ou qu’elles aient finalement été utilisées par des groupes armés paraétatiques, ou encore que les accords sur leur élimination et les autres mécanismes de contrôle aient été respectés, le résultat était le même : les armes européennes ont été utilisées dans des opérations militaires qui ont conduit à la déstabilisation et, par conséquent, à des déplacements et des migrations forcés. Cette déstabilisation, facilitée par les armes fournies par l’Europe, a ensuite permis à cette dernière de développer considérablement ses équipements de sécurité aux frontières pour répondre à la menace évidente que représentent les réfugiés qui tentent d’atteindre l’UE et de demander l’asile.

Les pays européens figurent parmi les principaux exportateurs mondiaux d’équipements d’armes létales, représentant environ 26 % des exportations mondiales d’armes en 2015. Les cinq principaux exportateurs d’armes européens sont la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni – représentant ensemble 22 % des exportations mondiales d’armes en 2016-2020.

Les exportations d’armes de la Bulgarie, de la Croatie et de la Roumanie ont augmenté ces dernières années, dont une grande partie est exportée vers les pays d’Asie occidentale. Par exemple, avant 2012, la Croatie exportait pour moins d’un million d’euros de munitions par an, mais avec le début de la guerre en Syrie, ses exportations ont augmenté chaque année pour atteindre 82 millions d’euros en 2016. Le Parlement européen a demandé à la Bulgarie et à la Roumanie de mettre fin aux exportations d’armes vers l’Arabie saoudite et les États-Unis (s’il y avait un risque de détournement de ces armes), sans succès jusqu’à présent.

En Syrie, on estime que 13 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire et que plus de la moitié de la population est toujours déplacée de chez elle – dont 6,6 millions de réfugiés vivant dans les pays voisins tels que la Jordanie et le Liban, qui tentent ensuite de fuir vers l’Europe en reculant vers les mains qui les ont déplacés. 6,7 millions de personnes supplémentaires sont déplacées à l’intérieur de la Syrie.

Comment mettre fin au déplacement de millions de personnes causé par les exportations d’armes européennes ?

Une discussion très intéressante pour aller plus loin dans le débat est organisée par le Transnational Institute le mardi 28 septembre, à 17 heures GMT. La discussion aura lieu en ligne et le panel comprendra, outre l’auteur de la recherche « Smoking Guns » mentionné au premier paragraphe, Apostolis Fotiadis, la Dre. Hannah Newman (députée européenne des Verts), Catherine Woolard (directrice du Conseil européen pour les réfugiés et les exilés), Andrew Feinstein (auteur du livre ‘A world in the shadows : the inner sanctum of the global arms trade’) et Leonie Haddavi (chercheuse à l’Organisation européenne OSINT).

Vous pouvez vous inscrire ici si vous souhaitez assister au débat, qui se tiendra en anglais.


Voir aussi :

Crise climatique et armements : Commentaire d’Apostolis Fotiadis (GR)
« Les pouvoirs hors de contrôle », nouveau livre d’Apostolis Fotiadis (GR)
Apostolis Fotiadis : L’Europe fait de la politique sur la crise des réfugiés (ESP, ENG, ITA, GR)