Il existe d’importants portails internationaux d’informations sur la recherche médicale. L’un d’entre eux est le British Medical Journal [le bmj], qui a 180 ans d’histoire, qui a commencé comme une revue médicale et qui est maintenant une référence médicale pour la recherche, publiant en 14 langues, avec des bureaux dans les principales régions continentales et une large reconnaissance internationale. Le 4 mars 2020, le bmj a donc publié un article intitulé « Est-il temps de nationaliser l’industrie pharmaceutique ? » Elle a invité, entre autres, Mariana Mazzucato[1] et Henry Lishi Li[2] à donner leur avis.

Il est intéressant de constater qu’à un niveau scientifique aussi élevé à l’étranger, ce débat est ouvert depuis longtemps. Non seulement les gens n’ont pas peur de s’exprimer, mais ils développent des arguments sérieux pour et contre. Un dialogue sans tabou s’instaure, car il est clair que face aux grands défis sanitaires auxquels nous sommes confrontés, nous devons penser différemment, proposer et mettre en œuvre des politiques qui résoudront les problèmes systémiques chroniques, en gardant toujours à l’esprit l’intérêt public.

Quelques points de ce que Marianna Mazzucato et Henry Lishi Li ont exprimé :

« Le secteur public est la pierre angulaire de l’industrie pharmaceutique, prenant souvent le risque le plus élevé au stade précoce de l’innovation »[3]. Les entreprises donnent la priorité aux « blockbusters » au détriment des médicaments non commerciaux, qui sont pourtant extrêmement importants pour la santé publique[4]. Le prix de ces médicaments ne tient pas compte de la contribution d’autres facteurs, notamment des institutions publiques[5]. Les brevets font fréquemment l’objet d’abus[6] et les prix élevés peuvent être maintenus même lorsque la concurrence des génériques commence [7]. Les prix élevés alimentent le sur financement de certaines parties de l’industrie pharmaceutique, où les rachats d’actions dépassent les investissements dans la recherche et le développement (R&D) [8]. Ces prix conduisent également à un effort de réduction des coûts par l’externalisation des capacités de fabrication au détriment des capacités locales [9]. »

Quels sont donc les changements nécessaires à leurs yeux ?

« L’État devrait superviser le processus d’innovation en matière de médicaments davantage comme un façonneur de marché : en guidant l’innovation, en imposant des prix plus justes, en veillant à ce que les brevets et la concurrence fonctionnent comme prévu, en fixant les conditions de réinvestissement et en garantissant l’approvisionnement en médicaments. En d’autres termes, nous ne souhaitons pas dénigrer l’industrie pharmaceutique – nous convenons qu’elle joue un rôle important – mais nous devons être en mesure de gérer le système, en particulier lorsque nous constatons qu’il ne défend pas l’intérêt public. »

« Dans ce contexte, » selon Mazzucato et Lishi Li, « le débat sur les produits pharmaceutiques publics prend de l’ampleur : il s’agit de médicaments fournis par le gouvernement, des médicaments de qualité qui sont disponibles dans le monde entier à des prix raisonnables et stables et qui coexistent avec les produits pharmaceutiques du secteur privé »[10]. La nationalisation ne vise pas seulement à corriger une défaillance du marché (privé), mais aussi à créer un État entrepreneurial qui semble être bon pour développer des innovations transformatrices. La nationalisation peut être un meilleur moyen de gérer le risque et la récompense[11]. Elle ne nécessite pas nécessairement un transfert complet de la propriété. Le degré de propriété par rapport à la gestion peut varier. » Une option publique dans le domaine des produits pharmaceutiques est non seulement fondamentale pour protéger le droit humain à la santé et la sécurité sanitaire mondiale, mais elle constitue également un avantage stratégique pour protéger la sécurité nationale contre les pénuries de médicaments essentiels et de bonne qualité, améliorer la compétitivité nationale et créer une forte concurrence sur le marché.

 


[1] Mariana Mazzucato est professeure d’économie de l’innovation et de la valeur publique au University College of London et auteur du livre « The Entrepreneurial State », Kritiki.

[2] Henry Lishi Li est chargé de recherche à l’UCL, Institut pour l’innovation et le bien public. Au cours de son doctorat, il a étudié la campagne nationale chinoise visant à lutter contre le problème de la résistance aux antimicrobiens. Il a participé à la facilitation d’échanges d’approches politiques de haut niveau entre des experts britanniques et chinois sur les questions de résistance aux antimicrobiens.

[3] Mazzucato M. The entrepreneurial state: debunking public vs private sector myths. 2nded. Penguin Books, 2013. https://books.google.co.uk/books?id=eawzDwAAQBAJ&source=gbs_similarbooks

[4] Moon S, Bermudez J, ’t Hoen E. Innovation and access to medicines for neglectedpopulations: could a treaty address a broken pharmaceutical R&D system?PLoS Med2012;9:e1001218. 10.1371/journal.pmed.1001218 22615544

[5] Mazzucato M, Roy V. Rethinking value in health innovation: from mystifications towardsprescriptions. J Econ Policy Reform 2018;In Press:1-19. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/13506285.2012.670142.

[6] Mazzoleni R, Nelson RR. Economic theories about the benefits and costs of patents. JEcon Issues 1998;32:1031-52. https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/00213624.1998.1150610810.1080/00213624.1998.11506108.

[7] Luo J, Kesselheim AS, Greene J, Lipska KJ. Strategies to improve the affordability ofinsulin in the USA. Lancet Diabetes Endocrinol 2017;5:158-9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28189654. 10.1016/S2213-8587(17)30041-4 28189654.

[8] Tulum Ö, Lazonick W. Financialized corporations in a national innovation system: the USpharmaceutical industry. Int J Polit Econ 2018;47:281-316. https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/08911916.2018.154984210.1080/08911916.2018.1549842.

[9] Pisano GP, Shih WC. America needs a manufacturing renaissance. Harvard BusinessSchool Working Knowledge. 2012. https://hbswk.hbs.edu/item/america-needs-a-manufacturing-renaissance.

[10] Sitaraman G, Alstott AL. The public option: how to expand freedom, increase opportunity,and promote equality. Harvard University Press, 2019. https://www.goodreads.com/book/show/42585060-the-public-option?ac=1&from_search=true&qid=djMyZGoWDs&rank=2.

[11] Herder M, Graham JE, Gold R. From discovery to delivery: public sector development ofthe rVSV-ZEBOV Ebola vaccine. J Law Biosci 2020. https://academic.oup.com/jlb/advance-article/doi/10.1093/jlb/lsz019/5706941.