Le monde entier a vu la vague de réfugiés rohingyas au Bangladesh en 2017. Les Rohingyas ont été déplacés de leur patrie (Rakhine) par le régime de la junte militaire du Myanmar. Ils se sont réfugiés dans la région de Cox’s Bazar au Bangladesh, qui les a temporairement hébergés pour des raisons humanitaires. Mais ce soulagement temporaire a entraîné un désastre pour le pays.

En conséquence, le Bangladesh est confronté à une grave crise liée à ce problème. Les troubles locaux au sein de la population, l’énorme fardeau économique, la déforestation, le commerce illégal de la drogue, la traite des êtres humains et la prostitution dans la région viennent s’ajouter à la crise des réfugiés. Certains malfaiteurs tentent d’exploiter le problème comme une opportunité. Parmi les problèmes, citons le processus de radicalisation par certains groupes extrémistes dans les camps de Cox’s Bazar et l’augmentation du taux de criminalité.

La région de Cox’s Bazar est une zone montagneuse où les glissements de terrain sont très fréquents. Les Rohingyas sont gravement menacés par les glissements de terrain et les inondations. Pour cette raison, le gouvernement du Bangladesh a adopté une approche holistique pour traiter les réfugiés en lançant une initiative majeure appelée « Ashrayan-3 » pour l’hébergement temporaire de cent mille (un lakh) réfugiés rohingyas. Dans le cadre de ce projet, le gouvernement a construit des maisons d’hébergement à Bhasanchar, Noakhali. Ashrayan est un terme bengali qui signifie donner un abri à toute personne. Le Bangladesh a déjà accueilli un million de réfugiés rohingyas et l’a fait avec beaucoup de succès. Étant donné que des millions de personnes peuvent être touchées par des glissements de terrain et des inondations à tout moment à Cox’s Bazar, sur le plan social, physique et des infrastructures, Bhasanchar est plus sûr pour les Rohingyas que leur propre pays. Mais cela doit être temporaire. Ils doivent être rapatriés sur leur propre terre (Rakhine au Myanmar).

Environ un million de Rohingyas sont abrités depuis trois ans dans le camp de réfugiés densément peuplé de Cox’s Bazar. Le gouvernement a pris l’initiative d’envoyer environ 100 000 d’entre eux à Bhasanchar. Pour protéger une zone de 40 km2 contre les raz-de-marée et les houles, des barrages de 13 km de long et l’infrastructure de 120 villages groupés pouvant accueillir 100 000 personnes ont été construits. En 2020, le gouvernement a sauvé plus de 300 Rohingyas de la mer et les a amenés à Bhasanchar.

Entre-temps, la délégation des Rohingyas a été amenée à voir l’île dans le but de relocaliser environ 100 000 de leurs compatriotes à Bhasanchar. Les représentants de la délégation ont eu un aperçu du projet d’asile de Bhasanchar pour les réfugiés Rohingya dans le camp de Cox’s Bazar.

Avec une excellente planification et un maximum de soins et de travail, Bhasanchar a été construit avec presque toutes les facilités de la vie moderne. Après son « achèvement complet », plusieurs médias ont publiquement suggéré que Bhasanchar est cent fois mieux que la façon dont un grand nombre de Rohingyas vivent dans les 34 camps de fortune d’Ukhia et de Kutupalong à Cox’s Bazar. Le 16 novembre 2021, une délégation de 32 fonctionnaires de 22 ONG a visité Bhasanchar et l’a décrit comme « très agréable et vivable ». Déjà 40 leaders rohingyas (majhis) ont été intégrés à la gestion du gouvernement pour donner aux autres Rohingyas un aperçu de Bhasanchar. Les médias électroniques publient des histoires positive à son sujet.

Le gouvernement a dépensé environ 3 900 crore Taka bangladais (39 millions d’euro) pour mettre en œuvre le projet Bhasanchar en contrôlant toutes les normes de gestion des réfugiés de l’ONU. Tout ceci est l’argent des habitants de ce pays. Que manque-t-il dans ce Bhasanchar ? Il est construit sur une superficie de 40 kilomètres carrés dans une zone d’environ 13 mille acres. 120 groupements, 1440 établissements ont été construits d’une manière très bien planifiée à un mètre du sol. Chaque hangar compte 12 maisons. Chaque maison a 16 chambres. Chaque chambre a deux lits et deux étages. Une famille de quatre membres aura une chambre chacun. Selon les normes de l’ONU, chaque réfugié doit avoir au moins 36 pieds carrés d’espace dans le format du système international des réfugiés. Mais il y a plus d’espace pour tous que cela. En plus des dortoirs, des écoles, des mosquées, des hôpitaux, des terrains de jeux, de larges routes, des maisons d’éclairage, des systèmes solaires, des entrepôts de stockage de nourriture, des tours de trois opérateurs de téléphonie mobile, des systèmes d’égouts, des super magasins, des saloons, des maisons de jour ont été construits pour que les Rohingyas puissent vivre une vie moderne et meilleure. Un centre de soins, un système de bazar, un centre communautaire et un poste de police permanent permettant de faire respecter la loi 24 heures sur 24 pour une sécurité globale. Des jetées ont été construites pour le transport des biens et des personnes. Outre l’aide gouvernementale, l’élevage de bovins et de buffles, l’aviculture, la pisciculture, l’élevage de pigeons, l’arboriculture fruitière, la production laitière ; l’artisanat et les machines à coudre sont aussi fournis pour soutenir les moyens de subsistance et les activités économiques d’un lakh (100.000) de Rohingyas. Diverses dispositions ont été prises. De nombreuses installations attendent les Rohingyas à Bhasanchar. Il est maintenant grand temps de transférer temporairement les Rohingyas de la région de Cox’s bazar à Bhshan char pour leur offrir une vie meilleure. Mais en fin de compte, ils doivent être rapatriés dans leur patrie, Rakhine, car ils sont des citoyens du Myanmar.

Certains médias rapportent que les Rohingyas ne veulent pas se réfugier à Bhashanchar. Mais ce n’est pas vrai. L’une des raisons est la méconnaissance de Bhasanchar et le manque d’informations adéquates. Selon le Bureau du commissaire aux réfugiés et au rapatriement du Bangladesh, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont été relogées volontairement entre le 4 décembre 2020 et le 3 mars 2021.

La délégation des Nations Unies qui s’est rendue à Bhasanchar a exprimé sa « satisfaction » le 18 mars 2021, après avoir inspecté l’île et ses infrastructures pendant trois jours consécutifs et s’être entretenue avec les Rohingyas relogés. Lorsqu’on leur a demandé pourquoi ils étaient venus ici, ils ont répondu qu’ils voulaient une vie meilleure que celle du camp de réfugiés bondé de Cox’s Bazar.

Bhasanchar, un sanctuaire pour les Rohingyas, a été un exemple pour le monde, a déclaré Vulcan Bazkir, président de la 75e Assemblée générale des Nations unies, en visite à Dhaka, notant que le Bangladesh a donné l’exemple de la façon de traiter les réfugiés.

Là où de nombreux États dans le monde ont échoué, le Bangladesh a montré au monde entier comment traiter correctement les réfugiés sur la base des accords de l’ONU. Les Rohingyas, les organisations internationales, les institutions financières internationales, les ONG, les organisations non gouvernementales internationales, la communauté internationale et les médias mondiaux doivent soutenir et aider le Bangladesh à cet égard.

 

MD Pathik Hasan, travaille pour une ONG basée à Dhaka et est écrivain indépendant (notamment sur l’actualité internationale).