Les étudiant.e.s dépassent le clivage francophone/néerlandophone pour soutenir ensemble la lutte des sans-papiers.

Communiqué de Presse de l’Action du 5 juillet 2021 à l’Universiteit Gent

Aujourd’hui, le 5 juillet 2021, environ 40 étudiant.e.s, militant.e.s et supporters de l’Union des Sans-Papiers pour la Régularisation (USPR) ont occupé le bâtiment UFO de l’Université de Gand (UGent).

Depuis 44 jours, 475 Sans-Papiers sont en grève de la faim dans des occupations à l’église du Béguinage (Bruxelles), à l’ULB et à la VUB (Universités Libre de Bruxelles FR + Nl). Leur but est clair : la régularisation collective sur base de critères clairs et permanents, avec permis de séjour renouvelable et permis de travail à durée indéterminée.

Ces personnes vivent sur le territoire belge depuis 5, 10, voire 20 ans pour certains. Ils travaillent avec les citoyens belges, et, dans de nombreux cas, pour ces derniers, remplissant des fonctions essentielles à la société belge. Ce sont ces aides-soignant.e.s qui prennent soin de nos malades et de nos personnes âgées. Ce sont ces travailleur.se.s de chantier et ouvrier.e.s qui construisent et rénovent nos maisons. Ce sont ces technicien.ne.s de surface qui nous permettent de travailler dans un environnement propre et sûr. Ils accomplissent tous ces métiers essentiels avec pour contrepartie un salaire indécent et un traitement inhumain. Ils ne possèdent pas d’assurance-maladie, ni de pension, ni même de contrat. Ils travaillent et vivent privés des droits dont l’État belge est censé se porter garant, et plus encore, sans aucune visibilité ni reconnaissance. La pandémie du COVID-19 a également ébranlé l’équilibre fragile qu’ils avaient réussi à atteindre en Belgique. Cette absence de sécurité sociale les a rendus encore plus vulnérables : malgré les risques de contamination, ils doivent continuer à travailler, ils n’ont accès à des services médicaux qu’en cas d’urgence et sont également une des dernières catégories de personnes à avoir accès à la vaccination.

De nombreuses actions ont été organisées à Bruxelles sur les campus de l’ULB et de la VUB. Ces actions ont résulté en un soutien de ces universités à l’USPR et en un appel à une coopération intergouvernementale pour répondre à cette lutte en cours. La déclaration du Conseil Inter-Universitaire Flamand (VLIR) (publiée le 30 juin 2021) dont UGent fait partie ne fait aucune mention d’un appel à la régularisation de tous les grévistes, parlant plutôt d’une vague »solution humaine ». L’université se doit de réclamer une solution sur le long-terme pour les Sans-Papiers de Belgique. Dans l’immédiat, il est urgent que l’UGent, dans un souci humanitaire, exprime un soutien inconditionnel à la régularisation des grévistes de la faim et des occupants.

En ce qui concerne notre occupation aujourd’hui, les demandes sont simples : Nous appelons le recteur de l’UGent Rick Van de Walle à faire une déclaration publique en tant que recteur de l’UGent en faveur de la régularisation immédiate des Sans-Papiers et en soutien à l’USPR. Cette déclaration ne peut considérer l’arrêt de cette grève de la faim comme solution politique. Au contraire, elle doit porter son attention sur le vrai problème, le refus de délivrer des papiers à des personnes qui, comme dit précédemment, font tourner le pays. La déclaration doit aussi inclure un appel à tous les partis flamands à se positionner de manière similaire en demandant aux ministres flamands du gouvernement fédéral de prendre leurs responsabilités et d’entamer une conférence interministérielle sur le problème des Sans-Papiers sur l’entièreté du territoire belge. Plus encore, le Secrétaire d’État Sammy Mahdi doit être rappelé à ses responsabilités en tant que membre du CD&V qui, après tout, promeut les valeurs chrétiennes de la solidarité, de l’amour et de l’accueil inconditionnel de tous.

Les occupations à l’ULB et à la VUB ont montré que les universités et les recteurs sont à même de prendre une position politique en ce qui concerne les demandes de l’USPR. Nous demandons une position semblable de la part de l’UGent, incluant un appel à la régularisation de tous les grévistes avec, au minimum, l’obtention d’un titre de séjour d’un an renouvelable dit »carte A » qui autorise un accès illimité au marché du travail, sur base de »circonstances exceptionnelles » par l’intermédiaire de la procédure existante 9 bis, comme le demande l’USPR. De plus, nous appelons l’UGent à joindre sa voix à celles de l’ULB et de la VUB et de demander une solution politique durable, menant à la régularisation de tous les Sans-Papiers présents sur le territoire belge.

Toutes nos demandes sont en accord avec celles émises par Rick Van de Walle sur son compte Twitter personnel. Nous lui demandons simplement de faire suivre ses paroles par des actes. Il en est de même pour la déclaration du VLIR qui appelle à un changement structurel. Aujourd’hui, les mots ne suffisent plus! Il faut agir et tout pouvoir politique doit être utilisé pour amener un changement positif.

En tant qu’étudiants, militants et chercheurs, nous appelons nos confrères ainsi que les membres de notre administration et nos professeurs à demander à l’UGent de sortir de son silence et de jouer un rôle actif en soutenant la lutte continue de l’USPR.

Groupe de Solidarité de Gand avec l’USPR.

Press Contact : Dutch/Eng : +32(0)474044280 French/Eng : +32(0)0496039862