Costas Dimoulas : l’institutionnalisation du revenu de base est impérative

03.06.2021 - Pressenza Athens

Cet article est aussi disponible en: Grec

Costas Dimoulas : l’institutionnalisation du revenu de base est impérative
Kostas Dimoulas, professeur associé au département de politique sociale de l'université Panteion.

À l’occasion du dialogue en ligne qui a eu lieu le mardi 11 mai sur le thème « Notre vie après la pandémie et le rôle du revenu de base », Costas Dimoulas, professeur associé au département de politique sociale de l’université Panteion, a donné six raisons pour lesquelles il estime qu’il est impératif d’institutionnaliser le revenu de base en Grèce.

  1.  La Grèce est un pays relativement riche, avec un revenu annuel moyen par habitant de 16 383 en 2020. Ce montant, s’il était réparti équitablement, signifierait que deux personnes vivant dans une maison auraient un revenu familial de 32 000 euros. Non seulement ce n’est pas le cas, mais après les transferts sociaux, 1 881 000 personnes restent pauvres.
  2.  Le revenu net disponible par habitant – après impôts – est également élevé, environ 1200 euros par personne et par mois. Le seuil de pauvreté est de 410 euros par mois, mais le revenu minimum garanti, qui est présenté comme un moyen de protection, garantit un revenu mensuel maximum de 200 euros par mois à seulement 273 000 bénéficiaires directs. Cela signifie qu’une grande partie des personnes vivant dans une situation de privation grave n’ont pas les moyens de vivre dans la dignité.
  3.  L’emploi, tel que le marché du travail est actuellement structuré, assure une vie décente à un très faible pourcentage de la population en âge de travailler et le salaire de base, en particulier pour les jeunes, est humiliant. Aujourd’hui, le salaire de base net est de 558,22 euros par mois, ce qui ne suffit pas à couvrir les besoins fondamentaux de nombreux travailleurs, ce qui nous montre que le mécanisme de l’emploi ne garantit pas de facto une vie décente à ceux qui travaillent.
  4.  Les politiques de l’emploi – qu’elles soient qualifiées de passives ou d’actives – telles qu’elles ont été mises en œuvre, du moins ces dernières années, n’ont pas atteint leurs objectifs et n’ont pas réduit le problème du chômage ni celui de la privation sociale. Selon les données d’ELSTAT, en 2020, la Grèce comptera 892 000 personnes vivant dans des foyers de travail à faible intensité contre leur gré. Il y a environ 235 000 personnes travaillant à temps partiel et sous-employées et les chômeurs inscrits, sur la base des données de l’OAED, dépassent 1 100 000 personnes, alors que les allocations de chômage régulières ne sont accordées qu’à 150 000 personnes, soit 13,5 % des chômeurs inscrits. Par conséquent, la couverture offerte à la grande majorité des chômeurs n’est pas suffisante pour assurer leur subsistance.
  5.  Il existe une très grande partie de la population qui contribue, par son travail non déclaré, à la production de la richesse dont dispose notre société mais qui, dans la manière dont elle est distribuée, ne reçoit pas son dû et n’est pas assurée et est officiellement considérée comme la population sans emploi.
  6.  Les restructurations économiques qui se sont accélérées pendant la période pandémique et qui s’accéléreront encore plus avec la révolution numérique intensifient la bipolarité entre les chômeurs et les sous-employés et ceux qui font des journées épuisantes de dix et douze heures pour s’assurer un salaire décent, alors que d’autre part, les syndicats sont incapables de protéger le revenu des travailleurs, comme nous le savons trop bien par expérience.

Comment allons-nous financer le revenu de base ?

Quant à la question du financement du revenu de base, M. Demoulas a suggéré de le faire en restructurant le système fiscal. Il propose d’importantes taxes foncières sur les personnes physiques et morales (dont beaucoup sont des sociétés offshore), des taxes environnementales ou des taxes sur les transactions commerciales et financières, et accessoirement des obligations.

L’émission d’obligations peut garantir un plus grand consensus sur le financement public du revenu de base sans exiger une restructuration immédiate de la politique fiscale et budgétaire. Toutefois, si elle n’est pas combinée à l’introduction de ces taxes, elle déplacera la charge du financement sur la nouvelle génération qui devra rembourser ces obligations avec son travail.

Selon M. Dimoulas, la combinaison de l’institutionnalisation du revenu de base avec une nouvelle politique fiscale et budgétaire est une condition fondamentale pour renforcer la justice sociale et promouvoir l’égalité, car elle ne pèse pas sur les revenus pauvres et moyens inférieurs, mais déplace la charge de son financement vers le capital immatériel et la richesse concentrée – chez quelques propriétaires.

Catégories: Economie, International, Opinion
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Femmes

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.