Par Flavia Estevan

La Journée internationale des sages-femmes (5 mai) et la Journée internationale des infirmières (12 mai) sont célébrées dans le monde entier au mois de mai. Cette année, la Fédération internationale des sages-femmes a célébré cette date avec le slogan suivant : « Investir dans les sages-femmes sauve des vies, améliore la santé et renforce les systèmes de santé ».

Et dans le contexte de la pandémie Covid 19, la Fédération a mis en garde : « Les sages-femmes sont essentielles, même et surtout pendant une pandémie mondiale. Les sages-femmes peuvent fournir des soins aux femmes, aux enfants et aux adolescents en dehors des établissements de santé et à proximité de leur lieu de vie, ce qui est particulièrement important à l’heure actuelle, car cela peut empêcher les services médicaux d’être surchargés ».

Qui sont les sages-femmes ?

Les sages-femmes exercent probablement l’un des plus vieux métiers de l’humanité. Les femmes ont toujours aidé d’autres femmes à accoucher, et il était courant dans les villes que des femmes plus expérimentées aident la communauté en matière de grossesse, d’accouchement, de soins aux bébés et de santé générale.

Jusqu’au milieu du siècle dernier (années 1950), la plupart des naissances dans pratiquement toutes les régions du monde avaient lieu à domicile et la plupart étaient assistées par des sages-femmes.

Avec l’avancement du modèle médical occidental moderne, le transfert des processus de santé et de maladie aux professionnels de la médecine et le renforcement des institutions hospitalières, certains pays ont intégré les sages-femmes dans leurs systèmes de santé et d’autres les ont laissées de côté.

Dans le monde d’aujourd’hui, différents professionnels et non-professionnels assistent aux naissances :

-Les médecins (obstétriciens) sont ceux qui étudient la médecine et se spécialisent ensuite en obstétrique. Ils sont formés pour accompagner les femmes avant l’accouchement et intervenir dans les grossesses à risque, en plus de pratiquer des césariennes.

-Les sages-femmes sont des sages-femmes formées dans des universités avec une formation directe en obstétrique, préparées à s’occuper des grossesses à risque habituel, de l’accouchement et du post-partum, en plus des soins de santé de base.

– Les infirmières sages-femmes suivent une formation universitaire générale, puis se spécialisent en obstétrique. En plus d’avoir les mêmes compétences que les sages-femmes, ils peuvent travailler dans d’autres secteurs des soins infirmiers en raison de leur formation générale.

-Les sages-femmes traditionnelles travaillent dans de nombreuses régions du monde, principalement loin des grands centres urbains. Ce sont des sages-femmes non qualifiées, qui peuvent avoir appris le métier auprès d’une sage-femme plus expérimentée ou, dans certains cas, grâce à des cours techniques. Il est essentiel d’améliorer les conditions de vie, la santé et la sécurité des sages-femmes traditionnelles, dont la plupart travaillent dans des zones de grande vulnérabilité économique et sociale, où les systèmes de santé n’offrent pas de couverture.

Dans une déclaration officielle du 5 mai 2021, le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, a déclaré que « si les interventions des sages-femmes atteignaient une couverture de 95 %, il serait possible de prévenir 67 % des décès maternels, 65 % des mortinaissances et 64 % des décès néonatals, ce qui permettrait de sauver 4,3 millions de vies par an jusqu’en 2035 ».

Ces données ont été publiées dans une étude récente dans la revue scientifique The Lancet https://www.thelancet.com/journals/langlo/article/PIIS2214-109X(20)30397-1/fulltext. Il est également dit que l’engagement des organisations de santé est essentiel pour que le travail des sages-femmes et des infirmières soit reconnu et bénéficie d’une réputation positive et respectueuse par rapport aux autres groupes qui travaillent également dans le domaine des soins de grossesse et d’accouchement. La dimension de genre doit être prise en compte car la majorité des sages-femmes sont des femmes et la majorité des médecins seniors et des responsables de services de santé sont des hommes.

Récemment, REHUNO Santé https://rehunosalud.org/ a participé au 8e symposium international du Centre d’études humanistes et a organisé le panel : « Naissance dans 3 cultures – Avancées et défis de la santé maternelle et infantile » avec la participation des sages-femmes Henriqueta Mundlovo du Moçambique ; Raquel Cajão du Portugal et Roselane Gonçalves du Brésil. Chaque sage-femme a fourni des données et a raconté un peu le scénario des soins obstétriques et néonatals dans son pays, les améliorations constatées ces dernières années et les défis qui restent à relever.

Pour voir la présentation complète, cliquez ici : https://www.youtube.com/watch?v=448qYOksUIw