Tous les scientifiques s’accordent désormais à dire que le changement climatique est une situation urgente qui menace la civilisation et la vie sur notre planète. Toute solution doit inclure des mesures visant à maîtriser l’effet de serre en contrôlant les émissions, en limitant la consommation de carburant et en passant à des technologies alternatives qui ne détruisent pas l’environnement humain tout en conservant l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’espèce sur cette planète.

Cette sombre réalité a conduit certains observateurs éminents, même au sein du mouvement écologique, à embrasser la possibilité de l’énergie nucléaire. Nous savons que ses défenseurs ont toujours proclamé qu’elle était propre, fiable, économique et sûre. En réalité, rien de tout cela n’est vrai.

1) Elle est coûteuse et présente un risque énorme pour notre bien-être physique et mental. Selon l’Agence d’information sur l’énergie des États-Unis, le coût moyen de production de l’énergie nucléaire est d’environ 100 $ par mégawattheure. Comparez cela aux 50 $ par mégawattheure du solaire et aux 30 à 40 $ par mégawattheure des éoliennes. Le groupe financier Lazard a récemment déclaré que le coût des énergies renouvelables est désormais égal ou inférieur au coût des sources d’énergie traditionnelles, à savoir les combustibles fossiles, et bien inférieur au nucléaire.

En théorie, ces coûts élevés et le long délai de construction devraient avoir reculé. Mais depuis un demi-siècle que l’énergie nucléaire est développée, cette théorie s’est avérée fausse. Contrairement à d’autres technologies, le coût de l’énergie nucléaire est en constante augmentation. Même ses partisans reconnaissent qu’il ne redeviendra jamais compétitif dans un environnement de marché libre. L’Agence pour l’énergie nucléaire et l’Agence internationale de l’énergie ont toutes deux conclu que, bien que l’énergie nucléaire soit « une source éprouvée à faible émission de carbone en tant que source de production d’électricité », son industrie doit résoudre les graves problèmes de coût, de sécurité et d’élimination des déchets si elle veut jouer un rôle dans la production future d’énergie à climat contrôlé.

Mais il existe des problèmes plus profonds et plus graves. Celles-ci ont trait à la peur et à la réalité des conséquences de la radioactivité. Nous parlons tous de pollution invisible dans le sens où il s’agit d’un poison qui pénètre dans le corps et peut frapper à tout moment, même ceux que l’on pensait à l’origine ne pas être affectés par une catastrophe nucléaire. Il ne s’agit pas d’une crainte irrationnelle, puisque la médecine affirme que les effets différés des radiations sont valables.

De plus, les accidents nucléaires catastrophiques, bien que rares, peuvent provoquer ces conséquences physiques et psychologiques à grande échelle. Aucun système technologique n’est parfait, mais la vulnérabilité de l’énergie nucléaire est trop grande. Les améliorations de la conception ne peuvent pas éliminer la possibilité de fusions fatales. Ces possibilités sont le résultat de conditions météorologiques extrêmes, d’événements géophysiques tels que des tremblements de terre, des volcans et des tsunamis (comme celui qui a provoqué la catastrophe de Fukushima), de problèmes techniques et d’inévitables erreurs humaines. Le changement climatique lui-même joue contre les centrales nucléaires puisque les sécheresses sévères entraînent l’arrêt des réacteurs car l’eau environnante devient trop chaude pour refroidir le cœur.

2) Les défenseurs de l’énergie nucléaire minimisent généralement les conséquences catastrophiques de Fukushima et de Tchernobyl. Ils soulignent que relativement peu de décès directs ont été enregistrés dans ces deux catastrophes. Mais ils ne prennent pas en compte les implications médicales.

Le chaos dans lequel se sont déroulées les deux catastrophes et l’extrême mauvaise gestion de la crise par les autorités ont entraîné une grande disparité dans les estimations. Mais les calculs scientifiques éclairés relatifs à Tchernobyl prévoient des décès futurs dus aux cancers de l’ordre de dizaines de milliers à un demi-million.

Les études menées à Tchernobyl et à Fukushima révèlent également un handicap psychologique dû à la peur d’une contamination invisible. Cette peur a submergé Hiroshima et Nagasaki, et les habitants de Fukushima comparent douloureusement leur expérience à celle des villes bombardées. La situation à Fukushima n’est pas encore sûre. Cette peur a également envahi Tchernobyl, où il y a eu un énorme mouvement de déplacement forcé de la population et où des zones entières ont été empoisonnées par les radiations et sont restées inhabitées.

La combinaison des effets réels et anticipés des rayonnements, la crainte d’une contamination invisible, se manifeste partout où la technologie nucléaire a été utilisée, non seulement dans les villes qui ont été bombardées avec des armes nucléaires et lors d’accidents majeurs, mais aussi à Hanford, en rapport avec les déchets de plutonium provenant de la construction de la bombe de Nagasaki, les Rocky Flats, après des dizaines de sites de construction nucléaire, les sites d’essais nucléaires du Nevada et partout où des soldats ont été exposés aux radiations des essais nucléaires, et les îles Marshall, site des essais de la bombe H, où des mesures récentes ont montré qu’elles restent aujourd’hui encore l’endroit le plus radioactif de la planète.

3) Les réacteurs nucléaires posent également le problème des déchets nucléaires pour lesquels aucune solution adéquate n’a été trouvée malgré un demi-siècle d’efforts scientifiques et technologiques. Même lorsqu’une centrale nucléaire est jugée non fiable et fermée, comme ce fut le cas du réacteur Pilgrim à Plymouth, ou fermée pour des raisons économiques, comme à Vermont Yankee, les déchets radioactifs accumulés restent sur place dangereusement et pratiquement immortels.

En vertu de la loi sur la politique en matière de déchets nucléaires de 1982, les États-Unis ont tenté de construire un site permanent d’élimination des déchets nucléaires ; 40 ans plus tard, cela n’a pas été fait malgré des tentatives ratées d’enfouissement profond à Yuka, dans le Nevada. Notez que l’administration Trump a réduit cette année le montant annuel pour l’entretien du site, à un moment où, avec le tremblement de terre dans la région voisine, la possibilité de fuites dans les eaux souterraines devenait plus grande.

Parce qu’il n’y a pas de solution, les déchets nucléaires d’Europe sont secrètement acheminés par train vers les ports italiens pour être transportés en Afrique, mais la plupart du temps, ils sont délibérément déversés dans la mer Méditerranée, notamment dans la région ionienne.

Une solution qui a été essayée a été de l’utiliser pour fabriquer des armes à l’uranium appauvri, qui, malgré la dose relativement faible de radioactivité, a causé des problèmes de santé aux soldats américains (syndrome de la guerre du Golfe) et a contaminé l’environnement où elles ont été utilisées à tel point qu’elles ont finalement été interdites et abandonnées.

4) En fin de compte, il y a le plus grand danger. Le plutonium et l’uranium enrichi obtenus des réacteurs nucléaires constituent la base de la fabrication des armes nucléaires. La technologie d’enrichissement de l’uranium pour l’analyste commercial peut facilement être transformée en uranium pour une bombe nucléaire. Lorsque le réacteur commercial est en fission du combustible, il produit du plutonium, ce qui entraîne des déchets hautement radioactifs. Partout où un vaste programme d’énergie nucléaire est lancé, il existe une possibilité de construction d’armes nucléaires. Bien entendu, cette possibilité fait des réacteurs nucléaires une cible attrayante pour les terroristes.

5) En juillet 2019, il y a 416 réacteurs nucléaires en fonctionnement dans le monde.

Si l’énergie nucléaire est adoptée comme solution technologique, ce nombre va se multiplier et créer une zone de danger nucléaire mortelle ; un système planétaire d’autodestruction humaine possible. La dangerosité de cette évolution est évidente. Il est absurde de rejeter cette préoccupation et d’insister, après plus d’un demi-siècle d’expérience, sur le fait qu’une « quatrième génération » de centrales nucléaires fera la différence.

6) Les défenseurs de l’énergie nucléaire la comparent souvent aux sources d’énergie dépendant du charbon. Mais le charbon n’est pas le problème. Elle se retire déjà de la scène mondiale.

La comparaison correcte est celle entre les sources d’énergie nucléaires et renouvelables. Les énergies renouvelables font partie d’une solution économique et énergétique. Ils sont déjà disponibles bien plus rapidement, plus largement et moins chers que ce que les experts avaient prévu et l’acceptation du public est élevée. L’utilisation des énergies renouvelables dans un premier temps sera suivie d’améliorations dans le stockage de l’énergie, l’intégration au réseau, les petits appareils et les véhicules électriques. Nous pouvons faire un effort mondial, comme pendant la Seconde Guerre mondiale ou, ironiquement, la bombe atomique, qui réussira à faire des énergies renouvelables un mode de vie pour tous.

Le gaz naturel et l’énergie nucléaire ne joueront qu’un rôle de transition, mais il est insensé de parier la planète sur une technologie qui n’a jamais fonctionné correctement et qui représente de profondes menaces pour nos corps et nos âmes.

Le nucléaire n’est la solution à aucun problème humain en temps de guerre ou de paix. Plus vite nous nous en débarrasserons, mieux ce sera si nous voulons qu’il y ait un avenir pour l’humanité.

Source : ippnwgr.blogspot.com