Nous nous sommes entretenus avec Marciano Sanchez Bayle, président de la Fédération des associations de défense de la santé publique (FADSPU), sur la tendance à privatiser les services publics, et les conséquences que cela a et aura à moyen et long terme pour une grande partie de la population.

Concernant l’introduction de certaines multinationales dans le système de santé publique espagnol et ses conséquences, M. Sánchez Bayle déclare : « Il s’agit de multinationales dont le budget est supérieur à celui de ce pays, et probablement supérieur à celui de la majorité des pays de l’Union européenne. Ainsi, leur capacité à influencer… à payer les volontés, est très grande et très puissante et les affronter est difficile et nécessite une grande volonté politique. Non pas que ce soit impossible, mais c’est compliqué ».

Par les Humanistes de Carabanchel

Marciano porte bien son nom, qui signifie guerrier, et il est l’une des voix de la Marea Blanca (marée blanche), qui lutte depuis des années pour la défense de la santé publique en Espagne et surtout à Madrid. Avant de prendre sa retraite, il était chef du service de pédiatrie de l’hôpital Niño Jesús. Les autorités de la Communauté de Madrid ont refusé sa demande de poursuivre dans le service actif, peut-être parce qu’il était trop guerrier pour elles. Il nous a très gentiment reçus dans les locaux de la Fédération pour répondre à nos questions.

Merci beaucoup de nous recevoir. Récemment, la FADSPU a dénoncé dans une déclaration le démantèlement des soins primaires dans la Communauté de Madrid. Vous donnez de nombreuses informations sur la précarité dans laquelle travaille le personnel des centres, pouvez-vous expliquer cette situation ?

Eh bien, je pense que ce qui caractérise les soins primaires, en général dans tout le pays, c’est qu’ils ont souffert d’une manière très particulière depuis la dernière crise, lorsque les budgets de santé ont été réduits de manière très importante. Ce qui a été le plus réduit, ce sont les soins primaires, et cela a entraîné de très graves problèmes.

La Communauté de Madrid est un cas très particulier, car c’est l’endroit où le budget de la santé a le plus diminué. La Communauté de Madrid a le plus faible pourcentage de budget consacré aux soins primaires par rapport au budget total de la santé, et c’est aussi celle qui a le plus faible montant d’euros par habitant et par an consacré aux soins primaires. De là découle toute une série de problèmes en cascade. C’est la Communauté qui compte le plus grand nombre de personnes par infirmière, celle qui compte le plus grand nombre de personnes de moins de 14 ans par pédiatre, la deuxième ou la troisième qui compte le plus grand nombre de personnes par médecin de famille, etc.

Il y a une grande pression sur les soins et tout cela se passe dans une communauté qui est l’une des plus riches du pays. Cela signifie qu’il y a eu une grande négligence des soins primaires, qui ont très peu de ressources et donc une grande pression sur les soins, et cela, en fin de compte, a produit un autre effet très important, qui a commencé à mettre en évidence un grand délai dans les rendez-vous de soins primaires. Nous parlons de cette situation d’avant le COVID. Lorsqu’une personne prenait rendez-vous chez son médecin de famille, elle pouvait facilement obtenir un rendez-vous pour plusieurs jours à l’avance, dans certains cas une semaine ou même plus. Bien sûr, si cela se produit, les gens ont trois alternatives, attendre que les choses se règlent d’elles-mêmes, ce qui arrive parfois, aller aux urgences, – la Communauté de Madrid est celle qui a le taux le plus élevé d’urgences pour mille habitants dans tout le pays – ou aller dans le secteur privé. Aucune de ces trois alternatives n’est pas la bonne.

Les ressources fournies par l’Union européenne n’auraient-elles pas pu être utilisées pour renforcer les soins de santé primaires ? En d’autres termes, pour recruter davantage de personnel de tout type, pour améliorer les centres de santé, quelle est la politique de santé de la Communauté de Madrid, en quoi consiste-t-elle ?

En fait, la réponse aurait dû être donnée par la présidente Isabel Díaz Ayuso, pas par moi. Il me semble que ce qui s’est passé, c’est que la Communauté de Madrid a décidé il y a quelque temps de privatiser les soins de santé, et plus particulièrement les soins primaires. En son temps, Lasquetty a essayé, il voulait privatiser 26 centres de santé, mais n’a pas pu le faire. Maintenant, il profite de cette conjoncture pour continuer à détériorer le service public. Nous savons que le gouvernement central a donné 1400 millions d’euros à la Communauté de Madrid pour renforcer les soins de santé, et n’a alloué que 700 millions pour les renforcer ; ces sept cents millions ont probablement été dépensés dans des choses comme ce pseudo hôpital Isabel Zendal, qu’ils sont en train de monter pour passer des contrats avec des entreprises privées, ou dans des hôtels médicalisés, etc. mais les renforcements dans les soins primaires ont été minimes.

Comment le fait que les centres de santé soient comme ça affecte-t-il les habitants de Madrid ? L’inégalité en matière de santé existe-t-elle selon l’endroit où l’on vit, à Madrid ou en Navarre, par exemple ?

Il existe une grande disparité dans les budgets de santé et ceux des soins primaires par habitant, ce qui signifie que les mêmes prestations ne peuvent être offertes. La Communauté de Madrid est en queue de peloton dans tous les cas. En fonction de l’argent qui est alloué aux soins de santé dans chacune des communautés autonomes, les soins qui peuvent être offerts aux citoyens sont différents. Ensuite, bien sûr, il y a beaucoup d’autres choses qui ont une influence, comme le vieillissement de la population, la dispersion, ce n’est pas la même chose de fournir des soins de santé à Madrid, où les gens sont relativement concentrés et ont facilement accès aux centres de santé, que dans les zones rurales de Castille et Léon, où il peut y avoir un médecin pour 300 habitants, alors qu’à à Madrid il doit s’occuper de 1500 ou 1600 habitants. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte, mais je crois que l’élément fondamental est l’argent alloué et la volonté politique de chacune des communautés autonomes de maintenir un service de santé public de qualité ou de favoriser la privatisation. Dans le cas de Madrid, il est clair que ce qui est voulu, c’est la privatisation et pour cela, il faut détériorer le service public. Il y a peu d’années, El Roto (auteur de bandes dessinées) a publié une blague dans laquelle un homme disait à un autre il faut détériorer tout ce qui est public pour montrer que cela ne fonctionne pas, et l’autre répondait, mais quelles bonnes idées tu as Esperancita. Eh bien, c’est ce qui s’est passé dans la Communauté de Madrid, le service public a été intentionnellement détérioré pour que les gens fuient, et que seuls ceux qui n’ont pas d’autre alternative, surtout économique, s’y rendent.

Vous pointez du doigt un groupe, Fresenius, qui possède deux entreprises, Capio et Quirón, qui atteint une position d’oligopole dans le secteur de santé privé. Qu’est-ce que cela signifie pour les habitants de Madrid ? Et comment cela nous affecte-t-il ?

Il s’agit d’un groupe très puissant qui a repris un grand nombre d’hôpitaux, gérés par le secteur privé mais payés par l’argent public, ce qui a évidemment une influence décisive, pour le moment, sur sa capacité à fixer les prix et à avoir un avantage sur le système public. Chaque euro qui est investi dans le secteur privé est un euro de moins utilisé dans les hôpitaux gérés par le secteur public, qui ont moins de personnel, qui ont supprimé des lits, qui ont moins de capacité à fournir des soins. À court terme, ce n’est peut-être pas très évident, mais à moyen et long terme, ce sera décisif.

Si les établissements publics deviennent de plus en plus vétustes et avec moins de capacité à répondre aux soins de santé, les gens se tourneront vers le secteur privé. Et il ne s’agira plus seulement d’un secteur privé à financement public, mais d’un secteur privé avec un financement privé pour une assurance privée. Le Parti Populaire, a depuis longtemps je crois, une idée claire de l’horizon qu’il poursuit dans le domaine de la santé en Espagne. Ils ont l’intention de segmenter les soins de santé, de sorte qu’un groupe de la population qui a de l’argent et une situation économiquement solvable, pourra recevoir des soins de santé d’une assurance privée. Un autre groupe sera constitué par les travailleurs, qui se trouvent dans une situation moyenne ou inférieure à la moyenne, lesquels continueront à disposer d’un système de sécurité sociale plus ou moins détérioré, et le reste de la population devra recourir à un modèle d’assistance. Je crois que c’est l’horizon vers lequel ils veulent que nous nous dirigions. Heureusement, cela ne peut se faire d’un seul coup, par chance nous vivons dans un pays démocratique où il y a des élections, et si vous fermez des centres de santé et détériorez considérablement les soins de santé, vous perdez des voix et ne serez pas élu, c’est ce qui se fait, non seulement en Espagne, mais aussi au Royaume-Uni et dans de nombreux pays du monde, c’est la même logique.

C’est un problème très important, les grandes multinationales, qui ne sont pas seules en Espagne – Fresenius, Capio, Quirón, une grande multinationale allemande – ont la capacité d’influencer les politiques gouvernementales. Lorsque la Communauté de Valence a essayé de récupérer l’hôpital d’Alcira pour le système public, ce qui a finalement été fait, l’ambassadeur des États-Unis est venu à Valence parler au président de la Generalitat (organisation politique de la communauté autonome de Catalogne) pour lui expliquer que le gouvernement des États-Unis n’approuvait pas cette récupération. Nous devons en tenir compte. Ce sont des multinationales dont le budget est plus important que celui de ce pays, et probablement plus important que celui de la plupart des pays de l’Union européenne. Par conséquent, leur capacité à influencer, à commercialiser, à influer sur les médias, à payer des décisions est très grande et très puissante, et les affronter est difficile et nécessite une grande volonté politique. Non que ce ne soit pas possible, mais c’est compliqué.

En mai dernier, vous avez publié un article sur la pandémie de covid-19 et tout ce qu’elle a révélé. Je cite textuellement : les racines profondes de la résurgence des infections se trouvent » dans le sous-développement, le changement climatique, les pratiques de l’industrie agro-alimentaire, le commerce et le tourisme mondialisé… « Si nous ne résolvons pas ces problèmes, il est probable que des situations similaires se reproduiront à l’avenir ». Un an plus tard, les références à ces points ont disparu dans les médias, on ne parle plus que de savoir si le vaccin a ou non des effets secondaires et si l’hôtellerie va fermer ou pas. Ne vous semble-t-il pas qu’ils ont écarté les questions principales pour se concentrer sur les plus périphériques ? autrement dit, est-ce que les branches ne vous permettent pas de voir la forêt…

Bien sûr, je crois que c’est Marx qui l’a dit, aller à la racine des problèmes de manière radicale est très compliqué, parce que vous faites face à de nombreux et très puissants intérêts économiques, politiques, et même géopolitiques dans ce cas. Il est clair que cette pandémie est le résultat d’une agression continue de l’humanité ou du système capitaliste, si vous préférez, envers l’environnement naturel. Si cela ne change pas, comme l’a déjà annoncé l’OMS il y a quelque temps, il est inévitable que les mêmes cas ou des cas très similaires se reproduisent, dans un laps de temps plus ou moins court.

Il serait donc essentiel que nous intervenions sur les causes réelles du problème. Ce qui se passe, c’est que c’est plus compliqué et moins visible pour l’opinion publique. Je crois que nous devons travailler pour qu’il en soit ainsi et, surtout, nous devons travailler pour éviter une nouvelle situation, ce qui signifie changer le modèle de développement que nous avons dans notre société et donner plus d’espace à la capacité de la nature à se développer, malgré la redondance, de manière plus naturelle ; et également avoir la capacité de renforcer les systèmes de santé afin qu’ils puissent détecter rapidement les problèmes émergents et agir promptement pour les résoudre. Malheureusement, les choses ne semblent pas aller dans ce sens, mais on ne sait jamais ce qui se passera à moyen et long terme. Je crois que cette question a remué de nombreuses consciences, a soulevé de nombreuses questions pour la plupart des gens et une grande partie de la population n’est pas à l’IFEMA en train de trinquer avec Mme Ayuso. Je pense que la plupart des gens sont tout à fait conscients que nous avons connu un problème très grave et que nous devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le prévenir. J’espère que ce sera le cas.

 

Traduit de l’espagnol par Ginette Baudelet