L’article suivant a été publié pour la première fois dans l’édition de novembre 2020 de Cadmus, le journal de la Division de l’Europe du Sud-Est de l’Académie mondiale des arts et des sciences.

Le paradigme actuel selon lequel les nations les plus influentes offrent la sécurité est incapable de répondre à plusieurs menaces dynamiques à la survie de la civilisation moderne. À l’heure actuelle, l’angle d’approche de la sécurité recherchée est basé sur le nationalisme et met l’accent sur la puissance militaire.

Le premier devoir de l’état, à savoir protéger et servir ses citoyens, ne peut aujourd’hui pas être réalisé correctement avec cette approche. Cette approche ne répond pas aux problématiques de la dégradation de l’environnement, ni aux menaces sur la santé et le bien-être des personnes. Cette approche exacerbe l’adversité au lieu d’encourager la coopération nécessaire à un mode de vie et à un développement durables.

Une approche plus pratique pourrait reposer sur deux fondements :

1- La science dure pour comprendre et vivre en harmonie avec le monde naturel et ainsi honorer et protéger ses processus de régénération
2- Des politiques et des pratiques en accord avec les valeurs inhérentes à la Déclaration Universelle des Droits humains (DUDH) qui protège la dignité inhérente à l’être humain.

Pour trouver des solutions réalistes, il faut tenir compte des menaces mondiales actuelles et indéniables que sont le changement climatique, les pandémies et les armes nucléaires, ainsi que de l’impact quotidien sur les personnes qui cherchent à se protéger de la pénurie, de la maladie, de la faim, du chômage, du crime, de la discorde sociale, de l’oppression politique et de l’injustice. La redistribution des ressources, tant économiques qu’intellectuelles, pour protéger le territoire contre les agressions et pour avancer vers l’intérêt national recherché, principalement au travers de moyens militaires, ne permet pas de résoudre les causes ni les conditions de l’insécurité actuelle.

On a besoin d’une approche globale qui se reconcentre sur l’énergie, les ressources, les critères de réussite sur les êtres humains et les environnements naturels et sociaux dans lesquels nous vivons. La sécurité humaine est le principe essentiel nécessaire à l’organisation de cette approche pratique et réaliste. Elle est implicite dans les objectifs de développement durable, mais pas encore dans les politiques de sécurité des grandes nations. La sécurité humaine reconnaît la nécessité d’une approche intégrant de multiples dimensions de l’activité humaine telles que la culture, l’économie, la politique ainsi que les déploiements et doctrines militaires.

Les budgets des états les plus puissants et les plus influents expriment les idées et les croyances au travers desquelles ils recherchent la sécurité qui repose en grande partie sur l’ancienne maxime romaine selon laquelle le meilleur moyen de parvenir à la paix est de se préparer à la guerre. Il s’agit d’une approche grossièrement réductrice et donc inexacte. Elle est poursuivie selon plusieurs doctrines manifestement contraires : la recherche de la stabilité stratégique et de l’avantage militaire. Elle crée et institutionnalise l’adversité, alors que la coopération fondée sur des intérêts communs mieux servie par la diplomatie et l’état de droit est marginalisée. Elle ignore les nombreuses réussites contemporaines dans les domaines de la finance, des affaires, de la culture, de la communication, de la science, de la technologie, du commerce, du droit, de la religion, de la médecine, des transports et de l’éducation, par exemple.

Ces succès ont été obtenus en intégrant le fait que la modernité reflète de plus en plus un monde sans frontières où les intérêts communs sont mieux servis par la coopération, ou du moins par une concurrence fondée sur des règles. En ce qui concerne les armes nucléaires, l’approche réductionniste codifie les pires inventions humaines qui mettent en danger l’avenir de l’humanité à chaque minute de chaque jour, faisant de l’annihilation totale une possibilité, si les autres voies du discours social échouent.

Le développement économique qui détruit la nature n’est pas durable. Les inégalités sociales engendreront de nouveaux conflits. La façon dont nous poursuivons la sécurité devrait renforcer les progrès dans la création d’une culture mondiale de la paix, la poursuite des biens communs mondiaux, et mettre rapidement fin aux risques quotidiens qui pourraient conduire à l’anéantissement de l’humanité.

L’approche militaire dominante actuelle de la sécurité a atteint des redistributions économiques qui dépassent l’imagination. De plus, l’amélioration coûteuse de certaines ordonnances, telles que les armes nucléaires ou l’application systématique de l’intelligence artificielle à la guerre, la militarisation de l’espace, la création de nouvelles technologies de destruction comme les nano-armes, pose le paradoxe de moyens améliorés pour des fins non améliorées : plus les armes sont améliorées, moins on a de sécurité.

Une approche de la sécurité humaine permettra non seulement de renforcer la coopération entre les nations, mais aussi d’assurer une bien meilleure sécurité au sein des nations en s’attaquant aux menaces perturbatrices et en libérant les ressources intellectuelles, organisationnelles et économiques nécessaires pour répondre aux besoins humains.

Alors que l’instabilité sociale s’accroît du fait de l’augmentation des inégalités de richesse et des chances, les menaces physiques qui pèsent sur la civilisation sont insuffisamment prises en compte. Ces menaces ne peuvent être mises à mal qu’à un niveau qui transcende les états-nations et nécessite une coopération à l’échelle mondiale. Ces menaces sont mondiales par nature. Ces menaces exigent des réponses réalistes, et non des distorsions mythiques ou idéologiques.

L’utilisation d’outils scientifiques, associée aux valeurs universelles inhérentes à la Déclaration Universelle des Droits humains et aux principes éthiques et moraux sous-jacents de toutes les grandes traditions religieuses, ouvre la voie à un avenir florissant et durable.

Cette approche intégrale et globale de la sécurité est capable de galvaniser les meilleures valeurs, compétences, aspirations et pratiques des individus, des nations et des cultures. Parce qu’elle est à la fois moralement cohérente et pratiquement viable, elle a le potentiel pour être une source d’inspiration. La sécurité humaine est un idéal nécessaire qui a le pouvoir de générer des changements.

Les défis imposés par les pandémies, le changement climatique, les armes de destruction massive et les menaces émergentes issues des nouvelles technologies, telles que la cybernétique, la nanotechnologie et l’espace, sont en pleine expansion. Tous ces défis se prêtent à des approches vérifiables et empiriques qui font appel à des outils scientifiques et nécessitent une coopération mondiale. Mais nous devons opérer un changement théorique fondé sur des principes pour générer les changements nécessaires dans les politiques, et ce changement doit être systémique et holistique.

Il n’est pas réaliste de déconnecter les processus de régénération du monde naturel de notre système économique. Il est illogique d’axer la sécurité sur l’état plutôt que sur les personnes. La fragmentation de l’approche de la sécurité par rapport au développement durable est dysfonctionnelle. La sécurité est un droit multiforme, à plusieurs niveaux, pour tous les peuples et elle implique tous les aspects de l’activité humaine. Tout comme notre santé personnelle implique la façon dont nous dormons, mangeons et interagissons les uns avec les autres, tout comme nos corps sont des systèmes intégrés, il en va de même pour notre sécurité. La sécurité humaine est le principe intégral qui s’impose aujourd’hui.

Actuellement, le paysage géopolitique est encadré par des notions de souveraineté. La planète et les nombreuses menaces actuelles ne reconnaissent pas les frontières nationales. Les humains créent ces frontières. Nous créons des nations pour répondre aux besoins humains, qu’ils physiques ou psychologiques. Nous créons des villes, des comtés et des régions pour identifier et satisfaire nos besoins et nous créons des institutions pour répondre à ces besoins. La base, la légitimité et la stabilité des états souverains ne proviennent pas des bureaucraties ou de l’héritage familial des dirigeants des états, mais du mandat de ceux qui sont gouvernés. Les états expriment l’action morale et pratique des personnes.

Aujourd’hui, les exigences de cette action ne peuvent être satisfaites qu’à un niveau coopératif et mondial pour faire face aux menaces existentielles les plus pressantes. Il faut donc une coopération mondiale pour répondre à la première exigence de chaque état, à savoir assurer la sécurité et le bien-être de ses citoyens. L’état est l’expression d’une idée. C’est une entité juridique que nous créons, qui se distingue des entités et systèmes naturels. Les systèmes vivants naturels tels que les arbres et les forêts, les fourmis et les colonies de fourmis, ou les poissons dans les écoles ne sont pas créés par des idées humaines. Les états le sont. Nous créons des états sur la base d’idées exprimées par des mots. Les concepts de cadrage ont une influence énorme sur le comportement humain.

La planète peut être envisagée comme un système vivant intégré. L’humanité peut être considérée comme une espèce parmi d’autres dans une vie. Nous avons besoin de nouvelles idées en lien avec cette compréhension.

Une approche intégrale de la Sécurité Humaine est ancrée dans notre meilleure science et reconnaît que les êtres humains sont des entités sociales qui ont besoin de sens et de valeurs dans leurs efforts. Les humains ont besoin d’environnements propices à l’épanouissement de leurs valeurs des plus ennoblissantes aux plus épanouissantes. Les politiques visant à répondre de manière appropriée aux besoins de sécurité humaine doivent être à la fois pratiques et moralement cohérentes. La cohérence morale exige des approches pacifiques entre les peuples et les nations et une reconnaissance adéquate de l’exigence d’harmonie entre de nombreuses cultures et de nombreuses espèces.

Étant donné le nombre d’entreprises qui se sont récemment mondialisées, la mise en cohérence de la sécurité avec les besoins de l’homme est non seulement possible, mais elle est à la fois moralement contraignante et pratiquement nécessaire.

 

Traduit de l’anglais par Frédérique Drouet