Une série d’explosions survenues dimanche 7 mars dans l’après-midi dans un arsenal de la base militaire de Knuantoma, dans la ville de Bata, dans la région continentale de la Guinée équatoriale, a fait plus de 100 morts (bien que des sources non officielles parlent de trois fois ce nombre) et au moins 615 blessés, dont 300 sont encore hospitalisés, comme l’a confirmé le vice-président du pays, Teodoro Nguema Obiang Mangue, lors d’une apparition lundi 8 mars en fin d’après-midi.

Le terrible événement, qui a laissé presque détruit le quartier qui donne son nom à l’établissement militaire, pourrait s’être produit en raison d’une « négligence » dans la caserne de Bata, la ville la plus peuplée et la capitale économique de la Guinée équatoriale, selon les sources gouvernementales annoncées.

Dans une déclaration envoyée aux médias, le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a reproché à l’armée du pays d’avoir mal géré la dynamite et d’autres engins explosifs dont elle avait la charge, ce qui, selon lui, a déclenché les explosions « lorsque des voisins de fermes voisines ont allumé un feu et que les flammes se sont propagées au dépôt d’explosifs de la caserne ». « La ville de Bata a été victime d’un accident causé par la négligence et l’insouciance de l’unité chargée de l’entretien et de la protection des dépôts de dynamite et d’explosifs rattachés au dépôt de munitions de la caserne de Nkuantoma, qui a pris feu suite au brûlage de chaume par les voisins des fermes voisines », a déclaré le président du pays dans le communiqué, quelques heures après que le terrible événement se soit produit.

Dans la déclaration, lue à la télévision publique TVGE, M. Obiang a déclaré que « les ondes de choc des explosions ont causé de grands dommages à presque tous les bâtiments et locaux commerciaux de la ville de Bata » et, « compte tenu de l’ampleur des dommages causés, j’ai ordonné au ministre des Affaires étrangères de convoquer les ambassadeurs accrédités dans le pays pour demander une aide internationale », ajoutant qu’il avait ordonné une enquête pour déterminer les responsabilités. « Après les explosions dévastatrices d’hier à Bata, j’ai transmis au ministre des Affaires étrangères de Guinée équatoriale notre tristesse pour les victimes et les sinistrés. L’Espagne va procéder à l’envoi immédiat d’une cargaison d’aide humanitaire », a tweeté la ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya.

Selon des sources sur le terrain, les chiffres de victimes étaient des estimations quelques heures après les explosions, mais c’est lundi 8 mars, le matin que le ministère de la Santé a confirmé que le nombre de morts était plus élevé que celui annoncé dimanche soir et que tous les médias publics du pays avaient avancé comme chiffre officiel : « Le nombre de morts est plus du triple de la première estimation annoncée de 17 morts dans les explosions à Bata. Des civils et des soldats figurent parmi les victimes », a rapporté une source anonyme dans un message audio provenant du lieu de l’accident. Pendant la nuit et aux premières heures du matin, on pouvait le voir à travers les images prises par les médias locaux déployés à proximité du lieu, car le feu a réussi à lancer les projectiles qui étaient stockés dans l’installation en tombant dans les quartiers adjacents et comme s’il s’agissait d’un bombardement jusqu’à trois kilomètres du foyer des explosions. « Nous ne savons pas ce qui s’est passé, il y a beaucoup de personnes piégées », a crié un voisin qui s’éloignait de l’endroit avec des traces de sang autour du visage. La ruée des personnes portant les blessés dans leurs bras vers les véhicules privés s’est transformée en ambulances improvisées pour atteindre les hôpitaux.

Les images en provenance de la zone montrent les équipes d’urgence et les voisins eux-mêmes en train de tirer les victimes, dont des enfants, de sous les décombres et de laisser les corps enveloppés dans des draps alignés sur le bord de la route.

Selon une résidente espagnole de Bata, il y a eu « une énorme explosion », a-t-elle déclaré à l’agence de presse Efe. Toutes les fenêtres étaient ouvertes », poursuit-elle, « nous avons fait sortir tous les enfants de la maison et sommes allés dans le jardin. Nous avons vu une colonne de fumée et soudain il y a eu une deuxième explosion, puis une autre, les deux dernières plus faibles.

Après l’explosion, les télécommunications ont été coupées et la panique s’est répandue parmi la population car elle ne pouvait pas contacter ses proches par téléphone, bien qu’elles aient été rétablies par la suite. Le vice-président de la Guinée équatoriale et responsable de la défense nationale et de la sécurité de l’État, Teodoro Nguema Obiang Mangue, s’est rendu à Nkuantoma pour évaluer la situation.

CNN a également pu parler avec un résident du quartier de Knuantoma. La femme choquée a déclaré que « les scènes ressemblaient à la détonation d’une bombe atomique. Elle se trouvait dans son véhicule lorsque la première explosion s’est produite vers 14 heures, heure locale, dimanche 7 mars. « C’était un très grand bruit et tout le monde est sorti de sa voiture et nous étions tous sous le choc. Nous avons vu l’image typique d’une bombe atomique devant nous. C’était une situation confuse et désespérée, les gens criaient et pleuraient », poursuit-elle en affirmant que « tous les bâtiments de la zone étaient complètement détruits et que des corps étaient encore retirés des décombres lundi ». Elle a également dénoncé le fait que « l’aide médicale ne parvient pas à ceux qui en ont le plus besoin, nous avons trois hôpitaux principaux et ils se sont tous effondrés. Tant de personnes blessées, c’était horrible. Les gens pleuraient en essayant d’entrer pour se faire soigner. C’était une situation terrifiante », a-t-il déclaré.

Le ministère de la Santé, par le biais de son compte Twitter, a annoncé qu’il avait préparé une « brigade de santé mentale » composée de psychiatres, de psychologues et d’infirmiers pour s’occuper des victimes de l’explosion à Bata, « car les dommages ne sont pas seulement physiques mais aussi mentaux », a déclaré le ministère sur le réseau social.

Les hôpitaux de la ville ont été submergés par l’ampleur et le nombre de blessés qui arrivaient. Les autorités sanitaires ont lancé un appel pour que tout le personnel médical disponible sur le continent et qui ne travaillait pas au moment de l’incident soit mis à la disposition des équipes d’urgence dans les hôpitaux. Des dons de sang ont également été demandés d’urgence.

Teodoro Obiang Nguema dirige la Guinée équatoriale, une ancienne colonie espagnole, depuis 1979, ce qui fait de lui le président le plus ancien d’Afrique.

La nation productrice de pétrole est sous pression économique, confrontée à un double coup dur dû à la pandémie de coronavirus et à la chute du prix du pétrole brut qui représente environ les trois quarts de ses revenus.

Le président a lancé un appel à la communauté internationale pour aider son pays à réparer les infrastructures publiques et privées endommagées par les explosions, ce qui, selon lui, « impliquera des ressources économiques importantes ». Il a également fait remarquer que cet accident tragique est survenu à un moment où la Guinée équatoriale se remet encore des effets économiques de la pandémie de coronavirus.

Et le gouvernement espagnol a immédiatement réagi par l’intermédiaire du ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya.