Il y a quelques jours, à notre grande surprise, nous avons appris que le gouvernement de droite de l’Ukraine, peut-être le plus subordonné en Europe aux intérêts et au contrôle politique des États-Unis, violant tous les droits démocratiques, a interdit les trois principales chaînes de télévision d’opposition ukrainiennes : la chaîne 112, ZIK et News One.

Les médias les plus massifs de l’opinion alternative ont été interdits par une ingérence manifeste des nouvelles autorités nord-américaines, sûrement parce qu’ils étaient les seuls à s’opposer systématiquement à la guerre civile dans l’est du pays et à appeler à mettre fin à l’atmosphère de haine installée par le pouvoir après le coup d’État, médiatiquement connue sous le nom de « révolution Maidan » et dénonçant la soumission grotesque de leur gouvernement aux intérêts étrangers, avec en guise de rideau le spectacle folklorique typique pro-indépendance.

Cet acte illégal, par tous les moyens, complète la dictature politique et économique établie en Ukraine par les « alliés occidentaux » avec un de plus : celui des médias. Soutenir le mythe de la « guerre contre l’agression russe » comme le meilleur alibi pour justifier la gestion sociale désastreuse et la suspension des droits civils dans le pays, le gouvernement de ce pays – autrefois la république la plus riche de l’Union soviétique et maintenant l’État le plus pauvre d’Europe – actuellement dévasté par la pandémie de COVID-19 – a rejeté la proposition de Moscou de lui donner la technologie pour produire le vaccin Sputnik V pour l’Ukraine dans une usine pharmaceutique de la ville de Kharkov, entièrement équipée pour le faire, ce qui n’est rien d’autre qu’un acte de génocide contre son propre peuple. Les crimes exigent le silence et c’est ce qui est imposé au journalisme ukrainien honnête.

Outre notre rejet total de cette attaque honteuse contre les dernières libertés démocratiques du pays, nous voulons exprimer notre entière solidarité avec nos collègues ukrainiens qui – avec ou sans censure – continueront à faire leur devoir, en informant leur peuple et les habitants du monde des vérités qui sont toujours inconfortables et gênantes pour ceux qui sont au pouvoir.