25N. La capitale colombienne s’habille en violet

28.11.2020 - Bogotà, Colombie - Redaccion Colombia

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

25N. La capitale colombienne s’habille en violet
(Crédit image : Stephania Aldana Cabas - Pressenza)

« Nous chantons sans peur, nous demandons justice ; que cela résonne fort : nous vous voulons en vie !, que le féminicide tombe à pic ! » En chantant ce vers, les femmes participant à la marche du #25N à Bogotá ont appelé à des mesures juridiques efficaces pour protéger leur droit à la vie.

Texte et photos : Stephania Aldana Cabas

Des collectifs et organisations de femmes se sont réunis ce 25N dans la capitale colombienne, à l’occasion de la marche qui a eu lieu dans différentes villes d’Amérique latine, pour lutter contre la violence sexiste, le féminicide et le machisme. Dans ce type d’épisodes violents, 538 femmes sont mortes en Colombie au cours de l’année 2020, selon l’Observatoire des féminicides de Colombie.

La capital colombiana se vistió de morado

L’appel au #25N, tel qu’il a été appelé par les organisations sociales à travers les réseaux sociaux, a rassemblé des femmes de tous les coins de l’Amérique du Sud, qui en un seul cri et avec des actions publiques comme celle-ci, ont cherché à changer une réalité qui continue à frapper leur dignité.

La capital colombiana se vistió de morado

Le centre de Bogotá habillé en violet

Après 14 heures, de l’axe environnemental et des 13e et 7e rues jusqu’à la place Bolivar, les rues étaient couvertes de violet, remplies de banderoles et de harangues des manifestants, qui tout en marchant demandaient au gouvernement national et local de garantir leur droit fondamental à la vie et à la tranquillité. Les femmes ont également effectué un rituel, dans lequel elles ont démontré le rôle des femmes en tant que donneuses de vie.

La capital colombiana se vistió de morado

A leur arrivée devant le Congrès, la Mairie, le Palais de Justice et la Cathédrale primaire de Colombie, la mobilisation composée de jeunes filles, d’adolescentes, de jeunes gens et de femmes adultes, s’est rassemblée autour de différentes manifestations culturelles, telles que des danses, des chants, des marches, des harangues, des contes et le portrait de silhouettes de femmes sur le sol de la place Bolivar.

La capital colombiana se vistió de morado

Malgré la pluie, les manifestantes ont chanté « la chanson sans peur », l’un des emblèmes de la nonviolence au regard des femmes. Elles ont également peint des toiles avec des pétitions pour « la création de politiques publiques efficaces qui permettent aux femmes de se mobiliser sans peur et de lois qui, en réalité, garantissent leur vie, leur sécurité et leur défense contre tout acte de violence », a déclaré Lina Morales, l’une des coordinatrices de la Marche #25N à Bogotá.

Les chiffres continuent d’augmenter

Le nombre de femmes assassinées en Colombie pour féminicide continue d’augmenter. C’est ce qu’indiquent différentes organisations sociales telles que l’Observatoire de Féminicides Colombia, dans son bulletin d’octobre 2020, dans lequel on peut lire : « entre le 1er janvier et le 31 octobre 2020, 508 femmes ont été assassinées dans des cas considérés comme des féminicides » (Observatorio Feminicidios Colombia, octobre 2020, pp 4-7). Et ce malgré le fait que le pic des meurtres enregistrés par les organisations sociales s’est produit au mois de septembre, avec 85 cas. Au cours du mois d’octobre, ce chiffre a continué à alarmer les défenseurs des droits humains, puisque 64 féminicides ont été signalés.

La capital colombiana se vistió de morado

Par conséquent, à travers les réseaux sociaux, ces associations et groupes appellent les femmes à ne pas se taire si elles sont soumises à une quelconque forme de violence. Dans le même temps, elles exigent que le gouvernement national leur fournisse des soins et une protection en temps utile, deux actions qui peuvent sauver la vie des femmes.

Le féminicide transcende l’âge

Les cas de féminicide en Colombie, au cours de l’année 2020, n’ont pas occupé une seule tranche d’âge. Si la plupart de ces homicides se sont produits chez des femmes âgées de 20 à 49 ans, des filles, des adolescentes et des femmes plus âgées ont également été victimes de féminicides, le plus souvent par des proches ou dans leur famille.

La capital colombiana se vistió de morado

Entre le premier mois de vie et l’âge de 19 ans, neuf nourrissons et adolescents ont été tués, et entre 50 et 80 ans, sept femmes ont perdu la vie. Dans tous les cas, l’agence responsable a jugé qu’il s’agissait d’un cas de féminicide. Cependant, la vice-procureure générale Martha Mancera, dans une interview accordée au journal Tiempo.com en septembre, a indiqué que jusqu’au 12 septembre 2020, 217 femmes avaient été victimes de féminicide ; alors que les organisations sociales ont enregistré 359 cas de féminicide jusqu’au 30 août.

Les organisations demandent un suivi des cas

Au cours des 30 premiers jours de confinement, les appels à la ligne 155 ont augmenté de 163 %. Selon le Bureau consultatif présidentiel pour l’égalité des femmes, ces appels visent à signaler différents types de violence à l’égard des femmes. En outre, les événements dans lesquels la vie des femmes était en danger ont augmenté de 553 %. Malgré le fait que les gouvernements locaux aient mis en œuvre des politiques de prise en charge des femmes, telles que la Ligne Violette, assistance juridique, psychologique et sociale aux femmes victimes de violence, ces mesures fournissent des soins, mais n’ont pas été suffisantes pour faire baisser les taux de violence sexiste dans le pays.

La capital colombiana se vistió de morado

Face à cette situation, plusieurs organisations telles que la Maison de la Femme (Casa de la Mujer), demandent que les plaintes des femmes soient traitées en temps utile et qu’elles assurent le suivi des cas où la vie des femmes est en danger.

Catégories: Amérique du Sud, Droits humains
Tags: , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.