Le courage de la nonviolence par opposition à la folie des armes nucléaires

21.10.2020 - Pressenza Athens

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Portugais, Grec

Le courage de la nonviolence par opposition à la folie des armes nucléaires
(Crédit image : ICAN)

Par Nikos Stergiou

Le 7 juillet 2017, après presque dix ans de mobilisation internationale, des organisations et entités ont obtenu l’une des plus belles victoires de la société civile organisée à un niveau diplomatique international. Ce jour là, le texte du Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) a été adopté par 2/3 des pays membres des Nations Unies, 122 sur 192. Trois ans plus tard, il était signé par 84 états, dont 47 l’ont ratifié. Il n’en manque désormais plus que 4 pour qu’il entre en vigueur. https://www.icanw.org/signature_and_ratification_status

Il a fallu mener une large campagne et mobiliser des organisations, des entités et des citoyens pendant plus de 10 ans pour arriver à ce résultat. Cet effort a entraîné la création de la Campagne Internationale pour l’Abolition des Armes Nucléaires (ICAN) qui a gagné le Prix Nobel de la Paix en 2018. Dès le début du combat, les principes du processus pour le Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires avaient été établis et basés sur une éthique de la nonviolence. L’utilisation des armes nucléaires est immorale, absolue et inconsidérée en raison de l’incontrôlable magnitude des catastrophes causées sur l’humanité et l’environnement. Les ressources financières nécessaires à la maintenance de plus de 13.000 ogives nucléaires se montent à 73 milliards de dollars en 2019. Ces montants pourraient être mieux investis dans les services publics tels que la santé, l’éducation, la protection de l’environnement et la qualité de vie. https://www.icanw.org/global_nuclear_weapons_spending_2020

A partir du moment où il entre en vigueur, le TIAN interdit aux Nations de développer, tester, produire, transporter, posséder, stocker, utiliser ou menacer d’utiliser les armes nucléaires sur leur territoire. Il leur interdit également d’aider, d’encourager ou d’inciter qui que ce soit à participer à l’une de ces activités. Il s’agit là du « début de la fin des armes nucléaires ». https://www.youtube.com/watch?v=7gmvUbqvUIU

Les 9 pays détenteurs de l’arme nucléaire aujourd’hui n’ont pas encore signé ni ratifié le TIAN. Certains n’ont même pas participé aux discussions sur le texte final à l’ONU. En Europe, seuls 6 pays, dont 3 membres de l’UE, l’ont signé et ratifié. La Grèce (NdT. La France non plus) n’a pas participé aux discussions sur le texte final du TIAN, elle n’a pas donné son accord sur le texte, n’a ni signé ni ratifié le texte final. A noter que la Grèce est l’un des 21 pays liés par des accords individuels ou traités (OTAN par ex) qui lui permettent d’accueillir des ogives nucléaires si besoin.

C’est dans ce contexte de folie de l' »utilité » des armes nucléaires et de leur défense illusoire, en particulier pour les états qui en possèdent, que continue l’appel à la ratification du TIAN par les états qui ne l’ont pas encore ratifié. Alors que les armes nucléaires ont été produites pour détruire des villes, les communautés locales et les municipalités partout dans le monde jouent un rôle essentiel dans la question de la survie humaine planétaire. C’est avec grand plaisir que la communauté internationale qui soutient le TIAN a accepté en son sein les deux premières municipalités de Grèce qui ont signé la pétition adressée au gouvernement Grec en faveur de la ratification du TIAN. Les municipalités de l’Ancienne Olympie et de Ayios Evstratios ouvrent courageusement la voie à d’autres municipalités grecques. Pour que la Grèce s’unisse aux autres pays qui se battent pour un monde libre de toute peur d’une catastrophe nucléaire.

L’association « Monde sans guerre et sans violence », partenaire international de l’ICAN, appelle d’autres municipalités à suivre l’exemple de l’Ancienne Olympie et de Ayios Evstratios, et à créer un mouvement d’ampleur en Grèce en faveur de la ratification du TIAN par le gouvernement Grec. Il est grand temps de mettre fin aux armes nucléaires avant qu’elles ne mettent fin à l’humanité.

 

*Nikos Stergiou est le président de la branche grecque de l’organisation « Monde Sans Guerres est Sans Violence »

 

Traduction de l’anglais, Frédérique Drouet 

Catégories: Europe, Paix et Désarmement
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.

maltepe escort