Retour à la normalité ? 13. Antonio Panella, comédien

05.07.2020 - Sestri Levante, Italie - Andrea De Lotto

Cet article est aussi disponible en: Italien

Retour à la normalité ? 13. Antonio Panella, comédien

Après les réponses de Riccardo NouryLaura QuaglioloGiovanna Procacci, Giovanna Pagani, Guido Viale, Andreas Formiconi, Jorida Dervishi, Pia Figueroa, Renato Sarti, Yasha Maccanico, Fulvio De Vita et Carlo Oliveri, nous parlons avec Antonio Panella.

Maintenant que nous sortons de l’urgence Covid-19, beaucoup de gens disent : « Nous ne voulons pas revenir à la normalité parce que la normalité était le problème ».

Cela peut donc être une grande opportunité de changement. Selon vous, quel est le besoin le plus urgent de changement en ce moment et qu’êtes-vous prêt à faire dans cette direction ?

Je m’appelle Antonio Panella et je vis en Ligurie dans un bois de l’arrière-pays de Sestri Levante, dans la commune de Castiglione Chiavarese. Je fais du théâtre. J’ai suivi une formation dans un théâtre pour enfants à Milan, « Il teatro del sole », et parallèlement, j’ai obtenu un diplôme en philosophie. Avec ma compagne Susanna Groppello, nous avons déménagé en 2001 en Ligurie où nous vivons avec nos deux filles. Nous y avons poursuivi notre travail de théâtre pour enfants et adultes en formant le groupe Teatrovelato. Nous voulions construire un théâtre qui sortirait des lieux canoniques et qui, à travers l’art, contribuerait à créer des relations de bien-être sur le territoire en créant une œuvre de zéro kilomètre. Insérées dans un contexte naturel entre mer et montagne, nos activités ont toujours visé à renforcer une poétique qui était une occasion de prendre conscience du lien précieux avec la nature. La beauté du travail avec les enfants, curieux et souvent disponibles naturellement, nous a permis au fil des ans de créer une connexion également avec les adultes et d’avoir une grande opportunité de changer notre regard sur un territoire. Tout cela grâce à un travail minutieux dans le temps en alliance et en confiance avec les enseignants et les parents.

Une autre partie de mon travail se fait avec la fondation Theodora, qui envoie des artistes professionnels chez les pédiatres pour travailler en collaboration avec le personnel médical des hôpitaux afin de contribuer aux soins des enfants et des jeunes patients. Notre intention est d’utiliser le jeu et l’art pour récupérer la partie saine de l’enfant malade. Dans cette fondation, je suis également l’un des deux formateurs artistiques.

Cette brève description est pour moi indissociable de la réponse à votre question. En fait, tous les choix que j’ai faits sont représentatifs d’un mode de vie qui, je crois, peut devenir une réponse concrète à cette crise. Je crois que cette expérience nous montre la « fragilité » sur laquelle repose le mode de vie dominant sur la planète.

Le changement que je suis prêt à faire est de vivre le choix que j’ai fait encore plus fidèlement, mais ce n’est pas suffisant. Il est clair que le changement doit être général. Cela ne m’excuse pas de ne pas continuer à vivre comme je le crois, car il est clair que, quelle que soit la complexité du changement, chacun doit faire sa part. Le problème est que cette pandémie risque (parmi les nombreux problèmes qui sont apparus) de réduire considérablement les possibilités de choix de vie en dehors du système dominant. D’une part, l’approche du système économique, à travers la crise, tend à alimenter le fossé entre les classes sociales, alors que d’autre part elle étouffe avec plus de force toute forme de choix alternatif.

Selon mon expérience, les possibilités de continuer à travailler à l’hôpital ont été interrompues (malgré le fait que les enfants sont deux fois plus isolés qu’auparavant). Les théâtres sont fermés. Le travail des ateliers avec les écoles a pu être conclu grâce à des contacts à distance, mais pour l’avenir tout est incertain. À y regarder de plus près, tous ces domaines sont liés à l’attention et aux relations ; plus nous devons investir dans ce domaine (maintenant peut-être plus qu’auparavant), moins les conditions sont créées pour le faire.

Les choix que j’ai faits, lus à travers les yeux du système économique qui nous guide tous, sont des choix inutiles. Ils ne produisent pas. Le fait que nous ayons pu le faire pendant des années n’est pas le résultat d’un privilège, mais de choix et de renoncements quant à chacun dans son propre parcours de vie, mais les difficultés du secteur artistique à l’heure actuelle se sont amplifiées et nous disent aussi quelles sont les valeurs qui nous guident.

Que faudrait-il pour soutenir ce changement, au niveau personnel et social ?

J’essaie de répondre à cette question uniquement par supposition.

Je pense que le changement peut se faire en gardant le niveau personnel et social connecté, à maintenir en même temps que le niveau de conscience environnementale. Les gens ont dépeuplé l’intérieur de l’Italie, la plupart des habitants sont concentrés dans les villes et sur la côte. Ceux qui essaient de rester sont livrés à eux-mêmes, il n’y a pas de services pour vous soutenir, même si le fait de garder les forêts et les terres propres réduit les dégâts, même pour ceux qui vivent en dehors de la campagne.

Cette pandémie a montré à quel point il est fragile et insoutenable, sur le plan humain, d’être contraint à des conditions qui ne sont pas favorables à la santé physique et mentale des personnes. La plupart des villes ne sont pas construites pour servir leurs habitants. Au fond, ce qui manque, c’est la volonté de vivre dans l’esprit de la communauté. Je pense qu’il est précieux de savoir qu’il est désormais impossible de ne pas se sentir sur le même radeau : si vous en sauvez un, vous sauvez tous, sinon nous serons tous destinés à couler. Il s’agit d’une race humaine qui se perçoit comme le centre du monde ; le reste des habitants, en particulier les plantes, vivront et s’organiseront probablement encore mieux.

Le thème de l’art et des œuvres liées à l’enfance pourrait offrir une contribution précieuse pour construire une alternative qui utilise le paramètre d’inclusion et non d’exclusion. En nous concentrant sur l’enfance, sur ses besoins, nous construirions un monde qui gagnerait de l’argent en qualité de vie pour tous et chacun. Pouvoir créer le changement en rassemblant différentes expériences, sortir des entreprises, se percevoir comme des sujets ayant les mêmes besoins, droits et devoirs, au-delà de son propre domaine spécifique, unis surtout par la conscience de créer un respect qui relie toute la planète.

Ce serait également un pas vers une plus grande prise de conscience de l’essence de chaque expérience. Aller au cœur des choses. J’ai souvent l’impression qu’on ne met pas l’institution au service de la personne (je pense aux écoles, aux hôpitaux), mais c’est la personne qui doit s’adapter à l’institution pour la faire survivre.

À cet égard, je voudrais conclure en citant Gianni Rodari et une de ses phrases qui me guide dans mon parcours humain et professionnel et qui, je pense, peut être déclinée dans différents domaines. « Le concret dans l’éducation, c’est l’enfant, pas le projet éducatif, pas le programme scolaire, pas la technique d’enseignement elle-même. Dans une entreprise éducative, le programme ne doit pas être la liste des choses que nous cherchons à obtenir des garçons et des filles, mais la liste des choses que nous devons faire pour être utiles aux garçons et aux filles. Nous devrions établir des règles pour notre comportement, et non pour celui des garçons et des filles ».

Catégories: Ecologie et Environnement, Education, Europe, Interviews
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.

maltepe escort