Le moment humaniste face au moment du chaos

22.04.2020 - Catalogne - Javier Belda

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Catalan

Le moment humaniste face au moment du chaos
(Crédit image : Unsplash)

Tout pour la santé !

La pandémie du coronavirus se déclare à un moment où la biosphère est en grand déséquilibre, ce qui provoque un sentiment généralisé de chaos mondial.

La communication mondialisée nous montre les rues désertes et les centres emblématiques des grandes métropoles vides. Si, il y a quelques semaines, l’excavation de fosses communes en Iran était une nouvelle douteuse, aujourd’hui, nous la voyons en première page des grands médias à New York.

Tout ce qui est apparemment stable semble s’effondrer pendant un moment. Les images de la dystopie se succèdent jour après jour ; des fragiles cercueils en carton en Équateur, aux favelas du Brésil confinées par le mandat des « narcos », devant le vide laissé par le gouvernement.

Ensuite, de nouvelles mesures de protection de la santé mondiale ont été mises en œuvre immédiatement.

Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la technologie permet de surveiller tout le monde en permanence. En scannant les téléphones des citoyens, en utilisant des centaines de millions de caméras avec reconnaissance faciale et en obligeant les gens à surveiller leur température.

Les données ainsi obtenues sont stockées et analysées par des algorithmes cybernétiques. Ainsi, ils sauront que nous sommes malades avant même que nous le sachions nous-mêmes, et ils sauront également où nous sommes allés et qui nous avons rencontré.

Il serait possible de réduire drastiquement les chaînes d’infection et même de les ralentir complètement. On peut supposer qu’un tel système serait capable d’arrêter une épidémie en quelques jours.[1]

Toutefois, cette préoccupation sanitaire ne concerne pas les deux milliards de personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable, ni les 100 millions de personnes touchées par la faim, dont des dizaines de milliers continueront à mourir chaque jour. [2]

L’évolution

Les paroles de Silo au moment de la chute de l’URSS sont très pertinentes actuellement :

« Ces événements qui ont commencé à se produire plus rapidement à un moment donné qu’à un autre couvriront bientôt la planète entière, et dans les endroits où jusqu’à présent un triomphalisme injustifié était entretenu, nous verrons apparaître des phénomènes que le langage courant qualifiera « d’incroyables ». Nous nous dirigeons vers une civilisation planétaire qui se donnera une nouvelle organisation et une nouvelle échelle de valeurs, et il est inévitable qu’elle le fasse en partant de la question la plus importante de notre époque : savoir si nous voulons vivre et dans quelles conditions nous voulons le faire. »[3]

Akop Nazaretián, lors de sa conférence à Cuba en 2018, a décrit les recherches menées dans divers centres de prévision dans plusieurs pays. Il est frappant de constater qu’au moins deux des possibilités sont déjà réalisées aujourd’hui, sans aller plus loin.

« La réalité objective est que, mathématiquement, nous arrivons à une « singularité ». Mais qu’est-ce qui se cache derrière cela ?… C’est ce qui est étudié.  Ainsi, nous arrivons à une bifurcation de la route. Le dernier milliard d’années d’évolution doit être résolu dans les prochaines décennies.

Le père de la nanotechnologie, Eric Drexler, a prévenu que l’on pourrait bientôt fabriquer des « nanobactéries » qui attaquent. Les bombes atomiques sont de vieilles armes qui ne servent plus à maintenir l’équilibre, les nouvelles sont des armes plus modernes, moins chères et peut-être plus accessibles. L’un des scénarios est donc la possibilité d’éliminer toute la population d’un groupe ethnique donné.

Un autre attracteur, l’horizontal, indique que l’humanité, ayant atteint une certaine stabilité, se désintéresse de la vie extérieure et s’échappe vers la « vie virtuelle » (dans le monde virtuel toute l’activité vitale est réalisée).

L’autre possibilité est que le cycle planétaire de l’évolution se transforme en un grand cycle cosmique accompagné de profondes transformations de l’être humain… »[4]

Le Nouvel Humanisme Universaliste NHU est apparu dans la seconde moitié du 20ème siècle. Depuis lors, nous nous sommes interrogés sur le point d’inflexion, en essayant de dépasser un événement spécifique qui dépasse les seuils de perception quotidiens.

En mettant en relation la vision du NHU et la Méga-histoire, nous pouvons essayer de voir non seulement des événements, mais une certaine forme d’évolution agir. Cependant, l’être humain est un être doté d’un libre arbitre dans les conditions données, capable de transformer sa propre nature. Il ne s’agira donc pas d’une simple forme mécanique.

A partir de là, nous pouvons esquisser – comme une aspiration intentionnelle – une idée de base du moment humaniste.

L’attitude humaniste est une forme historique de conscience sociale qui se développe dans différentes cultures et qui se manifeste clairement dans un moment humaniste donné.[5]

Prenons comme exemple de moment humaniste la période appelée par Karl Jaspers time-axis ou ère axiale… Ce moment de rupture historique avec l’Antiquité s’est produit au milieu du premier millénaire avant notre ère, lorsque sont apparus des processus de synchronisation surprenants qui ont couvert jusqu’à 90% de la population de la planète. Dans des régions reculées de la planète, à des milliers de kilomètres de là, un changement de mentalité, un nouveau paradigme, a eu lieu.

Un autre exemple de moment humaniste est la Renaissance. On observe ainsi comment les étapes sombres se succèdent aux étapes claires.

Mais on observe aussi dans le processus historique la décadence des époques dont le signe était substantiellement évolutif au moment de leur apparition. Pourquoi la décadence se produit-elle ? Cette décadence est donnée par le même saut de niveau, du développement des connaissances et du progrès de la science.

Nous nous trouvons face à une certaine dynamique, dans laquelle l’équilibre et le déséquilibre progressent vers leur opposé (sur un autre niveau à l’avenir), c’est-à-dire que le système a été transformé sur son chemin et que la finitude de ses circonstances donne forme au cycle en spirale.

Les lois universelles exprimées par Silo à Corfou en 1975 donnent un contenu à cette forme :

Loi de structure : « Rien n’existe de façon isolée, tout est en relation dynamique avec d’autres constituants à l’intérieur d’enceintes qui les conditionnent. »

Loi de cycle : « Dans l’Univers, tout est en évolution, tout avance du plus simple au plus complexe et est organisé selon des temps et des rythmes cycliques. »

Loi de concomitance : « Tout processus est déterminé par des lois de simultanéité avec des processus de la même enceinte et non par des causes linéaires du mouvement précédent dont il procède. »

Loi du dépassement de l’ancien par le nouveau : « L’évolution continue de l’univers présente un rythme de différences, combinaisons et synthèses de plus en plus complexes. De nouvelles synthèses assument les différences précédentes et éliminent la matière et l’énergie qui ne sont plus qualitativement acceptables pour des étapes plus complexes. »

Synthèse

Nous sommes arrivés au point où, pour la première fois dans l’histoire, l’Univers nous apparaît dans une magnitude inconcevable et nous laisse perplexes quant à notre place dans l’espace-temps cosmique.

Dans la recherche d’un ordre, d’un équilibre, les explications du passé peuvent être vues avec une certaine nostalgie. Quelle époque était celle où la Terre ou le Soleil occupaient le centre de l’Univers et, autour des planètes avec leurs orbites musicales donnant le rythme à tout ce qui existe ! Ensuite, dans chaque acte, dans chaque loi, dans la vie de tous les jours, il y avait le Tout en attendant des activités humaines.

Cet orphelinat doit être l’antichambre d’un nouveau saut évolutif dans la conscience de l’espèce humaine.

Que ce soit comme cause ou comme conséquence de cette confusion, la menace d’extinction apparaît, énoncée par le principe de la flèche thermodynamique du temps.

« Tous les processus physiques sont accompagnés d’une croissance de l’entropie. Dans les observations cosmiques, en remontant dans le passé, on trouve une organisation croissante dans le monde, atteignant l’origine lorsque la matière et l’énergie ont la plus grande organisation possible. » [6]

Face à cela, la Méga-histoire a observé l’émergence de quelque chose de signe opposé qui est apparu à des moments critiques de l’évolution, qu’ils ont appelé la flèche cosmologique du temps.

Les mystiques de tous les temps se sont aventurés dans les profondeurs de la conscience. Ils ont décrit des états de non-représentation, de non-espace, de temps ; seulement ce qui nous pousse. Le but de la conscience est sa flèche évolutive dont le chemin n’a été tracé par aucune divinité ou entité supérieure.

L’espoir génère le mouvement. Une étape de synthèse de l’humanité est entrevue dans le futur. Ce serait une situation nouvelle que nous ne comprenons toujours pas, car il ne s’agit pas d’une simple somme d’attributs antérieurs, mais d’une situation qualitativement différente, d’une transmutation. La synthèse représenterait un saut de niveau pour la conscience elle-même.

Le besoin d’un monde meilleur est installé dans l’esprit des gens en ce moment historique. Cela est en train de se produire et de vibrer. Bien que cela soit diffuse et indéfinie, c’est en cours et c’est un dessein qui donne une direction. Ce dessein revêt parfois un caractère de grande urgence. Plus tard, les historiens ont expliqué comment les choses étaient, mais avant qu’elles n’arrivent, cette forme de travail est ce que nous utilisons avec une grande conscience. « Le besoin et le désir (élevé) » sont les moteurs qui conduisent cette recherche dans le sacré ; le désir important de produire une réalisation est ce qui produit cette réalisation. Plus le besoin est grand, plus la charge affective se met en mouvement. » [7]

De ce point de vue, il est évident qu’il y a une progression extrêmement complexe dans le processus d’évolution. Cela va dans le sens des grandes échelles de temps, contrairement à la perception des échelles de temps plus petites, où les choses semblent souvent s’aggraver et se dégrader de plus en plus. C’est à partir de là que nous pouvons concevoir un avenir durable d’équilibre évolutif.

La réalisation d’une société humaine planétaire dépend clairement de la génération actuelle d’individus. Le simple fait d’y penser nous rapproche de sa réalisation. Si nous l’atteignons, à l’avenir, nous la verrons représentée comme un jalon des caractéristiques cosmologiques dans le graphique de l’évolution. Ce sera une preuve de plus que les processus dans l’Univers ont un but créatif.

Concrètement, la feuille de route peut être énoncée avec une certaine facilité, contrairement à la difficulté de comprendre les puissants du monde qui sont installés dans le néant.

L’équilibre nécessaire naîtra de la solidarité entre les peuples, soutenue par la réconciliation. Elle ne consistera pas à tourner la page, mais à réparer les dommages causés aux autres nations, aux territoires envahis ou aux cultures étouffées.

Pour résoudre les conflits, la logique à suivre devrait être la suivante : donner vaut mieux que recevoir. Ce point est essentiel dans le nouveau paradigme.

Dans notre monde archaïque, on considère qu’une nation se développe lorsque son revenu par habitant et d’autres paramètres centripètes augmentent. Mais les nations ne peuvent être considérées comme des entités isolées dans un monde technologiquement développé qui doit rationaliser la coexistence avec son environnement. Nous arrivons ainsi au point où l’idée même de croissance doit être repensée.

La croissance d’une nation doit être mesurée en d’autres termes : dans l’évaluation de ses programmes de soutien aux autres nations, car ils contribuent à atteindre le même niveau de santé, d’éducation et de qualité de vie pour sa population, sans dévastation de l’environnement naturel.

Nous ne pouvons pas supposer une transition homogène vers une étape de coopération. Dans le monde primitif, certains États seront pionniers dans leurs programmes d’entraide, étendant une nouvelle forme de relation à d’autres zones géographiques, établissant des unités territoriales vers une Nation Humaine Universelle.

[1] Yuval Harari: El mundo después del coronavirus

[2] Données de l’ONU

[3] « La crise de la civilisation et l’humanisme » Académie des Sciences. Moscou, Russie. 18 juin 1992

[4] Les scénarios mondiaux du XXIe siècle dans le contexte de la méga-histoire

[5] Diccionario del Nuevo Humanismo

[6] Phrase de Arthur Eddington

[7] Commentaires de Silo à propos du “dessein”.

 

Traduction de l’espagnol, Maryam Domun Sooltangos

Catégories: Ecologie et Environnement, Economie, Humanisme et Spiritualité, Nonviolence, Opinion, Politique, Santé, Sciences et Technologie
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.