Pneumonie à partir du nouveau coronavirus en Chine: nouveau défi ?

31.01.2020 - Chrysoula Botsi - Pressenza Athens

Cet article est aussi disponible en: Grec

Pneumonie à partir du nouveau coronavirus en Chine: nouveau défi ?
Première confirmation de coronavirus en Autriche, photo RT.

Par Chrysoula Botsi *

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré le 12 janvier que la Chine avait déjà partagé avec la communauté internationale le génome d’un nouveau coronavirus. Un jour plus tard, l’OMS a publié un rapport des chercheurs allemands sur le diagnostic de laboratoire du virus Wuhan. Dans le même temps, la Chine a également développé un test de diagnostic pour le nouveau coronavirus 2019-nCoV.

En 2003, le magazine Science a publié un article intitulé « China’s Missed Chance » – l’opportunité manquée de la Chine – affirmant que la Chine avait alors perdu l’opportunité de démontrer sa crédibilité scientifique en omettant de prendre à temps les mesures de lutte contre le SRAS. La question a de nouveau été posée : la Chine sera-t-elle en mesure de répondre efficacement au défi du nouveau coronavirus ? La vitesse à laquelle la Chine a réagi cette fois était nettement supérieure à celle du SRAS. Dans les deux cas, il n’a pas été le premier dans le domaine de la recherche et du développement, R&D.

Le premier patient est apparu le 08/12/2019. Cependant, jusqu’au 11/01/2020, le diagnostic était « pneumonie interstitielle d’étiologie inconnue ». La cause de la pneumonie n’avait-elle pas été étudiée depuis un mois ? La Chine avait apparemment commencé l’enquête et l’annonce est venue lorsque le virus a été détecté. La collecte d’échantillons et la recherche sont des processus qui prennent du temps mais la rapidité est importante pour la lutte contre l’épidémie. Derrière la lutte contre les épidémies, il y a le développement et la concurrence technologique.

Cependant, pourquoi l’Asie est-elle si souvent un lieu de flambées potentielles ?C’est une zone avec une très grande population de personnes se rassemblant dans des villes densément peuplées, où des espèces sauvages sont également trouvées et consommées (chauves-souris, serpents, etc.), et les gens sont maintenant incarcérées pour cela. Tout le monde voyage et migre maintenant. Les changements environnementaux ont contribué à la propagation de maladies contagieuses, aussi les maladies tropicales. La désinformation et le mouvement anti-vaccin sur les réseaux sociaux ont créé une méfiance envers le monde scientifique et les systèmes de surveillance. Les personnes anciennes et celles avec des maladies métaboliques, telles que le diabète S, paient les frais de cette situation où le système immunitaire est affecté, et l’Asie a environ le 60% du diabète du monde.

Le coronavirus est certainement la grande nouvelle avec des cas confirmés dans plus de 15 pays. Peut-être plus que le nombre et l’état de santé des personnes touchées (2 116 personnes), l’accent est mis sur le nombre de pays identifiés. Peut-être parce qu’indirectement, il est suggéré que tous ceux qui y vivent sont en danger.

Alors que le virus continue de se propager et que la transmission interhumaine a été confirmée, plus de 40 millions de personnes ont été mises en quarantaine. Au moment du Nouvel An lunaire chinois, avec le plus grand mouvement de population, les vacances de printemps, presque tout a été annulé : les voyages, les célébrations. Un nouvel hôpital dédié a été érigé et sera prêt d’ici le 02/02/2020. Dans le pays, les masques sont épuisés, la nourriture est rare, le personnel médical s’effondre. Il y a encore des missions diplomatiques piégées, ainsi que des touristes et des étudiants. La communication peut également changer à mesure que les données sont agrégées : les flambées de cas peuvent devenir épidémiques, post-pandémiques et peut-être l’OMS, dans quelques jours, déclare la maladie comme un événement urgent de santé publique d’intérêt international, ce qu’elle n’a pas fait, en raison des caractéristiques pratiques légères de la maladie, lors de deux réunions récemment.

Sur le plan organisationnel, afin de coordonner une réponse efficace face aux épidémies, les scientifiques doivent être capables de prendre des décisions. Les gouvernements doivent veiller à ce que tous les moyens et conditions nécessaires soient généralement décrits dans les mesures et recommandations annoncées. Et c’est un acte politique. Sinon, les recommandations sont dénuées de sens. Les systèmes de surveillance doivent être robustes, comme décrit dans la littérature, en interaction avec ceux d’autres pays et en relation étroite avec le réseau OMS concerné. Tout cela demande de l’argent, de la transparence, d’un discours scientifique libre. La santé est clairement un choix politique. Les conflits de maladies représentent une opportunité pour les gouvernements de prouver leur capacité et de gagner en confiance.

Selon les données actuelles, la mortalité est inférieure à 3%, l’ébola atteignant 90%, alors qu’en 1918 la grippe espagnole atteignait 10-20%. Même si environ 10 000 personnes étaient infectées six mois plus tard, probablement d’environ 300 en mourraient. En 2003, l’Asie a vécu l’épidémie de SRAS avec quelques centaines de morts. En 2009, la pandémie de grippe H1N1 a fait environ 19 000 décès confirmés en laboratoire. Sans sous-estimer l’importance de ces décès, l’intérêt écrasant des médias, ainsi que la tendance à considérer le virus comme mystérieux, peuvent provoquer la panique. Avec tant d’intérêt pour l’afflux de maladies, tant d’attention au coronavirus, des fonds pourraient éventuellement être prélevés sur d’autres maladies, telles que la tuberculose, qui a tué à elle seule 1’500.000 personnes en 2018 tout en étant curable.

Ce que les médias évitent de discuter, c’est qu’Inovio Pharmaceuticals a déjà reçu 9 millions de dollars pour contrer la conflagration de Wuhan. Un deuxième pharmaceutique, Co-Diagnostic Inc. , a reçu une subvention pour développer un test de coronavirus. Le financement a été fourni par la Coalition des ONG pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI). Et ce n’est que le début.

 

* Chrysoula Botsi est pneumologue – médecin de la tuberculose à l’unité des infections N.A. Syngros.

Catégories: Asie, Europe, International, Opinion, Région, Relations internationales, Santé
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Journée de la Nonviolence

Journée de la Nonviolence

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.