La Semaine de la cuisine italienne dans le monde en Tunisie à l’occasion de la IX édition du Festival Cerealia

07.11.2019 - Domenico Letizia

Cet article est aussi disponible en: Italien

La Semaine de la cuisine italienne dans le monde en Tunisie à l’occasion de la IX édition du Festival Cerealia
(Crédit image : https://www.facebook.com/pg/CerealiaFestival/posts/)

Les 21 et 22 novembre 2019, à l’Institut culturel italien (Tunisie) et à la ville de Tebourba, deux manifestations seront consacrées à « Les cuisines d’identité en tant qu’outil pour relancer l’éducation alimentaire et la culture du goût ».

L’événement, organisé par le Réseau italien pour le dialogue euro-méditerranéen, RIDE-APS, responsable de la Fondation Anna Lindh en Italie, propose un débat scientifique et culturel qui traitera du thème exprimé par le thème central du Festival Cerealia 2019, en l’intégrant au thème directeur attribué par le MAECI pour la Semaine italienne de la cuisine mondiale 2019 et approfondir les cuisines d’identité qui intéressent en premier lieu Internet.

Paola Sarcina,  directrice artistique du Festival Cerealia, Lucio Fumagalli, président de l’INSOR, Kais Ben Amar du Rotary Club Tunis Mediterranee,  Franz Martinelli du Rotary Club  Rome Cassia et président de Gi & Me Association et Cristian Chiavetta de l’ENEA participent aux travaux.

Le lendemain, visite à Tebourba, dans les locaux de l’association Slow Food Tebourba, gérée par les frères Marzouk Mejri et Nabil Ben Marzouk, où le projet « Ancient Grains of Tunisia » a été créé par les clubs de Rotary club Latina,  Rome Cassia,  et Tunis Mediterranée. projet qui a été financé par la Fondation Rotary et où le pain et ses dérivés (couscous, bourgul, etc.) sont actuellement produits exclusivement à partir de blé local ancien.

Avec la dégustation de ces produits, l’objectif est de sensibiliser la communauté locale à l’importance de produire et de consommer les anciennes céréales tunisiennes pour la santé du consommateur; pour soutenir l’économie locale dans les zones rurales concernées; pour la défense de la biodiversité et de l’environnement; pour la récupération et la mise en valeur des traditions gastronomiques locales.

La consolidation dans l’agriculture du lien entre les produits et le territoire, avec l’histoire et la culture, favorise l’utilisation des produits agricoles locaux et l’intérêt des jeunes pour les activités agricoles de leurs territoires, tout en stimulant les nouvelles opportunités commerciales et le développement. d’activités telles que l’agrotourisme.

Les petits agriculteurs qui travaillent et sèment ces variétés traditionnelles de blé dur et les femmes qui fabriquent des produits à haute valeur ajoutée, tels que le borghul, le couscous, le pain et la typologie bigarrée de pâtes gastronomiques traditionnelles tunisiennes, sont les protagonistes du projet. « Grains Anciens de Tunisie ». Le projet, par le biais de l’agriculture biologique, améliore la vie et la production de toute une communauté de femmes et d’hommes, encourage l’emploi local et attire l’attention de nombreuses entreprises agroalimentaires et viticoles  qui  s’intéressent à l’exploitation de variétés anciennes.

Au cours des derniers mois,  c’est surtout grâce à l’activité de l’Ing. Franz Martinelli,  que des mesures décisives ont été prises pour la construction des structures de stockage, d’emballage et de vente des céréales et des produits transformés, l’installation d’un four pour la production du pain et la formation du personnel local, afin de pouvoir gérer toute la chaîne de production de manière autonome et complète,  générant des revenus et rendant ainsi le projet soutenable d’une façon autonome.

L’objectif a été atteint et une brochure détaillée a été produite. Cette brochure est intitulée «Les céréales anciennes de la Tunisie. Brochure du projet. Les variétés de céréales, transformées avec des recettes pour cuisiniers, chefs et consommateurs”.

Elle décrit, analyse et dissèque l’ensemble du parcours qui a caractérisé la vie et le succès du projet.

Les anciennes variétés de blé utilisées remontent au début des années 1900, dès lors sélectionnées pour leur valeur nutritionnelle et leur résistance à la sécheresse et à la rouille noire.

Ce blé est principalement cultivé dans les régions de colline: certaines terres sont des plateaux, d’autres sont caractérisées par des pentes abruptes et ne permettent pas l’utilisation de véhicules agricoles contemporains.

Dans ces cas, la technique de culture est entièrement manuelle, du semis à la récolte. Dans les champs, ni engrais chimiques ni pesticides sont utilisés et, afin d’éviter que le sol ne se détériore, la rotation du grain avec des légumineuses est prévue.

La culture de ces variétés anciennes et les techniques culturales traditionnelles permettent à un groupe de paysans âgés de maintenir la fertilité du sol et de préserver ces terres difficiles de l’érosion.

Ces variétés risquent de disparaître, menacées par l’introduction d’hybrides plus productifs, et le projet Rotary permet de sauver cette culture indigène et ces variétés de blé. Un projet qui pourrait intéresser toute la Méditerranée et fédérer les cultures liées à la nourriture, au blé,  et aux traditions historiques, sociales et anthropologiques de tous les territoires de notre important bassin.

Catégories: Afrique, Ecologie et Environnement, Europe
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.