Haïti se réveille : les protestations paralysent le pays

05.11.2019 - Pressenza London

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Allemand

Haïti se réveille : les protestations paralysent le pays
(Crédit image : Wikimedia commons)

Tout comme le Chili et l’Équateur, Haïti s’est réveillé, et maintenant il n’y a plus grand-chose pour contenir le soulèvement populaire qui cherche à tenir Moïse responsable de ses actes pendant sa présidence.

DemocraciaAbierta -openDemocracy

Au cours du mois dernier, les protestations au Chili et en Équateur ont fait la une des journaux de la région, alors que dans un autre pays, les citoyens occupaient déjà les rues six mois auparavant lorsque la première mobilisation a débuté à Quito il y a quelques semaines : Haïti.

Depuis février dernier, les manifestations contre l’actuel président Jovenal Moïse et l’actuel premier ministre Jean-Henry Céant ont repris après près d’un an de grèves intermittentes, et depuis lors, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de la ville d’Haïti pour exiger leur démission.

Les manifestants en ont assez des mesures d’austérité qui se sont souvent accompagnées d’une hausse des prix des produits de base. Ils exigent également de savoir ce qui s’est passé avec les milliards de dollars reçus du Venezuela qui ont disparu sans laisser de trace.

« Le modèle d’exploitation néolibérale qui a été imposé à Haïti a échoué à de nombreuses reprises auparavant « , selon le journaliste Antony Loewenstein, et en conséquence, de nombreux Haïtiens vivent dans la pauvreté et le désespoir. Cette situation, combinée à la mauvaise gouvernance d’une série d’administrations corrompues qui ont détourné des fonds publics et humanitaires et au colonialisme historique, a créé le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental.

Selon la Banque mondiale, en 2018, le PIB par habitant d’Haïti n’était que de 870 USD et, dans un pays de seulement 10 millions d’habitants, 6 millions vivent en dessous du seuil de pauvreté extrême. En d’autres termes, cela représente 60% de la population.

Cependant, tout comme le Chili et l’Équateur, Haïti s’est réveillé, et maintenant il n’y a plus grand-chose pour contenir le soulèvement populaire qui cherche à tenir Moïse responsable de ses actions pendant sa présidence. C’est pourquoi nous vous disons tout ce que vous devez savoir sur la situation actuelle en Haïti, et pourquoi tout cela est une conséquence de siècles de colonialisme et de corruption.

Un passé et un présent coloniaux

Ce n’est pas un hasard si Haïti est l’un des pays les plus pauvres du monde et que cette pauvreté a tout à voir avec son passé colonial et son présent.

L’île d’Hispaniola, colonisée en 1492 par les Espagnols, puis divisée par les Espagnols et les Français, abrite maintenant Haïti et la République dominicaine. Haïti, après la colonisation par les Français, a reçu la deuxième plus grande quantité d’esclaves africains des Amériques, seulement battus par le Brésil, et au 19ème siècle, 90% de sa population était composée d’Afrodescendants.

  Au cours du XXe siècle, l’implication des Etats-Unis dans l’île a commencé à émerger, provoquant deux coups d’État et générant plus de dette extérieure et de dépendance.

Après l’indépendance d’Haïti de la France et la libération des esclaves en 1804, les États-Unis, qui étaient encore une nation propriétaire d’esclaves, ont boycotté tout commerce avec l’île, craignant que la révolution ne s’étende à son propre territoire.

La France, également furieuse de la libération de la population esclave d’Haïti et de la perte de sa colonie, a fait payer au pays une réparation financière de 150 millions de francs, soit 10 fois plus que les revenus du pays à l’époque.

Une punition pour être noir, comme on le comprend maintenant avec le bénéfice du recul. Cette dette a paralysé le pays au cours des siècles suivants et a contribué à créer l’état d’extrême pauvreté qui existe aujourd’hui.

Au cours du XXe siècle, l’implication des États-Unis dans l’île a commencé à apparaître, provoquant deux coups d’État et générant davantage de dette extérieure et de dépendance. Tout a commencé par des millions de dollars d’aide humanitaire dans les années 60 qui ont été dilapidés par les dirigeants autoritaires, et il a ensuite pris la forme d’une aide liée, conditionnelle à la mise en œuvre de certaines politiques néolibérales. Dans les années 70, pour pouvoir bénéficier de l’aide, les Etats-Unis ont forcé Haïti à baisser les droits de douane sur les produits agricoles importés, ce qui a conduit le marché agricole intérieur à s’effondrer complètement en faveur des importations américaines.

Plus tard, la famille Clinton est devenue la principale promotrice du néolibéralisme sur l’île, même dans l’heure la plus sombre qui a suivi le tremblement de terre de 2010 qui a déplacé environ 1,6 million de personnes et tué 316.000 autres. Les Clinton ont soutenu la construction du complexe industriel de Caracol en 2011, mais le complexe a surtout bénéficié aux entreprises américaines et sa construction a déplacé environ 300 familles locales. Plus tard, la Fondation Clinton a aidé à obtenir un accord pour construire le Marriott à Port-au-Prince, tandis que leurs plans de reconstruction des logements et du port échouaient.
Protestations actuelles et répression policière

Le colonialisme et une série de gouvernements extrêmement corrompus sont le cocktail molotov qui a déclenché des manifestations en Haïti, paralysant le pays dans les principales villes. C’est autant une révolte contre l’impérialisme américain que contre Moïse et Céant, tous deux impliqués dans divers scandales de corruption.

Aristide, qui fut le premier président démocratiquement élu d’Haïti et qui gouverna jusqu’en 2004, fut kidnappé et contraint à l’exil par des membres de l’élite haïtienne avec le soutien des États-Unis parce qu’il tentait de mettre en œuvre des programmes sociaux pour réduire la pauvreté qui allaient contre leurs intérêts économiques.

Depuis son dernier départ d’Haïti, les gouvernements qui ont renforcé le programme néolibéral sont tout ce qu’Haïti connaît. En fait, la majorité des maisons qui sont tombées pendant le tremblement de terre de 2010 ont été construites sans réglementation et selon les principes du néolibéralisme pendant cette période, causant des centaines de milliers de morts et aggravant la souffrance.

Depuis son dernier départ d’Haïti, les gouvernements qui ont renforcé le programme néolibéral sont tout ce qu’Haïti connaît. En fait, la majorité des maisons qui sont tombées pendant le tremblement de terre de 2010 ont été construites sans réglementation et selon les principes du néolibéralisme pendant cette période, causant des centaines de milliers de morts et aggravant la souffrance.

C’est pour ces raisons que les Haïtiens en ont assez de leurs gouvernements qui n’ont pas la force politique pour résister aux intérêts impérialistes et aux tentations de la corruption. La police et l’armée haïtiennes, appuyées par les troupes de l’ONU envoyées en Haïti pour soi-disant maintenir la paix, ont réagi avec répression et brutalité, causant 26 morts et 77 blessés depuis février de cette année.

Cette brutalité policière fait suite à une série de réactions dans toute la région, mais surtout au Chili, où le gouvernement a envoyé l’armée dans les rues au cours des semaines précédentes pour réprimer les manifestations, faisant plus de 19 morts.

Il semblerait que les Amériques se réveillent et commencent à voir le vrai visage laid du néolibéralisme : un système qui a apporté de la souffrance à la majorité et une immense richesse à une élite qui a toujours eu le soutien des États-Unis pour continuer à mettre en œuvre son règne de terreur. Y a-t-il enfin l’espoir que cela prendra fin en Haïti ?

Catégories: Amérique centrale, Droits humains, Politique
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.