Le Parti Humaniste International sur le Venezuela : « Les présidents ne s’autoproclament pas, ils sont élus »

05.02.2019 - Partido Humanista Internacional

Cet article est aussi disponible en: Italien

Le Parti Humaniste International sur le Venezuela : « Les présidents ne s’autoproclament pas, ils sont élus »

Face à l’ingérence internationale arbitraire des Etats-Unis d’Amérique contre la République bolivarienne du Venezuela, qui a soutenu et validé l’autoproclamation de Juan Guaidò comme président intérimaire de la nation et soutenu un prétendu « vide de pouvoir », accusant Nicolas Maduro de commander un régime dictatorial et malgré le fait que plusieurs chefs d’Etat se sont précipitamment montrés favorables, dont leur principal mentor (USA) et l’OEA, le Parti humaniste international, déclare ceci :

Il est scandaleux qu’au nom de la liberté, de la démocratie et des droits humains, l’un des plus grands États génocidaires du monde, les États-Unis d’Amérique ont agi et agissent avec des attitudes d’oppression et de tyrannie évidentes envers les peuples de notre continent et les autres latitudes, aux côtés des autres acteurs politiques secondaires sans autorité morale, il mène en toute impunité et agressivité une campagne internationale sans merci contre le gouvernement vénézuélien.

Déjà en 1993, Silo écrivait, dans sa neuvième lettre à mes amis : « …même si on intervient dans des pays tiers pour des raisons humanitaires évidentes pour tous, des précédents pourraient s’instaurer pour justifier de nouvelles actions sans raisons ni humanitaires ni évidentes pour tous ».

D’autre part, c’est un gouvernement qui a été élu par le peuple le 20 mai 2018, et malgré la campagne internationale qui s’est poursuivie en accusant le processus électoral de fraude, aucun des candidats qui ont participé au tour électoral n’a contesté le résultat, ni présenté de preuves ou des allégations concrètes de fraude.

De plus, cela correspond au principe de « droit à l’autodétermination du peuple vénézuélien ».

L’insolence des Etats-Unis, leur arrogance criminelle et leur exportation traditionnelle de violence font écho dans certains gouvernements régionaux qui se soumettent aux diktats impérialistes, ignorant les intérêts nationaux et devenant complices du plus grand Etat criminel de l’histoire mondiale. Dernièrement, l’impérialisme étasunien a produit le chaos dans divers pays du monde islamique ; ne les laissons pas imposer leur sillage de désordre, de pillage et de mort aux Latino-américains.

Poursuivant ce que Silo a dit dans sa lettre, nous trouvons cet avertissement : « On observe que les Nations Unies, comme conséquence du processus de mondialisation, jouent un rôle militaire croissant non sans danger. Une fois de plus, on compromet la souveraineté et l’autodétermination des peuples par la manipulation des concepts de paix et de solidarité internationale ».

Nous, les humanistes, dénonçons le sophisme d’une campagne promue par ceux qui imposent la dictature du capital au monde et qui, en même temps, se présentent comme défenseurs de la démocratie. Une fois de plus, nous exigeons le principe de l’autodétermination des peuples et exprimons notre solidarité avec le peuple vénézuélien fraternel en qui nous avons pleine confiance pour résoudre ses affaires intérieures.

Nous dénonçons la campagne internationale promue par l’empire génocidaire qui réside officiellement à Washington, mais qui est dirigée par une entreprise privée, financière, industrielle, militaire et médiatique qui réside dans ce pays et d’autres partenaires de l’OTAN.
Nous appelons les gouvernements latino-américains à coopérer pour défendre l’autonomie du peuple vénézuélien dans la prise de décisions pour son propre destin politique, à prendre le parti de la défense de la démocratie et à ne pas prendre part comme le dicte l’intérêt des vautours du capital.
Le Parti Humaniste International ne soutient pas l’impérialisme ; au contraire, il le rejette.
C’est pourquoi nous, humanistes, exprimons notre solidarité avec le seul gouvernement légitime du Venezuela, celui de Nicolas Maduro. Et disons que les présidents ne se proclament pas ou ne se proclament pas : ils sont élus selon la législation de chaque pays.
Le Venezuela a une constitution qui doit être respectée.

Catégories: Amérique du Sud, Communiqués de Presse, International, Relations internationales
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

Grève internationale des femmes

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.