Ana Ester Ceceña : Défendre la paix au Venezuela, c’est défendre la paix partout ailleurs sur la planète

17.02.2019 - Caracas, Venezuela - ALBA TV

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Grec

Ana Ester Ceceña : Défendre la paix au Venezuela, c’est défendre la paix partout ailleurs sur la planète
(Crédit image : NODAL)

Elle est l’une des intellectuelles dont les voix de rejet de l’intervention étrangère, de paix et de solidarité avec le Venezuela continuent de parcourir le monde.
Pour Ana Esther Ceceña, le Venezuela est devenu aujourd’hui le centre d’un débat international et géopolitique.

Selon l’économiste mexicaine, le problème avec le Venezuela n’est pas principalement pour le pétrole, « si ce n’était que pour le pétrole, cela implique non seulement une guerre au Venezuela, mais aussi au Mexique, au Brésil, en Colombie, etc. » a-telle déclaré.

Pour Ceceña, la guerre promue dans le pays caribéen est une guerre de contrôle territorial total et de domination sociale et politique de la population,  » de sorte que les règles établies par les puissances dominantes soient la règle qui gouverne toutes les terres « , a-t-elle ajouté.

La stratégie utilisée par l’impérialisme américain, conclut la spécialiste en géopolitique, consiste à « entrer là où il y a un germe organisationnel, même s’il peut être de types différents, il peut être une favela, une organisation révolutionnaire ou autonomiste, très particulièrement dans le monde urbain… pour contrôler le sens du collectif ».

« Cela se produit partout parce qu’une dynamique sociale est imposée de manière générale… les bénéfices de la production et du développement… c’est de plus en plus pour un collectif qui est restreint, la richesse et le pouvoir de plus en plus concentré implique que la majeure partie de la société est aliénée de cette richesse, dans la pauvreté, avec des problèmes résolvant sa propre subsistance, mais aussi expulsée des décisions du pouvoir » a-t-il déclaré.

Ana Esther a dit qu’avec l’introduction des guerres irrégulières, les sociétés ont perdu leur autodétermination sur leur vie et leur logique sociale. « Les guerres du XXIe siècle sont nouvelles, parce qu’elles ne se déclenchent pas à grande échelle, ce sont des guerres qui entrent par en bas, des guerres rampantes et ce qu’elles font, c’est mettre des changements sociaux en de nombreux endroits pour fragiliser le tissu social, l’organisation de la société pour le rendre disponible aux intérêts des intervenants, » a déclaré la chercheuse.

Bases de la paix contre bases de la mort

Pour Ana Esther Ceceña, chercheuse et spécialiste en économie, si l’on ne défend pas le Venezuela,  » nous livrons un continent, nous livrons l’Amérique latine, il ne peut y avoir de plus grand risque pour l’humanité que la discussion transcontinentale de cette guerre qui promeut la grande puissance industrielle et militaire… qui a son siège principal aux États-Unis mais partage aussi des intérêts communs avec ses alliés ».

Ceceña a fait valoir que « s’il y avait une guerre au Venezuela, ce serait une guerre hémisphérique, pas une guerre délimitée », tout en ajoutant que c’est pourquoi il est important d’avancer dans la défense de la paix, qui est un abstrait universel. « Si nous défendons la paix et le droit des êtres humains d’y vivre, peu importe que nous soyons au Venezuela, en Syrie, en Afghanistan, au Mexique ou ailleurs… défendre la paix au Venezuela, c’est défendre notre paix partout ailleurs sur la planète, a-t-elle dit.

Pour parvenir à cette défense, l’économiste propose spécifiquement de renforcer le tissu social, afin de ne pas avoir de fractures et d’éviter les implants de guerre irréguliers, en plus de sauver l’idée du commandant Chavez lancé lorsque la Colombie a voulu mettre en place 7 bases militaires américaines sur son territoire, les Bases pour la paix.

« Il n’y a pas de proposition plus intelligente que cela, parce qu’elle sauve la possibilité de ne pas devenir d’une certaine manière ce que nous combattons, ce qui nous domine, ce qui nous soumet. C’est-à-dire, ne pas faire la guerre avec la guerre, a dit Chávez à ce moment-là, mais construire la paix… pour que la guerre n’y entre pas » a conclu Ana Esther.

Catégories: Interviews, Paix et Désarmement, Video
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.