La tromperie des trois visages

16.12.2018 - Allemagne - Pressenza Muenchen

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Allemand

La tromperie des trois visages

Par Gunther Moll

On s’est fait avoir, et beaucoup. Pour nous, en tant que citoyens, et encore plus pour nos enfants et petits-enfants. Les escrocs sont des politiciens soumis à des groupes de pression et au secteur financier. Cette tromperie a trois visages :

La première tromperie
Ils nous ont enlevé notre avenir à l’exploitation et au gaspillage, ainsi qu’à l’accumulation des ordures et à la pollution. « L’État a le devoir de protéger les moyens de subsistance des générations futures « , affirme l’article 20 de notre Constitution. Les lobbyistes et les financiers le violent quotidiennement, avec préméditation et trahison, parce qu’il s’agit d’argent, de profiter au maximum des profits, des avantages et des rendements, et non de prendre soin et de respecter la vie et ses fondements les plus essentiels.

La deuxième tromperie
« Oui, oui, il y a tant de désirs », disent les politiciens soumis à des groupes de pression, mais nous n’avons pas les fonds pour les satisfaire… sinon nous devrions endetter davantage l’État, et cela ne peut être ainsi. C’est un mensonge. Notre État ou, pour être plus précis, notre État fédéral peut et doit emprunter dans sa propre monnaie autant que ses citoyens en ont besoin pour vivre leur vie, contrairement à nous en tant qu’individus ou entreprises privées, et contrairement aux États, villes et communes fédérés. Parce que nous sommes un pays où les gens travaillent fort, sont productifs et innovateurs. Nous pouvons transformer les prêts en innovations de valeur, en productivité élevée et en bien-être général, avec une croissance économique raisonnable et écologique qui, contrairement à nos ressources naturelles, est presque illimitée.

La troisième tromperie
Notre État fédéral ne remplit pas son devoir de doter les États fédérés, de donner aux villes et communes des moyens financiers nécessaires pour remplir leurs obligations. C’est un facteur décisif si, par exemple, l’intégration n’est pas encore mieux réalisée, malgré le grand engagement des citoyens locaux. Ce n’est pas que les gens soient mauvais, mais que la contribution financière de la Fédération soit insuffisante. Il en va de même, par exemple, pour les crèches et les écoles maternelles. Le financement fédéral pourrait doubler les effectifs de ces établissements et aucune école n’aurait besoin de plus de réparations ou d’installations sanitaires. Aucun d’entre eux. Parce que ces mesures allient la croissance économique à de meilleurs salaires et, avec eux, aux dépenses des éducateurs et des étudiants, ou aux commandes des entreprises qui installent dans nos écoles les normes énergétiques les plus modernes. Et cela, à son tour, améliore le bien-être de notre pays, sans parler du fait que les étudiants apprennent mieux dans des immeubles propres et beaux. Il en va de même, comme troisième exemple, pour les hôpitaux, les maisons de retraite et les foyers d’accueil, où davantage de personnel et des salaires plus élevés peuvent contribuer au développement de l’économie et à la qualité de vie. Il est clair que seul un pouvoir d’achat à grande échelle permettra d’atteindre un développement économique stable. Henry Ford lui-même l’avait déjà exprimé graphiquement : les voitures n’achètent pas de voitures.

Que pouvons-nous, ou plutôt, que devrions-nous faire ?
Nous devons mettre un terme à la grande déception des politiciens soumis à des groupes de pression et à l’économie déréglementée du secteur financier. Nous devons prendre soin de notre nature et la protéger, et mettre un terme, par notre comportement de consommateur, à la pollution des substances nocives, à l’accumulation de déchets et à l’élevage intensif, qui sont tous des crimes. En outre, nous devons veiller à ce que les salaires et les pensions correspondent à la « règle du salaire d’or », c’est-à-dire une rémunération juste et équitable des salariés pour une meilleure productivité, afin que chacun puisse jouir d’une bonne qualité de vie. Les fonds nécessaires (qui existent) pour cela ne doivent plus aller principalement des politiciens influencés aux riches pour les enrichir davantage. En outre, nous devons veiller à ce que tous les citoyens reçoivent un revenu mensuel de base qui leur permette de subvenir aux besoins de leur famille et d’éliminer la pauvreté dans laquelle tant de nos concitoyens ont été plongés du jour au lendemain. En outre, tous les parents sont libres de choisir les soins et l’éducation de leurs enfants. Cela ne signifie aucun problème en termes financiers et économiques, car cet argent est dépensé à nouveau, ce qui alimente le cycle économique. Il en résulte une double croissance de la productivité et du bien-être, ainsi que des interactions sociales et humaines.

Chacun peut contribuer à mettre fin à la grande déception de notre pays. Chacun peut le faire tous les jours avec ses propres comportements. Et tous les quatre, cinq ou six ans, par l’intermédiaire de politiciens élus : ceux qui ont un engagement et travaillent pour le bien-être public, la condition humaine et la nature, et pour rien ni personne d’autre.

Cela vaut la peine de le faire pour nous-mêmes, nos enfants et nos petits-enfants, et pour le bien de notre planète Terre. Tout tourne autour d’une seule chose, déjà formulée dans l’économie du bien public : une bonne qualité de vie pour tous. Pour nous en tant qu’humanité, nature et paix commune.

 

L’auteur

Gunther Moll dirige le département de santé mentale des enfants et des adolescents de la clinique universitaire et est co-auteur du livre « Die Vorstufe zum Paradies für uns alle – Warum wir sie erreichen können und wie sie finanzierbar wäre », (La phase initiale du paradis pour tous : pourquoi nous pouvons l’atteindre et comment ce serait en termes financiers), disponible sur Amazon.

Pour en savoir plus :

www.gunther-moll.de

www.facebook.com/Professor.Gunther.Moll

Catégories: Ecologie et Environnement, Economie, Europe, Opinion
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.