La Suisse signera le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires

13.12.2018 - Redazione Italia

Cet article est aussi disponible en: Italien

La Suisse signera le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires
(Crédit image : Parlement suisse)

La motion présentée par Carlo Sommaruga (PS/GE) au début de l’année demandait au Conseil fédéral suisse de signer le Traité d’interdiction des armes nucléaires.

Avant le vote sur cette motion, qui a été approuvée par les deux assemblées législatives (Conseil national et Etats) dont est doté le système de gouvernement fédéral suisse, la Commission des affaires étrangères avait donné un avis défavorable, de justesse, mais dans les assemblées la gauche, traditionnellement antinucléaire, a trouvé des alliés dans d’autres forces politiques et la motion du député socialiste est passé avec un marge importante, à la décharge du Gouvernement fédéral qui avait déclaré son opposition, préoccupé par les pressions du pouvoir nucléaire.

« Une victoire pour la Suisse humaniste », a déclaré Maya Brehm, l’une des fondatrices d’ICAN dans le pays. « Le principe de neutralité active, qui exige de la Suisse qu’elle joue son rôle international en affirmant sa tradition humanitaire par des principes, a prévalu sur la neutralité d’attente, qui considère qu’on ne peut être neutre qu’en ne prenant jamais de décision ».

« ICAN suivra de près les prochaines étapes du Conseil fédéral, mais espère que la décision parlementaire aura déjà un impact à l’étranger. Plusieurs pays observent la Suisse avant de commenter. Nous savons que la Finlande, la Suède, la Norvège et même le Koweït attendent la décision de la Suisse avant de se prononcer. La Suisse envoie donc un message positif », a conclu M. Brehm.

Le vote du Parlement est désormais contraignant et la Suisse rejoindra donc, à une date qui reste à définir, l’Autriche, le Vatican et Saint-Marin, qui sont les autres Etats européens signataires du TIAN. Il va sans dire qu’il s’agit d’États qui ne font pas partie de l’OTAN, qui s’oppose fermement au traité. En ce sens, la position de l’Espagne, où le gouvernement de Sanchez, soutenu par Podemos, a déclaré vouloir signer, semble être sur le point d’ouvrir une brèche et de rendre le boycott des grandes puissances nucléaires de moins en moins efficace.

Catégories: Europe, International, Paix et Désarmement
Tags: , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

Grève internationale des femmes

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.