Une marée verte pour l’avortement gratuit s’intensifie en Équateur

01.10.2018 - Quito, Equateur - Redacción Ecuador

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Une marée verte pour l’avortement gratuit s’intensifie en Équateur
Marée verte à Quito (Image par Esteban Zapata)

Par Esteban Zapata (texte et photos)

Avec le slogan « l’éducation sexuelle pour prévenir, les contraceptifs pour jouir, l’avortement gratuit pour ne pas mourir », les collectifs de défense des droits des femmes et des personnes gestantes, et le grand public, ont manifesté ce vendredi 28 septembre, pour exiger l’avortement gratuit en Équateur.

Dès cinq heures de l’après-midi, une pluie verte qui n’a pas tardé à se transformer en marée a été organisée devant le bureau du procureur général pour finaliser les détails et commencer le parcours vers le palais Carondelet. Avec un sentiment de joie généralisé, filles, jeunes femmes et adultes préparent leurs affiches, se peignent le visage et nouent les mouchoirs verts qui sont devenus le symbole de la lutte mondiale pour l’avortement. Ils distribuent également les instructions et les recommandations pour que l’on prenne soin d’elles tout au long de la marche.

Dans le manifeste de la Journée de lutte pour la dépénalisation et la légalisation de l’avortement en Amérique latine, le collectif organisateur mentionne que les lois actuelles qui criminalisent l’avortement n’ont fait que criminaliser cette pratique sans créer de meilleures conditions de vie pour les femmes et les personnes capables d’avoir des enfants, frappant surtout les femmes les plus pauvres. Pour cette raison, « criminaliser l’avortement, c’est pénaliser la pauvreté ».

Les femmes commencent le parcours au son des tambours et avec des chansons qui appellent à affronter un système géré et contrôlé par le chauvinisme masculin dans toutes ses dimensions. « Nous devons avorter, nous devons avorter, nous devons avorter, nous devons avorter ce système patriarcal « , dit-on dans toute la colonne des gens qui avancent le long de l’avenue 12 de Octubre vers l’Assemblée nationale, et aussi « si le Pape était une femme, l’avortement serait une loi  » au rythme du carnaval.

Les derniers rayons de soleil disparaissent, mais les éruptions de fumée verte indiquent la voie à suivre. Après une brève escale à la Maternité Isidro Ayora, la vague verte grandissante avance à travers le parc de l’alameda pour entrer dans le centre historique de Quito. Rien n’arrête la marche vers l’émancipation.

« La peur n’a jamais gagné de droits », dit l’affiche de l’une des manifestantes, tandis qu’une autre affiche rappelle que « la légalisation de l’avortement n’oblige personne à avorter ». Selon les données de la commission organisatrice de la marche, dans le pays, « plus de 300 femmes ont été jugées ces dernières années pour avoir subi un avortement, » exerçant pouvoir et violence sur les femmes qui prennent cette décision. C’est pourquoi elles exigent que le Parquet « cesse de persécuter celles d’entre nous qui décident sur leurs propres corps ».

La nuit tombe et la marche continue, la marée verte avance au centre de Quito et continuera d’avancer jusqu’à ce que l’État équatorien et les autres pays de la région comprennent que la légalisation de l’avortement est une question de santé publique prioritaire et urgente, qui devrait faciliter l’accès des femmes et des personnes ayant la possibilité de gestation aux services sanitaires complets, rapides et conviviaux. Ce 28 septembre a été une journée de lutte en Amérique latine et dans les Caraïbes qui rappelle – et c’est un hommage absolument prémédité – la fin de l’esclavage.

Catégories: Amérique du Sud, Droits humains, Jeunes, Reportages photo
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.