Ce qui se passe au Brésil aujourd’hui est une Guerre sale 2.0 (Partie II) : Diviser pour régner !

25.10.2018 - Brésil - Redação São Paulo

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Portugais

Ce qui se passe au Brésil aujourd’hui est une Guerre sale 2.0 (Partie II) : Diviser pour régner !

Par Francisco Río

Depuis le début de la deuxième décennie de notre siècle, un nombre considérable de penseurs respectés – chacun à sa manière et armés de leurs arsenaux conceptuels respectifs – ont alerté l’humanité sur l’existence de la Guerre sale 2.0 et l’utilisation abusive de nouveaux outils technologiques pour le déclencher. De Zygmunt Bauman à Tzvetan Todorov lui-même (déjà cité dans l’article précédent), en passant par Noam Chomsky, Umberto Eco et le Brésilien Luiz Alberto Moniz Bandera, pour n’en citer que quelques-uns. Cette liste comprend également les noms de lanceurs d’alerte comme Edward Snowden et Julian Assange. En fait, Snowden – un ancien technicien de la CIA qui a obtenu l’asile politique dans la Russie de Vladimir Poutine – est allé jusqu’à dénoncer en 2013 que l’ancien président Dilma Rousseff et d’autres chefs d’État ont été pris pour cible par la National Security Agency (NSA) américaine.

La Guerre Sale 2.0 est alimentée principalement par des algorithmes et de la propagande de précision. En outre, il ressort clairement d’une gamme variable de méthodologies de soutien telles que l’espionnage électronique. Théoriquement et dans un langage simple, les algorithmes – qui ne sont pas nécessairement des programmes informatiques – ont pour fonction de collecter des données auprès des utilisateurs de portails, de mécanismes de recherche et de réseaux sociaux, leur donnant une expérience de navigation optimisée et personnalisée. Mais ces mêmes outils de collecte de données permettent – par recoupement caché – de créer un profil radiologique complet de chaque utilisateur, émettant des opinions qui vont bien au-delà du simple résumé de l’expérience de navigation de l’utilisateur ou de ses relations avec le consommateur. A l’aide d’algorithmes, il est possible de tracer des profils complets de chaque individu : ses préférences alimentaires, sa routine, son comportement de consommation, sa religiosité et même son cercle d’amis et ses penchants amoureux ou politiques.

Le problème le plus grave – c’est-à-dire les algorithmes – est évident lorsque des entreprises du secteur se font dérober, vendent ou transmettent ces informations à des tiers : gouvernements, institutions et entreprises. Parmi ces dernières, beaucoup opèrent au service de groupes et de réseaux ultralibéraux qui portent comme drapeaux l’affaiblissement, voire la destruction des démocraties, l’implosion des droits sociaux et du travail, la division sociale et la violation des droits humains. ‘Divide et Impera !’ exprima Caio Jules César. Dans cette voie et à la base de l’amélioration technologique et des études de psychologie de masse, ces dernières années, « de brillantes stratégies de persuasion active ont été développées (…), ouvrant la voie à des excès qui peuvent nuire à l’intérêt public et à la culture politique, affaiblissant l’intégrité de la démocratie » (TecReview, mai-juin 2018). Cela se produit principalement dans des pays comme le Brésil, où les institutions démocratiques sont encore trop faibles, corrompues et fragiles – la Carta Magna de 1988 a été confirmée il y a près de 30 ans.

Une fois en possession des profils complets de centaines de millions d’utilisateurs, dans plusieurs parties du monde, ces entreprises, au service de groupes ultralibéraux, commencent leur Guerre sale 2.0, soit dans un pays, soit dans différentes régions en même temps. La stratégie est simple, bien que les mécanismes de chaque opération puissent être variables et complexes. L’objectif fondamental est de déstabiliser pour imposer des représentations du monde, conquérant les cœurs et les esprits. Ils sont diffusés à travers des
bots (logiciel informatique qui interagit avec des serveurs), des pages de support ou des cyborgs (de vraies personnes engagées pour la réalisation et l’administration de faux profils), une cascade de Fake News (fausses nouvelles) dans l’intention de déstabiliser, convaincre et mobiliser les masses. Dans ces circonstances, ils dirigent ces plans ou messages vers des groupes et des profils qui, prédéfinis par les algorithmes, présentent une perméabilité aux (dés)informations distribuées. Surtout, ils utilisent l’analphabétisme numérique et fonctionnel qui caractérise notre époque, tant dans les pays sous-développés que dans les pays développés. De plus, il est évident, d’après les tendances des opinions des utilisateurs. Comme l’a dit Umberto Eco : « Le drame d’Internet, c’est qu’il a permis à l’idiot du village, de devenir celui qui porte la vérité ».

Eureka! Avec la massification de l’accès à Internet 2.0 et des smartphones, l’environnement parfait pour la mise en œuvre et le déclenchement d’une guerre sale colossale 2.0, dans le meilleur style d’un scénario de fiction scientifique du 21ème siècle, était prêt – principalement au cœur de l’une des nations les plus hybrides de la planète, le Brésil. Puis, dans ce « Miroir Noir » (2011), les idiots du village se sont élevés au rang de porteurs de vérité, transformés en une légion de zombies, comme dans la série « The Walking Dead » (2010). Ils deviennent non seulement les diffuseurs d’une « Vague » (2008), mais les promoteurs de cette vague de représentation du monde qui leur a été suggérée et qui leur est même préjudiciable, puisqu’en toile de fond, ils souhaitent non seulement la diffusion de haines non fondées, mais aussi l’annulation des droits et conquêtes des classes moyennes et populaires. Si, dans les années 1990, les néolibéraux utilisaient les notes et articles de journaux et les publicités anonymes sur les moyens de transport latino-américains pour convaincre le public, par exemple, que « tout ce qui est public est mauvais » et qu' »il faut privatiser », les ultralibéraux d’aujourd’hui utilisent des outils plus sophistiqués pour la mise en œuvre de leur « dictature parfaite » (référence au titre du film du directeur mexicain, Luis Carretera, 2014).

Récemment, les cas les plus emblématiques de cette sale guerre 2.0 ont été le brexit et les élections des États-Unis, en 2016. En fait, le scandale de Cambridge Analytica (CA) a exposé la pointe d’un iceberg géant à la dérive dans une mer agitée d’incertitudes. Soi-disant engagée par Steve Bannon, militant d’extrême droite et d’ultralibéralisme, et opérateur de campagne de Donald Trump, la société CA créée en 2014 pour influencer et gonfler les campagnes politiques de droite aux États-Unis ainsi que les robots russes, a probablement utilisé des données recueillies auprès des utilisateurs de Facebook pour diriger et convaincre l’opinion publique et les électeurs de ce pays. Selon un article signé par André Barrocal et publié par Carta Capital, sous le titre « Les Pistes de la méthode ‘Cambridge Analytica’ dans la campagne de Bolsonaro » [ed. 19/10/18], il ressort que « le 25 septembre Facebook annonce qu’il a été piraté » au Brésil et que « les pirates ont réussi à s’informer sur 30 millions de personnes ». Coïncidence ou pas, la même note rapporte qu’un mois plus tôt, en août, « l’un des fils de Bolsonaro, Eduardo, était (….) à New York, avec Steve Bannon, le principal stratège de la campagne de Trump ».

Un autre article, cette fois publié par la BBC et signé par la journaliste Juliana Gragnani, sous le titre « Exclusive : Une enquête révèle qu’une armée de faux profils a servi à influencer les élections au Brésil » [édition en ligne du 08/12/17], révèle déjà un autre visage pervers de cette sale guerre : les performances des cyborgs. Dans ce cas, le texte de Gragnani explique que cette évolution humaine des rôles précédemment joués par les robots ou bots a servi à créer des écrans de fumée, à guider les discussions de groupe et à attaquer (neutraliser et détruire moralement les adversaires) et que cette « stratégie de manipulation électorale et d’opinion publique dans les réseaux sociaux serait similaire à celle utilisée par les Russes aux élections américaines et existerait au Brésil au moins dès 2012 ». La même note expose l’opinion de Phillip Howard, professeur à l’Oxford Internet Institute, qui considère l’existence des cyborgs comme « un danger pour la démocratie ».

La guerre sale 2.0 est avant tout le nouveau dilemme éthique du XXIe siècle. Et il faut faire quelque chose. Et vite. Les intérêts et les actions des groupes d’extrême droite ultralibéraux alliés aux affaires cachées des hommes d’affaires du secteur, à la désinformation semée aux quatre vents, à la fragilité des institutions démocratiques -en particulier dans les pays sous-développés-, à l’absence de critique des masses et à l’absence de lois plus adaptées sur les utilisations et manipulations des nouvelles technologies, sont les ingrédients d’un volcan déjà en éruption, dont la lave peut avaler et pulvériser tout le monde. Il ne s’agit pas seulement de la violation et de l’implosion des démocraties et des États nationaux, mais aussi des crimes contre l’humanité, contre la vie privée et les groupes, contre les droits humains. Démocraties, sociétés, groupes d’amis, travail, familles, enfin, des communautés entières sont divisées, agitées, contrôlées et remplacées par le format réseau. L’avenir et la survie de l’espèce humaine sont en danger !

 

Partie I : Ce qui se passe au Brésil aujourd’hui est une guerre sale 2.0 (Partie I)

Partie II :  Ce qui se passe au Brésil aujourd’hui est une Guerre sale 2.0 (Partie II) : Diviser pour régner !

 

(*) L’auteur

Francisco Rio est un historien et militant du Mouvement Humaniste au Brésil. Il collabore avec les agences Pressenza et Quatro V.

Catégories: Amérique du Sud, Politique
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.