Film « À bras ouverts » ou le mythe de l’authenticité rom ?

07.08.2018 - Bruxelles - Jennifer Saban

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Film « À bras ouverts » ou le mythe de l’authenticité rom ?
(Crédit image : (c) Karema Menassar)

Lorsque vous entendez parler des citoyens de culture rom, de nombreux autres termes vous viennent à l’esprit : gitans, tziganes, manouche, bohémien et plus récemment roms. Ces appellations sont souvent associées à divers statuts sociaux : gitan socialement fragilisé, marginalisé, discriminé, adepte de la mendicité, nomade.

Ces différentes représentations sont véhiculées au quotidien dans différentes sociétés et créent une image stéréotypée, figée et unique d’une culture qui en réalité est diverse tant sur le plan socio-économique, géographique que sociologique. En effet, les citoyens de cultures rom ont souvent été précurseurs d’un mode de vie acceptant les diversités culturelle et la vie en liberté .

Pourtant, ces peuples continuent à fasciner l’imaginaire et les fantasmes coloniaux européens qui depuis quelques années se plaisent à diffuser l’Histoire unique des roms, à créer des projets paternalistes d’inclusion des roms.

En effet, depuis 10 ans les comportements inhumains et racistes envers les citoyens de culture rom dans les pays européens ont augmenté. [i]

« Cela existe depuis bien longtemps ? » me direz-vous.

Oui, sauf qu’actuellement ce sont des actes violents (destructions d’habitats, meurtres, agressions, clivage scolaire [ii]), des discours politiques, des projets d’inclusion qui sont acceptés et reproduits par l’opinion publique.

 

Que font les institutions et certaines associations face à ces réalités ?

Elles se contentent de dénoncer les faits et n’émettent aucune sanction financière, juridique ou politique à l’encontre des auteurs de ces faits ! [iii]

Pourtant ces faits nourrissent cet imaginaire d’un peuple en souffrance qui n’arrive pas à s’intégrer et qu’il faut aider et inclure à tout prix dans la société et peu importe le procédé utilisé. Cela renforce la croyance que la population rom est entièrement responsable de ces situations et ne peut s’en libérer qu’en adhérant à un assistanat institutionnel. S’installe alors un processus de hiérarchisation culturelle, de marchandisation et de clientélisme qui déshumanise des millions d’êtres humains.

Face à ces structures se dressent toute une série d’associations et de collectifs non alignés qui déconstruisent ces discours et cette dynamique en refusant de s’associer et de dépendre d’institutions aux discours orientés et paternalistes.

Cependant, dans une société où les médias, les entreprises cinématographiques et les maisons d’édition sont des acteurs dominants et influents, il arrive que certains participent activement à cette marchandisation déshumanisante. De ce fait, il est essentiel de rester vigilant et de déconstruire rapidement ce qui peut être diffusé à une grande échelle auprès des citoyens… L’éducation informelle des médias et de l’information peut être une facilitation de mise à distance et d’analyse critique des différentes sources de publications.

C’est la raison pour laquelle, je vous fais part de mon analyse sur une parution cinématographique de 2017. Il s’agit du film : À bras ouverts réalisé par Monsieur Philippe de Chauveront.

 

Analyse du film À bras ouverts

Après avoir entendu et lu toute une liste de critiques à l’encontre du film A bras ouverts, cela a éveillé ma curiosité et m’a poussée à effectuer une quantité de recherches afin d’avoir une analyse constructive et objective.

Le film n’étant plus projeté dans les salles de cinéma au moment où je m’y suis intéressée, j’ai dû patienter quelques mois avant de pouvoir le visionner. Pendant ce temps-là, j’ai commencé mes recherches et lu plusieurs articles de journaux français et belges, tout en tenant compte de leur orientation politique. Ensuite, j’ai consulté quelques pages d’Associations “rom” sur Facebook afin de prendre connaissance de leurs avis et analyses sur le film. Une fois toutes ces sources d’information en ma possession, j’ai pu enfin visionner le film.

Selon mon analyse, je peux observer plusieurs réalités qui sont exposées dans ce film. La première est la réappropriation constante des réalités de vie des citoyens par le monde politique en vue d’accroître leur visibilité et leur popularité.

La seconde est la confrontation grandissante dans les médias des différents partis politiques, qui en oublient leurs promesses électorales au profit du show télévisé. Vient ensuite “Un citoyen de culture française” dans le besoin qui usurpe « l’identité culturelle rom » afin d’obtenir certains privilèges et finit par détériorer l’image des citoyens de cultures rom auprès de la société. Et pour finir, l’exposition du quotidien d’une famille de culture rom de Roumanie, qui ne représente absolument pas la réalité de vie.

Ce film se présente comme humoristique et voulant dénoncer certaines réalités de la société française actuelle. Je trouve qu’ils illustrent parfaitement cela pour l’attitude des élites politiques. En revanche la manière dont ils présentent le quotidien d’une famille rom de Roumanie m’apparaît avoir été fortement bâclé. En effet, si l’objectif du film vise à dénoncer l’attitude des politiques françaises envers une population donnée, le scénario qu’ils proposent ne correspond aucunement à un type de réalité que pourrait vivre une famille rom dans la société française.

D’autres évoqueront l’aspect humoristique pour expliquer l’image stéréotypée que renvoie le film. On pourrait considérer cette approche dès l’instant où l’objectif du réalisateur aurait été de montrer et de dénoncer la représentation que se font les citoyens de culture française envers certains citoyens de culture rom. Ce qui n’est absolument pas le cas. Donc, nous sommes face à un scénario qui ne permet pas aux spectateurs de comprendre dans quelles réalités vivent certaines personnes de culture rom en France, et invite à la complaisance des dérives politiques envers les citoyens de culture rom.

De plus, les propos des réalisateurs, Guy Laurent, Philippe de Chauveron [iv] (article en bas de page) ou des acteurs Ary Abittan, Christian Clavier n’ont à aucun moment évoqué un positionnement clair qui nous aurait permis de comprendre l’objectif de ce film. En effet, lors des échanges sur les plateaux télévisés, « Christian clavier évoque sa recherche de la sincérité et de l’authenticité et pas la caricature et le fait que cela implique une vraie situation avec un choc et une rencontre de deux cultures. »

Sur cette chaîne de radio, RTL, ils évoquent avoir fait l’effort d’aller à la rencontre d’une famille rom pour reproduire avec exactitude le rôle du père de famille rom dans le film. Voir minute 18’ de l’extrait vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=8cSn7Cuujb4

Comment peut-on parler d’authenticité dans un film qui s’affiche comme humoristique ? Pourquoi caricaturer seulement le politique et évoquer le fait que la famille rom du film n’est en aucun cas caricaturée [v], cela se veut juste un peu corrosif [vi] ? Voir Extrait vidéo  de l’émission ‘C à vous’ : https://www.youtube.com/watch?v=wiOsg970nxg&t=4s

 

Permettez-moi de douter de la sincérité de leur démarche lorsqu’on aperçoit le résultat. D’autant que l’évocation de cette démarche renforce et complaît les spectateurs dans leur vision erronée et stéréotypée des personnes de culture rom. Evoquer que la famille rom n’est en aucun cas caricaturée et représente la réalité de vie de citoyens roms de Roumanie est un leurre.

 

Notes

[i]  http://www.france24.com/fr/20140408-situation-roms-degradent-europe-amnesty-international- rapport

[ii] https://www.amnesty.be/infos/actualites/enfantsromsslovaquie

[iii] https://www.amnesty.be/infos/actualites/article/italie-inaction-de-la-commission-europeenne-tandis-que-des-femmes-roms

[iv] http://www.lefigaro.fr/cinema/2017/04/07/03002-20170407ARTFIG00261–bras-ouverts-montre-que-la-france-a-un-probleme-avec-les-comedies.php

[v] Caricature : Qui déforme la réalité en exagérant certains traits caractéristiques : Récit caricatural.

[vi] Corrosif : Aspect mordant, piquant ou cinglant d’une plaisanterie.

Catégories: Culture et Médias, Europe, Opinion
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.