Le 4 mai : Célébration du Jour du Témoignage

18.05.2017 - Ernesto H. De Casas

Le 4 mai : Célébration du Jour du Témoignage

Comme de coutume ce mois-ci, nous célébrons le 4 mai passé le Jour du Témoignage, en référence à ce 4e jour de mai 1969 où Silo a réalisé son premier acte public [1], lors duquel il a fixé explicitement les fondements de sa pensée, de sa proposition et de sa contribution. Il l’a fait comme un homme ordinaire, libre, voulant s’exprimer sur la vie, l’être humain et les événements de ce monde. C’est une tâche qu’il avait déjà commencée lorsqu’il avait déclaré : « Les oiseaux de mauvais augure de toutes obédiences et nations conviennent que l’humanité vit un moment crucial. Que ce soit par crainte des ombres externes ou personnelles, qui ne doute pas aujourd’hui des chances de survie de l’humanité ? » [2].

Nombreuses sont les phrases de ce discours, si d’actualité, que nous nous rappelons encore aujourd’hui, en particulier celle-ci : « Ce monde est sur le point d’exploser, et il n’y a pas moyen de mettre un terme à la violence. Ne cherche pas de fausses solutions ! Il n’existe pas de politique capable de résoudre cette folle angoisse de la violence ! »

Nous observons cela tous les jours dans les médias, même si, personnellement, nous ne vivions pas dans des situations de guerre absurde où la mort a fini par être naturalisée. C’est cela qu’il importe de changer !

C’est ce qu’a fait Silo lors de ce discours historique. Il s’est exprimé avec fermeté sur des thèmes existentiels extrêmement importants qu’il vaut la peine d’examiner, tels que la différence capitale entre le désir et la nécessité. En effet, apprendre à distinguer entre ce qui est nécessaire et ce qui ne l’est pas nous permet de diriger notre existence dans une direction valide d’un point de vue éthique et qui nous apporte sens et cohérence. C’est ainsi que l’a exprimé métaphoriquement Silo ce jour-là, lorsqu’il a raconté l’histoire d’un voyageur qui, pour pouvoir poursuivre son long périple, devait se détacher du chariot du Désir, de ses ornements et de ses roues du plaisir et de la souffrance, monté seulement sur le dos de son cheval appelé Nécessité.

Plus près dans le temps, lors d’une rencontre avec les messagers [3], Silo dît : « Les gens ont en eux beaucoup de ressources quand ils sentent un réel besoin de changement interne ». Des mots si vrais et importants, mais qui peuvent passer inaperçus en raison du retentissement de ce qui est banal et éphémère, des choses voyantes, creuses et passagères auxquelles nous sommes exposés en permanence.

De sorte que nous apprécions vivement les propositions de Silo, qui reprennent des thèmes essentiels pour l’être humain, comme surmonter la violence et la souffrance en répondant non seulement aux besoins de base qui nous pressent constamment, mais également aux besoins d’affection, de réciprocité, de participation ou de communication sincères. En plus d’autres besoins plus profonds et précieux, parfois réactifs, comme la cohérence vitale, le changement interne, la paix intérieure, les bonnes relations et le traitement humain. Nous comptons pour cela sur de nombreuses ressources (lectures, cérémonies, réflexions, échanges) à mettre en pratique.

Peut-être est-ce là ce qu’il est vraiment nécessaire de garder à l’esprit, et chaque célébration nous aidera à nous rappeler l’essentiel et à lui donner plus de consistance. C’est ce que nous ferons, en suivant, pourquoi pas, le voyageur : Il monta sur le dos de l’animal Nécessité et commença à galoper par les vertes prairies jusqu’à destination.

Tout cela est ce qui nous concerne et chaque célébration nous aide à nous rappeler l’objectif et à le consolider.

Et nous sommes d’ailleurs reconnaissants des derniers mots prononcés ce jour-là : « Mon frère ! là, dans l’Histoire, l’être humain porte le visage de la souffrance. Regarde ce visage plein de souffrance… Mais rappelle-toi qu’il est nécessaire d’aller de l’avant, nécessaire d’apprendre à rire et nécessaire d’apprendre à aimer.

À toi, mon frère, je lance cet espoir, cet espoir de joie, cet espoir d’amour afin que tu élèves ton cœur et ton esprit et afin que tu n’oublies pas d’élever ton corps. »

[1] La guérison de la souffrance. Punta de Vacas, Mendoza, Argentine, 4 mai 1969. Voir www.silo.net

[2] La Déclaration. Jujuy 1967. Incorporée au dépliant La Paix est la force. Déclaration de 1973. Archives généraux.

[3] Notes de la deuxième rencontre conjointe sur Le Message. Buenos Aires, 20 avril 2003, Rencontres de Silo avec les Messagers. Recueil. 2002-2010. Publication du Message de Silo.

 

Traduit de l’espagnol par Silvia Benitez

Catégories: Amérique du Sud, Humanisme et Spiritualité
Tags:

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.