L’ASEAN au Cambodge : un dénouement peu réjouissant…

27.11.2012 - Phnom Penh - Tony Henderson

Cet article est aussi disponible en: Anglais

L’ASEAN au Cambodge : un dénouement peu réjouissant…
(Crédit image : http://bit.ly/Q1R22z)

http://bit.ly/Q1R22z

Le sommet régional de l’Asie du Sud-Est s’est achevé le 13 novembre 2012 sur une note plutôt amère, concernant principalement le rôle stratégique et combatif qu’a joué la Chine en mer de Chine méridionale. Pour la première fois en 45 ans d’histoire, aucune déclaration commune concluante n’a été établie.

Alors que les Philippines « déplorent » l’incapacité de l’ASEAN à résoudre les conflits grandissants concernant les mers de la région les plus riches en pétrole (en s’adressant particulièrement à la Chine), le Laos, de son côté, a confirmé au même moment la suspension du projet controversé du barrage de Xayaburi (ce qui ne va pas faire plaisir à la Chine).

De toute l’Asie, la mer de Chine méridionale vit vraisemblablement une situation militaire des plus explosives depuis que les revendications de la souveraineté de Pékin sur une large zone de la région l’ont opposé au Vietnam et aux Philippines, alors que les trois pays se font concurrence dans l’exploitation de potentielles et importantes réserves de pétrole. Ceci n’est qu’un aperçu des questions d’ordre militaire dites sensibles à l’encontre des efforts des Américains sur l’encerclement de la Chine.

Des désaccords entre les membres de l’ASEAN ne font pas partie des attentes des partisans d’une communauté économique, surtout si l’on pense à l’année 2015, synonyme d’effondrement des frontières et de libéralisation des marchés des capitaux, des échanges commerciaux et du travail. Cela permettrait aux pays d’Asie de mieux rivaliser avec la Chine en termes d’investissements et de renforcer leurs liens économiques avec les pays voisins.

La Chine est accusée, au niveau régional, de bloquer activement les discussions concernant la souveraineté des mers et l’élaboration d’un Code de Conduite maritime et contractuel destiné à la gestion des conflits.

L’Indonésie, dont l’économie est la plus puissante de l’Asie du Sud-Est, minimise la gravité de ces conflits. « Il est vrai que la mer de Chine méridionale vit en ce moment une période difficile mais je suis convaincu que l’ASEAN va trouver une solution et tout mettre en œuvre pour régler les problèmes », a déclaré le Ministre des Affaires Étrangères Marty Natalegawa aux journalistes de Reuters.

L’ASEAN a été fondée le 8 août 1967 et regroupe à l’origine cinq pays membres : la Thaïlande, l’Indonésie, la Malaisie, Singapour et les Philippines. Brunei, le Cambodge, le Laos, Myanmar et le Vietnam s’y sont ensuite ajoutés. La Chine, le Japon et la Corée du Sud sont les « Plus Trois ».

Devise : Une Vision, Une Identité, Une Communauté.

Catégories: Asie, Politique
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.