Une dispute étrange, provoquée par deux hypothéthiques infiltrés de la police, sert de prétexte pour l’entrée de 34 fourgons de la police sur la place Puerta del Sol et délogent l’Assemblée de Permanence du 15M.

A ce moment, ils se posaient la question si suivre là ou de rentrer à la maison pour avant retourner quelques heures plus tard, selon le programme prévu.

Suit, la chronique de confrères de la radio Agora Sol qui ont assisté à la scène.

» Après une dispute étrange qui a brisé la tranquillité de l’assemblée, le dispositif policier a fait évacuer à 5:52 h. Nous l’avons vu depuis la terrasse et tout porte à croire à une coïncidence macabre, une étrange coïncidence » .

» La nuit était tranquille depuis le balcon du studio extérieure de la radio Ágora Sol . L’Assemblée de Permanence était pacifique, sauf certains « trouble-fête », tout était dans les normes du calme et du civisme qui est propre à ce mouvement ; à peine 50 personnes débattaient sainement sur le maintien de l’action à Sol »

Il était près des 6 H du matin, quand l’assemblée s’est déplacée pour laisser travailler le service de nettoyage ; tout d’ un coup, une dispute a éclaté derrière la caméra aérienne de RTVE.

Cette querelle a été provoquée par une personne qui, durant toute la nuit, a échaudé le rassemblement, en interrompant l’assemblée et les interventions des personnes qui s’exprimaient, avec des cris de soutien au peuple saharaoui, et aidé d une autre personne qui, selon des témoins, a porté toute la nuit le masque d’Anonymous en silence et qui semble l’avoir uniquement enlevée, apparemment,seulement pour se disputer et agresser une participante » .

« Quelques secondes plus tard, 34 fourgons policiers ont fait irruption sur la place et on a évacué tout le monde par la rue Carretas, sauf le provocateur qui a été évacué par la rue Arenal dans un autre fourgonnette, qui a démarré immédiatement et a quitté la place ».

Ceci était la chronique de nos confrères d’Agora Sol Radio.

D’autre part, les indignés, qui sont restés sur Sol toute la nuit, sont sûrs que ces deux individus sont des infiltrés de la police et que l embrouille, qu’ ils ont provoquée était le signal pour l’entrée en action des camions policiers.

Leur attitude et le fait de « détenir » l’un d’eux dans un fourgon à part ne laisse aucun doute. Ils le commentaient déjà deux heures avant les faits sur les réseaux sociaux…

Ceux qui étaient présents là-bas se sont demandés et nous nous demandons, combien d’argent des contribuables a été dépensé pour déployer un tel dispositif policier sans nécessité aucune.