La révolution qui venait du froid

25.03.2011 - Reijkavik - Mariano Quiroga

En octobre 2008, l’Islande a jeté l’éponge, sa Banque Centrale a sorti le drapeau blanc et le pays s’est noyé dans une monumentale crise financière. Depuis l’effondrement du Sud-Est asiatique à la fin des années 90 que les banques islandaises faisaient des acrobaties en risquant un peu trop, en payant des hauts intérêts, elles se firent une grande clientèle spéculative.

Confronté à la chute de la principale banque islandaise, la Landsbanki, le gouvernement l’a nationalisé, se portant garant de ses millions de dettes. Il remboursa les centaines de milliers de clients à l’étranger et abandonna à leur sort ses compatriotes. Deux autres banques firent faillites (la Kaupthing et la Glitnir) provoquant l’éffondrement de la couronne islandaise et la fermeture de la Bourse suite à une perte générale de 76%. L’Islande doit à ses créditeurs, grâce à ses banques, neuf fois son Produit Intérieur Brut.

Les islandais qui ont perdu leurs économies sortirent dans les rues chaque semaine jusqu’à ce que le premier ministre Geir Haarde démissionne. Mais pas avant d’avoir contracté un crédit considérable auprès du FMI pour soutenir les banques. Le Fond, comme toujours quand il offre ses services, a exigé le démantèlement de l’état ce qui a conduit des centaines de familles à se retrouver sans emploi.

L’indignation est devenue totale quand les verts et la social démocratie trouvèrent un accord pour prendre le pouvoir. Apparue ainsi sur scène Johánna Siggurdardóttir, nouvelle premier ministre intérimaire. Pour surnager, on fit appel à cette femme de 66 ans à l’époque et mariée avec une autre femme, un fait sans précédent.

La recomposition du gouvernement a pris du temps, de nouvelles élections ont confirmé Siggurdardóttir à son poste et le challenge était de s’occuper du peuple islandais décimé. Mais les banques ont continué de surfer sur des mers agitées et le 6 mars 2010 la colossale banque en ligne Icesave est tombé en faillite, faisant disparaître 3,5 milliards de dollars.

Le parlement décida d’appliquer la même recette, sauver les banques, mais cette fois il y eu véto présidentiel. Les vétos en Islande doivent être confirmés ou réfuter par les électeurs à travers un référendum, ce qui permit aux islandais d’être explicites dans leur rejet du sauvetage financier avec quasiment 93% des voix.

Une décision salvatrice qui mit en échec les créanciers, toutes les aides économiques furent congelés et l’Union Européenne récompensa ce méfait en les privant de revenus jusqu’à ce qu’ils soldent leurs dettes. Pourtant au troisième trimestre 2010 le pays retrouva la croissance, au taux de 1,2%, montrant que son état de santé sans banque à sauver était bien meilleur.

**Contradictions**

Non seulement le président a contredit les préceptes des autres gouvernements en crise qui avaient toujours privilégié le sauvetage de leurs banques et leurs assureurs, mais en plus il a fait enquêter et poursuivre en justice les actions qui avaient attenté à la stabilité économique du pays. Mettant en prison des cadres de haut rang et des banquiers des faillites. Allant jusqu’à lancer des mandats d’arrêts internationaux à travers d’Interpol pour ceux qui était parti sans laisser d’adresse.

Il est clair qu’au final tout reste impuni, mais les investigations qui eurent lieu et se sont diffusé sous le nom de « Rapport Vérité », détaillent en 2 300 pages le fonctionnement de la spéculation financière et les manigances que firent les banques pour s’enrichir et qui, combinées à des erreurs concrètes du directeur de la Banque Centrale d’Islande, ont conduit à l’effondrement de l’économie islandaise.

Il est aussi vrai que le Parlement n’a pas suivi le président et que, suivant le plan standard du néolibéralisme : « nationalisons les dettes et privatisons les bénéfices », il a vendu deux des banques sauvés par l’argent public et a permis que maintenant se soit leurs nouveaux propriétaires étrangers qui s’emparent des bénéfices.

De plus le conseil des ministres n’a pas accepté le vote populaire et a cherché un nouvel accord avec les créanciers sur lequel le président a mis de nouveau son veto, et ce sera, encore une fois, le peuple islandais qui décidera au mois d’avril. On prévoit un résultat beaucoup plus serré, vu que la campagne médiatique catastrophiste pour éviter que l’Islande soit isolée du monde est très forte.

**Démocratie participative**

Entre février et avril de l’année passée, une assemblée constituante a été formé avec la mission de remplacer la constitution de 1944, année où le pays s’est séparé du Danemark. Cette assemblée fut composée de 25 représentants, élus entre 525 volontaires de tout le pays. Le 27 novembre le peuple a voté sa mise en place, mais la Cour Suprême l’a révoqué. On attend que le Parlement résolve cette situation.

L’assemblée constituante prépare une série de mesures qui seront connues à l’été après avoir été débattues dans de nombreux forums dans tout le pays. Parmi les propositions figurent le développement d’une participation plus active des citoyens dans le processus démocratique, le rejet de l’énergie nucléaire et la nationalisation de toutes les ressources naturelles.

L’Islande est un pays qui devrait être auto-suffisant, il dispose de richesses pour être solvable en tout point, mais cependant il reste captif de la dictature des intérêts privés.

Le peuple islandais s’est trouvé nez à nez avec la cruelle réalité et a réagit à temps pour éviter la dérive total, mais le malaise général persiste vu que tous les changements n’en finissent pas de s’approfondir.

L’île volcanique cachée par les médias est en train de mettre en avant une révolution profonde et inspiratrice.

Catégories: Economie, Europe, International

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 28.01.20

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.